92 millions en plus pour les CPAS

92 millions en plus pour les CPAS

Lors de la cérémonie en l’honneur des 40 ans des CPAS, le Ministre de l’Intégration sociale Willy Borsus a tenu à rappeler le refinancement apporté aux CPAS pour les aider à poursuivre leurs missions d’intégration sociale : en tout, ce sont 92 millions que toucheront les CPAS en plus de leur financement ordinaire, dès 2017.

Les CPAS sont confrontés quotidiennement à des défis menant vers une prise en charge de nouveaux publics cibles ou nécessitant des réponses adaptées à une diversité de problématiques sociales. Ils doivent garantir un service public de qualité dans un contexte de précarité sociale accrue. C’est dans ce contexte que le Ministre a décidé à 3 reprises de revaloriser le budget des CPAS.

1) Dans le cadre de l’extension des Projet individualisé d’intégration sociale (PIIS) : augmentation de 10% du taux de remboursement pris en charge par le fédéral concernant les dossiers de RIS, c’est-à-dire 58,5 millions € en plus en 2017. Rappelons la finalité de ces PIIS : il s’agit bien de définir, en concertation, des démarches et des objectifs précis permettant au bénéficiaire de retrouver progressivement son autonomie, de participer dignement à la société et d’entreprendre une démarche en direction du marché de l’emploi.

Le PIIS est désormais obligatoire pour tous les nouveaux bénéficiaires du revenu d’intégration, aussi pour les réfugiés reconnus. Il s’agit d’une réforme ambitieuse, axée sur la responsabilisation du bénéficiaire et du CPAS, en vue de donner à tous, les outils nécessaires pour leur intégration dans la société, axée sur une meilleure individualisation de l’aide à travers un projet adapté à leur trajet de vie. Le service communautaire peut être mis en place sur base volontaire.

2) Dans le cadre de la crise d’asile : une allocation complémentaire de 10 % du montant du RIS est octroyée aux CPAS pour chaque réfugié reconnu ou bénéficiaire d’une protection subsidiaire bénéficiant d’un RIS (ou équivalent). Elle est accordée à tous les CPAS, pour tous les réfugiés (bénéficiaires d’une protection subsidiaire) dont le CPAS gère la situation en 2016 et en 2017. Cela correspond à 12.7 millions € en 2017.

3) L’intervention dans les frais de personnel par dossier augmentera de 320 à 470 euros avec effet rétroactif au 1er janvier 2016. Il s’agit d’un montant qui n’avait pas été revu depuis 2007, soit 21.2 millions.

Ces mesures ont été précisées lors du 40ème anniversaire des CPAS, fêté en grandes pompes la semaine dernière. Le ministre Borsus déclare : « Je crois sincèrement dans le rôle du CPAS en tant qu’acteur central et coordinateur local de la politique en matière d’intégration sociale et de lutte contre la pauvreté. Je tiens à soutenir les travailleurs de terrain, ces femmes et ces hommes qui, par leur action, contribuent de manière concrète à améliorer le mieux-vivre en accordant une attention toute particulière aux plus faibles et aux plus fragiles. Je suis conscient que les défis sont souvent de taille et que les circonstances sont souvent complexes. Les mesures budgétaires que j’ai pu prendre étaient par conséquent orientées vers le travail social. Ainsi, j’ai choisi explicitement une mesure structurelle pour compenser la limitation de l’allocation d’insertion, une mesure qui valorise les frais de personnel. Ces frais n’avaient plus été revalorisés depuis 2007… »



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.