"Action jeunes" au secours des jeunes en décrochage !

Mis en place par le CPAS de Mons, l’UMONS (département psychologie de la famille) et la Haute Ecole en Hainaut, "Action Jeune" est un dispositif de conseil, d’animation et d’aide en vue de l’orientation et l’intégration professionnelles des jeunes.

En Belgique, le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans dépasse les 20%. Un constat important, sachant que depuis quelques années, les CPAS enregistrent eux aussi une augmentation de jeunes sans emploi ni en études ou en formation, ni en recherche active d’emploi. Ces jeunes qui se coupent souvent de leurs familles ou même de la société ont un nom : les NEETs. Au vu de ces chiffres, le CPAS de Mons a créé le projet "Action Jeunes" en 2015, dans le cadre du Fond Social Européen 2014-2020. D’autres structures participent à cette initiative : l’UMONS et la Haute Ecole en Hainaut (HeH).

Par les jeunes, pour les jeunes

Dans le cadre d’"Action Jeunes", l’UMONS met à disposition des étudiants en psycho et en science de l’éducation pour aider les jeunes en décrochage. Ils doivent tout d’abord identifier les freins sociaux qui poussent les NEETs à ne pas s’insérer dans la vie professionnelle et citoyenne. « On nous amène une liste avec les noms de jeunes qui ne se sont pas présentés aux rendez-vous fixés au CPAS. Nous prenons contact avec eux, pour comprendre quel est le frein », explique Sébastien, étudiant à la faculté de psychologie, à l’Avenir. Par la suite, les étudiants essayent de remobiliser ces jeunes en décrochage, autour d’un projet de formation ou d’emploi. Le dialogue et l’écoute sont deux facteurs importants dans leur accompagnement. « On essaie de comprendre ce qui ne va pas, de voir s’il y a des difficultés familiales, sociales… ». Enfin, ce sont des étudiants de la section "Educateur" de la HeH qui prennent le relais. Ils accompagnent les NEETs dans leurs démarches, en les orientant dans leurs recherches d’emploi ou formation. Toute la structure est encadrée par des travailleurs sociaux du CPAS.

Une source d’opportunités

Le CPAS a mis en place des outils d’orientation tels que des tests d’aptitudes afin d’aider les jeunes en décrochage à identifier de façon efficace leurs forces et leurs faiblesses, en vue d’aboutir à un projet professionnel. De plus, des entreprises (Colruyt, Carrefour, SNCB...) et des organismes de formation (IEPS, IFAPME...) les rencontrent afin de les aiguiller au mieux dans de possibles futures carrières. Enfin, des heures de stages en entreprise font aussi parti du cursus.

Un bilan positif

« Nous sommes passés à un taux de présence de 40% à 70% (aux rendez-vous fixés par le CPAS) », se félicite le président du CPAS Marc Barvais. Concernant l’accompagnement des jeunes par des étudiants, l’âge est un facteur important. Il apporte une certaine proximité et peut favoriser la relation. Du côté des étudiants, le projet séduit car il permet de passer du théorique à la pratique. Le projet tend à trouver de nouveaux partenaires comme le centre de planning familial des Femmes Prévoyantes Socialistes (FPS) concernant la prévention et le questionnement sur la parentalité. Le concours de MEDIAS, qui vise à promouvoir l’insertion professionnelle de jeunes handicapés via une formation informatique, est aussi attendu pour des suivis plus spécifiques de jeunes souffrant de troubles mentaux.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.