Aide-soignant(e) : le guide pratique du métier

Aide-soignant(e): le guide pratique du métier

Quel est le rôle de l’aide-soignant(e) ? Quel est son statut parmi les autres professionnels de la santé ? Explications.

Etre aide-soignant(e), c’est exercer auprès des personnes dans le besoin au quotidien. Une formation professionnelle rapide et un métier gratifiant, mais qui demande une disponibilité de chaque instant. Le Guide Social fait la lumière sur le métier d’aide-soignant.

- Comment devenir aide-soignant(e) ?

- Aide-soignant(e)s : domaines d’emploi et poursuite d’études

Le rôle de l’aide-soignant

L’aide-soignant(e) assiste l’infirmier dans l’octroi des soins aux malades ou aux personnes dépendantes. Que ce soit dans les hôpitaux, dans les MR/MRS ou encore à domicile, son rôle est de veiller au bien-être et au confort des personnes fragiles. Il est là pour faciliter la vie des malades en leur assurant un maximum d’autonomie ou en les aidant dans les tâches de la vie de tous les jours. Ainsi, l’aide-soignant(e) a la charge des soins d’hygiène en plus d’effectuer d’autres soins infirmiers auprès du patient, comme la prise de température ou de pouls. Il ou elle doit aussi veiller à la logistique de son service.

L’aide-soignant(e) est un appui fondamental pour les équipes de soins car c’est lui ou elle qui entretient un contact privilégié avec les patients au quotidien. Véritable bras droit de l’infirmier, il est possible pour ce dernier de déléguer à l’aide-soignant certaines activités infirmières déterminées. Il s’agit, entre autres, de veiller à l’hydratation et à l’alimentation des patients, ou encore de participer à l’information des patients et de leurs familles des plans de soins disponibles et autorisés.

Un métier empathique et physique

Parce qu’ils sont sollicités par les autres professionnels de santé à chaque instant, aide-soignant(e) est un métier sportif au quotidien. Les aides soignant(e)s doivent veiller à de nombreux facteurs d’hygiène et de sécurité, détecter tous les problèmes éventuels et assurer le premier relais de communication entre le patient et le personnel soignant. Mobile et précis dans son travail, l’aide-soignant(e) doit être avant tout méthodique. Il est également important que l’aide-soignant(e) soit capable d’établir une relation appropriée avec le patient, basée sur la confiance et la patience. Plus présent et moins distant que les autres professionnels de la santé, il arrive que l’ aide-soignant(e) devienne le confident des patients. C’est pour cela qu’il doit faire preuve d’une grande capacité d’écoute et être empathique aux besoins des patients.

Titre et salaire de l’aide-soignant

Essentiel dans la prise en charge et l’octroi des soins, le métier d’aide-soignant(e) est depuis 2006 entièrement reconnu par la législation. Le métier dispose donc de formations spécifiques ainsi qu’un titre reconnu. Par conséquent, il est indispensable d’être enregistré comme aide-soignant(e) pour pouvoir exercer. Cet enregistrement est possible au sortir d’une formation reconnue par l’Etat belge, que ce soit en enseignement secondaire professionnel, en enseignement de promotion sociale ou via d’autres formations qualifiantes.

Le salaire d’un aide-soignant(e) varie selon qu’il exerce en indépendant, dans le privé ou dans le public, dans une MR/MRS ou dans un hôpital psychiatrique... En somme, le salaire sera différent selon la structure de soins. De façon générale, les salaires bruts s’échelonnent de 9.5 à 12 euros de l’heure. A titre d’indice, le salaire moyen d’un(e) aide-soignant(e) à domicile est de 9.74 euros de l’heure. En exerçant dans le public, un(e) aide-soignant(e) sans ancienneté pouvait gagner jusqu’à 1.860,68 euros bruts par mois en 2011. Néanmoins, l’échelle barémique pour l’ensemble des aides soignant(e)s à été fixée à 1.35 depuis 2013, ce qui garantit une évolution proportionnelle des salaires en fonction des années d’ancienneté dans le métier. Toutefois, un(e) aide-soignant(e) exerçant dans le secteur privé à tendance à moins gagner que son homologue du secteur public.

Un investissement de chaque jour, pourtant moins bien payé que la plupart des métiers de la santé. Et pourtant, beaucoup d’aide-soignant(e)s belges réalisent leur rêve à travers ce métier et ne voudraient en changer pour rien au monde.

Lire aussi : Les aides-soignants privés de visa de travail



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.