145 millions d'euros pour les personnes en situation de handicap

145 millions d'euros pour les personnes en situation de handicap

Bruxelles dépense 145 millions d’euros pour l’aide aux personnes en situation de handicap.

Ce 29 juin a eu lieu le gouvernement thématique « Handi CAP Inclusion », en présence des ministres Céline Frémault, Fadila Laanan et Didier Gosuin. Mauvaise élève en la matière puisqu’elle a été condamnée en 2013 pour le non-respect de la charte des Nations-Unies, la Belgique devait se rattraper et proposer une politique d’inclusion et de participation pertinentes pour les personnes en situation de handicap. Concrètement, 12 axes thématiques ont été choisis pour atteindre les objectifs fixés.

Créer des places

« A Bruxelles, il y a actuellement 323 personnes handicapées sans solution ou en solution insuffisante. Plus de 70 d’entre elles ont moins de 18 ans ». En plus des 12 axes thématiques censés aider à l’inclusion des personnes, le cheval de bataille du gouvernement est la création de nouvelles places et structures pouvant les accueillir, notamment les centres de jour pour enfants non-scolarisés. « Ce n’est pas à vous que je dois le dire, le secteur est en manque cruel de places. Il faut renforcer les services, à savoir les lieux de vie qui permettent aux parents de souffler. Afin d’y arriver, plusieurs structures ont vu le jour : Le Farra Méridien, La ligne pour rêver, les projets pilotis. « La braise » est un futur centre d’hébergement de jour qui pourra accueillir 15 personnes, prioritaires en fonction des cas. De plus, le 21 avril dernier, un plan pluriannuel en matière d’allocation du budget a été déposé », explique C. Frémault, en charge de l’aide aux personnes et des personnes handicapées.

Une nouvelle politique d’handistreaming

Pour aller plus loin à Bruxelles, le gouvernement souhaite un engagement au niveau politique. « Le décret a été adopté en troisième lecture en ce qui concerne la politique d’handistreaming. Nous voulons une inclusion du handicap dans l’élaboration et l’exécution de toutes les politiques publiques. Un « plan handistreaming » sera élaboré en début de législature et suivi en milieu et fin », précise C. Frémault.

La petite enfance et la scolarité à l’avant-plan

Au niveau de la petite enfance, l’objectif, en collaboration avec le projet Okapi de la Cocof, est de renforcer l’accueil. «  Nous voulons donner des équipes mobiles qui renforceraient les équipes existantes et soutiendraient le personnel », explique la ministre Fadila Laanan, en charge de l’enseignement et de la culture. En matière de scolarité, tant dans l’enseignement ordinaire que spécialisé, des nouveautés sont prévues. Ainsi, l’ordinaire sera aménagé pour les personnes à mobilité réduite, alors que 300 places seront créées d’ici à 2019 à l’Institut Herlin et à l’Institut Charles Gheude.

Renforcer le personnel disponible

Le ministre de la formation et de l’emploi, Didier Gosuin, veut élargir l’offre de formation disponible pour les personnes atteintes de handicap à Bruxelles, au moyen de plan Activa, que ce soit dans les ASBL ou les institutions. « Pour augmenter leurs chances d’insertion sociale et professionnelle dans des emplois dits « ordinaires », Bruxelles-Formation diversifie l’offre de formation qui leur sont destinées à Bruxelles depuis 2009. Ce public-cible particulier verra ainsi l’offre qui lui est aujourd’hui accessible augmenter au travers de projets-pilotes permettant de lui apporter un soutien spécifique », précise D. Gosuin.

D’autres mesures

Les ministres ont également expliqué d’autres mesures, telles que la création de deux classes spécialisées pour enfants autistes à l’Institut Decroly pour la rentrée 2016, le lancement de la réflexion pour une réforme du financement des centres d’accueil visant à mieux assurer la prise en charge des cas les plus lourds ; plusieurs subventions, notamment pour l’ASBL Farilu qui organise des activités de boulangerie pour 15 jeunes adultes présentant une déficience intellectuelle. Mais également une subvention pour la mise en place d’une « Plate-forme bruxelloise du vieillissement des personnes handicapées » afin de lancer des actions concrètes pour l’accueil et l’accompagnement en maisons de repose ou maisons de repos et de soins. D’autres mesures ont également été adoptées.



Commentaires - 1 message
  • Mais bien sûr qu'il faut prendre des mesures pour l'aide et le suivi des personnes en situation de handicap et à coté de cette préoccupation , le fédéral souhaite remanier voir supprimer le bachelier en psychomotricité. Si il y a bien des professionnels indispensables dans cet accompagnement ce sont certainement des psychomotriciens !!!!!!

    Lululili dimanche 4 septembre 2016 11:36

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.