860 places ouvertes pour l'internement psychiatrique

860 places ouvertes pour l'internement psychiatrique

Le conseil des ministres a approuvé, vendredi 18 novembre, le dernier "Masterplan Internement". 860 places s’ouvriront pour les internés actuellement détenus dans les prisons.

Déjà discuté en mai dernier, le "Masterplan" porté par les ministres de la Justice Koen Geens, de l’Intérieur Jan Jambon et de la Santé Maggie De Block, est principalement axé sur les prisons et les nouvelles places pour les détenus. Seule la quatrième mesure du plan concerne l’internement en prison. Elle prévoit l’ouverture de 860 places au sein, notamment, de deux nouveaux centres de psychiatrie légale.

Centres de psychiatrie légale

Parmi ces 860 places prochainement ouvertes aux internés qui séjournent actuellement dans les prisons, il y en aura 250 dans un nouveau centre de psychiatrie légale à Wavre et 250 autres dans un nouveau centre à Paifve, en province de Liège. Par ailleurs, 120 places seront disponibles à Alost et 240 dans différents centres et institutions de soins réguliers en Flandre et à Bruxelles. La création de places spécifiquement dédiées aux internés permettra de libérer de la place dans les prisons et passer, comme le souhaite le gouvernement, en dessous de la barre des 10.000 détenus.

Accueil et soins adaptés

La loi sur l’internement est entrée en vigueur le 1er octobre 2016. Elle est censée offrir à la personne internée en prison une nouvelle chance de se réinsérer dans la société en lui permettant d’accéder à des soins adaptés. Au moment de l’entrée en vigueur de la loi, le ministre de la Justice, Koen Geens a affirmé qu’il "poursuivra tous ces efforts jusqu’à ce que tous les internés se voient offrir un accueil et des soins adaptés". C’est presque chose faite puisque le "Masterplan" qui vient d’être approuvé permettra à de nombreux internés de séjourner au sein de structures plus adéquates. Pour la ministre de la Santé Maggie De Block, interviewée par la RTBF, "tous nos citoyens méritent des soins appropriés, donnés au bon moment et au bon endroit, les internés qui séjournent aujourd’hui en prison également". Selon elle, "avec le Masterplan Internement, nous poursuivons la mise en place d’une infrastructure spéciale pour ces personnes".



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.