13 millions d'euros pour l'emploi jeune en Belgique

13 millions d'euros pour l'emploi jeune en Belgique

Le Fonds social européen a débloqué 1 milliard d’euros pour combattre le chômage des jeunes dans les Etats membres. La Belgique devrait en bénéficier à hauteur de 13 millions d’euros.

L’Europe fait du chômage des 18-25 ans son cheval de bataille en augmentant d’1 milliard d’euros le préfinancement pour les projets favorisant l’emploi jeune en 2015. Un soulagement pour la Belgique qui devrait voir son enveloppe augmentée de plus de 12,5 millions d’euros, alors que le chômage touche 32,1 % des jeunes en Wallonie et 39,5% d’entre eux à Bruxelles.

Stimuler les projets européens pour l’emploi jeune

Sur l’ensemble de la période 2014-2020, le budget des allocations des Etats membres fixé à 3,2 milliards d’euros se verra pratiquement doublé pour une dotation supplémentaire du Fonds social européen. En 2015, c’est 1 milliard d’euros qui sera distribué entre les pays pour booster les initiatives en faveur de l’emploi jeune. En effet, les financements anticipés de l’UE pour la mise en place de ces projets va ainsi passer de 1,5 % à 30% ! Une nouvelle réglementation des préfinancements européens qui a été adoptée par une écrasante majorité au Parlement européen ce mercredi.

Une course contre la montre pour enrayer le chômage des jeunes

Si l’Europe affiche la volonté de prendre le problème à bras le corps, il s’agit d’une véritable course contre la montre" : "Le défi était d’obtenir un accord massif et rassembleur dans un temps record" pour débloquer ces fonds supplémentaires, peut-on lire dans le communiqué du Parlement européen. Une initiative qui colle à l’urgence de la situation, alors qu’en Europe 1/4 des 18-25 ans sont au chômage. L’Espagne et l’Italie, principalement touchées par le fléau, en seront les premiers bénéficiaires. Mais la Belgique aussi aura droit à une part du gâteau.

Bruxelles, la Hainaut et Liège sont surtout concernés

En Belgique, les régions wallonne et bruxelloise sont particulièrement touchées par le chômage des jeunes, s’élevant respectivement à 32,1% et 39,5%, contre seulement 16,1% en Flandre. Ces subsides supplémentaires seront particulièrement les bienvenus en Hainaut et à Liège, là où les projets sont les plus difficiles à monter. Au centre des préoccupations, le taux élevé des jeunes sans aucun diplôme qui sont très difficiles à placer sur le marché de l’emploi. Si le mot d’ordre est toujours de combler le chômage par la formation, une politique de l’emploi qui prouve malheureusement chaque jour ses limites, l’initiative européenne devrait néanmoins permettre l’éclosion de nouveaux projets socio-économiques en faveur des jeunes.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.