12 maisons médicales agréées in extremis avant le moratoire

12 maisons médicales agréées in extremis avant le moratoire

La ministre de la santé publique, Maggie De Block, annonce l’ouverture de 12 nouvelles maisons médicales pour 2017.

Ce sont les dernières à pouvoir ouvrir leurs portes avant le moratoire annoncé sur l’agrément de nouvelles maisons médicales forfaitaires. Une mesure décidée dans le cadre des restrictions budgétaires et destinée, selon la ministre," à analyser l’organisation, le fonctionnement et la structure des coûts des maisons médicales en Belgique."

Agréments pré moratoire

12 maisons médicales pourront donc commencer leurs activités au début de l’année prochaine. Elles ont toutes introduit leurs dossiers avant le 8 octobre 2016, date précédant de peu les décisions sur le budget de 2017. Ce qui leur à permis de passer, in extremis, entre les mailles du moratoire instauré par la ministre De Block. 2 projets sont prévus dans les provinces de Flandre occidentale, 2 à Anvers, 5 à Bruxelles, 2 à Liège et un dernier à Namur.

Gel du secteur

Le but du moratoire annonce par Maggie De Block : entamer un audit pour revoir le système de médecine par forfait. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la Fédération des maisons médicales n’est pas contre cet audit, car il pourra apporter plus de clarté au secteur. Par contre, elle indique clairement que la mesure est "une atteinte à l’accessibilité aux soins de santé de qualité en particulier pour les groupes les plus faibles." Christophe Cocu, secrétaire général de la Fédération, ajoute : "Il n’est pas nécessaire d’arrêter les agréments de nouvelles maisons médicales forfaitaires. Cela n’a pas de sens et il faut clairement y voir autre chose. Nous sommes non seulement inquiets sur la teneur de l’audit, mais également sur le délai que tout cela va prendre. Un délai qui devrait durer au minimum 6 mois, mais qui se prolongera certaine davantage. C’est donc un gros coup d’arrêt pour le secteur !"

Soins pour patients précaires

Le succès des maisons médicales ne cesse de progresser. Leur nombre en Belgique a atteint le seuil de 150 en 2015, soit 11 de plus que l’année d’avant. Si certaines sont financées à l’acte, celles qui intéressent la ministre De Block le sont au forfait. Le principe entend que les mutuelles payent un forfait aux maisons médicales, tandis que le patient s’engage à consulter pour tous ses soins de médecine générale, mais aussi kiné ou infirmiers. En contrepartie, il ne débourse pas un euro. 350.000 Belges sont ainsi soignés chaque année via ce système. Le moratoire appliqué sur la reconnaissance de nouveaux centres, prive donc l’accès aux soins de santé à une série de patients précarisés et vulnérables.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.