Accueil des MENA : plus de moyens pour l'aide à la jeunesse

Accueil des MENA : plus de moyens pour l'aide à la jeunesse

Le gouvernement dégage des moyens supplémentaires pour la création de places d’accueil pour les MENA. Le but : anticiper l’afflux croissant ?

Malgré l’afflux contant de nouveaux réfugiés (dont 20% d’enfants au niveau européen, selon le HCR), les services du secteur de l’aide à la jeunesse (SAJ) ne seraient actuellement pas confrontés à une augmentation importante du nombre de demandes d’interventions. Mais des moyens viennent quand même d’être dégagés par le Gouvernement, par mesure préventive. D’après le Cabinet Madrane, à l’initiative de la demande de moyens supplémentaires, les SAJ pourraient observer un plus grand afflux des demandes d’ici 6 à 9 mois, le temps que les procédures d’asiles des mineurs soient examinées.

Plus de jeunes de 12-14 ans

L’on peut en effet anticiper un accroissement des demandes à moyen ou à long terme, vu le profil des MENA (Mineurs Etrangers Non Accompagnés) qui arrivent depuis quelques mois. L’Europe et la Belgique, ont en effet enregistré un plus grande nombre d’enfants seuls et de plus en plus jeunes (la part des 12 – 14 ans s’est accrue). De plus, ces enfants présentent des signes de polytraumatismes demandant une prise en charge adaptée.

Le SAJ partenaire de prise en charge

Les services d’aide à la jeunesse peuvent être sollicités dans le cadre d’une situation de danger, et donc, être amenés à intervenir par rapport aux MENA, dans le cadre du caractère supplétif de l’aide spécialisée à la jeunesse. Raison pour laquelle le Ministre Rachid Madrane a demandé au Gouvernement de dégager des moyens supplémentaires pour la création de places pour l’accueil des mineurs étrangers non accompagnés, en danger. Une aide qui se concrétisera de différentes manières.

Des emplois et des places

Le Gouvernement a marqué son accord pour :

-  Le soutien à la création de 6 emplois et les moyens de fonctionnement pour la création de places d’accueil spécialisées pour MENA.
- Le soutien à la mise en autonomie des MENA (placement en logement autonome, avec accompagnement par les services agréés de l’Aide à la Jeunesse), et pour le soutien aux services de placement familial
-  Le renforcement de l’accompagnement socio-éducatif des MENA via la création de 4 emplois pour les services d’aide en milieu ouvert

Procédure d’asile spécifique

Dans les prochaines semaines, le Ministre de l’Aide à la jeunesse se concertera avec FEDASIL et le secteur pour envisager la création de places d’accueil supplémentaires destinées aux MENA, par la mise en commun de moyens, à concurrence de 130 places maximum. Rappelons que les mineurs non-accompagnés bénéficient de droits et d’une procédure d’asile spécifiques, régis par l’Arrêté Royal du 11 juillet 2003. Un service de tutelle est notamment mis en place pour les épauler dans leurs démarches. Au sein même du CGRA (Commissariat Général aux Réfugiés et aux Apatrides), une équipe d’officiers de protection, qui ont reçu une formation spécifique pour la réalisation des auditions, sont chargés du traitement des demandes d’asile de ces mineurs.

Augmentation des MENA

Si le SAJ affirme pour l’instant gérer la situation, dans le cadre de ses missions, le nombre de MENA arrivant en Belgique est cependant en hausse constante. Selon les statistiques publiées par le CGRA, 1388 demandes d’asile provenant de MENA ont déjà été enregistrées en 2015, contre 486 en 2014 et 423 en 2013. En septembre 2015, 482 demandes ont été introduites, surtout par des jeunes provenant d’Afghanistan et de Syrie. Au mois d’août, on en dénombrait 352, contre 288 en juillet et 212 en juin. Les chiffres sont donc en augmentation et vu la fragilité des jeunes demandeurs d’asile, une politique spécifique est clairement nécessaire à différents échelons.

Mollesse européenne

Au niveau européen, une politique claire et des mesures à la hauteur de cette urgence humanitaire, tardent à se mettre en place. Ce pourquoi 59 ONG, spécialisées dans la protection des droits de l’homme et de l’enfant, ont lancé un appel urgent aux dirigeants européens. D’après le HCR, près de 700 enfants traversent la Méditerranée chaque jour, dont un certain nombre de MENA. Une problématique qui n’est pas assez prise en compte.

Sandra Evrard

A lire aussi :

Aide à la jeunesse : 84 places supplémentaires en accueil

Santé : les MENA couverts



Commentaires - 1 message
  • Cela fait des années et des années que l'aide à la jeunesse intervient pour les mena et paye des milliers d'euros en nuits d'hôtel. Alors que pour d'autres jeunes il n'y a pas de solution faute de moyens. Allez comprendre...

    Javadevaudreuil jeudi 12 novembre 2015 09:42

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.