22,6 millions d'euros supplémentaires pour les CPAS

22,6 millions d'euros supplémentaires pour les CPAS

Devant l’afflux des exclus du chômage auprès des CPAS, le gouvernement fédéral a augmenté le budget destiné à la prise en charge des exclus du chômage de 22,6 millions d’euros.

Les mesures de durcissement consécutives sur le droit aux allocations d’insertion, désormais limitées à 3 ans et excluant les plus de 25 ans, ont débouté de nombreux chômeurs d’une source de revenus importante. En conséquence, les CPAS doivent faire face à une charge financière importante pour assurer le versement du Revenu d’Intégration Sociale (RIS) aux personnes qui y ont droit.

Le budget des CPAS augmenté de 24%

Le dernier contrôle budgétaire du fédéral indique que le gouvernement Michel a débloqué 22,6 millions d’euros supplémentaires à destination des CPAS. Et ce uniquement pour financer les charges liées à l’augmentation des bénéficiaires du RIS, corollaire à la limitation des allocations chômage. C’est une augmentation de 34% par rapport au budget d’origine, qui avait été initialement fixé à 64,15 millions d’euros. Une estimation manifestement erronée, puisqu’il a fallu débourser 1 tiers supplémentaire de la somme totale pour coller à la réalité...

Les chiffes des CPAS toujours incertains

Le mois dernier, les CPAS wallons dévoilaient qu’en janvier et février seules 3 361 personnes en fin de droit s’étaient manifestées sur un total estimé à 12 080 personnes. La plupart d’entre-elles avaient vu leur dossier accepté pour recevoir le RIS. Pour les 72,2% restants, aucune information n’a pu être dégagée. Pour l’ensemble de l’année 2015, le fédéral estime que le nombre de bénéficiaires supplémentaires du RIS devrait se limiter à 8 500 personnes. Une analyse à questionner, au vu des chiffres incertains dont on dispose à cette heure. Cependant, le ministre de l’Intégration sociale Willy Borsus (MR) a déclaré que si le gouvernement n’avait, au départ, "pas idée de l’ampleur du budget nécessaire", il reste conscient que "le nombre augmentera encore" et se dit prêt à remettre la main au portefeuille.

Les méthodes fédérales contestées

Alors que la Fédération des CPAS de Wallonie appelait le mois dernier à la prise en charge par le fédéral de l’intégralité du coût du RIS d’une part, et des charges liées aux besoins de personnel administratif supplémentaire, ces 22 millions d’euros sont loin de faire le compte. Georges Gilkinet, député Ecolo, dénonçait par ailleurs auprès de La Libre l’insuffisance des nouveaux moyens débloqués par le gouvernement, laissant encore 4,4% des frais totaux sur les épaules des pouvoirs locaux. En outre, George Gilkinet s’est accordé sur la position de la Fédération des CPAS de Wallonie d’abandonner la limite d’âge à 25 ans pour percevoir les allocations d’insertion, dénonçant le "caractère antisocial du gouvernement".



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.