ASBL : un réseau de première ligne pour améliorer les besoins de santé publique

ASBL : un réseau de première ligne pour améliorer les besoins de santé publique

Le collège de la Commission communautaire française (COCOF) s’engage auprès des ASBL et des professionnels de santé pour lutter contre les inégalités sociales en matière de santé.

Pour Cécile Jodogne(FDF), ministre COCOF chargée de la santé, une campagne de prévention est urgente auprès des classes démunies, dont on constate qu’elles souffrent d’importantes inégalités en matière de santé. La ministre se rapproche des professionnels de santé et des ASBL sur le terrain pour définir les priorités et les besoins de chacun.

Promouvoir la santé auprès des classes défavorisées

La santé est toujours un facteur important d’inégalités sociales en Belgique. En cause, la nature du travail exercé mais aussi un moindre accès aux soins de santé et aux campagnes de sensibilisation déployées par les acteurs du secteur. Un problème de société, alors que selon plusieurs études l’espérance de vie des classes aisées fait le grand écart avec celles des plus défavorisés.

Cécile Jodogne a entamé une évaluation de terrain avant la mise en place de moyens de prévention santé à grande échelle. Pour la COCOF, l’enjeu est de favoriser l’action au quotidien des ASBL auprès des personnes malades, qu’elles soient sans-abris, toxicomanes, en difficultés financières ou familiales. Cette initiative du gouvernement pourra enfin doter les ASBL de terrain des moyens nécessaires à une prise en charge efficace des personnes malades sur le long-terme.

Les ASBL de terrain au premier plan

Concrètement, il s’agit de déployer les actions de prévention directement auprès de la population, en se joignant aux efforts des ASBL de terrain à Bruxelles. Au micro de Mediplanet, Cécile Jodogne a insisté sur l’importance d’une prise de contact avec tous les acteurs de santé de la capitale. En effet, c’est essentiellement grâce à l’action quotidienne de ces ASBL que le gouvernement bruxellois pourra définir les besoins concrets des personnes défavorisées et les priorités sur lesquelles il faut s’engager. De plus, les acteurs de santé représentent un réseau de première ligne sur lequel la COCOF compte s’appuyer pour atteindre la plus grande part de la population. Si l’année 2015 sera entièrement consacrée à l’étude du secteur, c’est néanmoins pour les ASBL l’espoir d’un soutien attendu depuis longtemps.

Vers une approche globale de la santé

Le fil conducteur du projet de Cécile Jodogne est déjà tout tracé. Pour la ministre chargée de la santé, il faut favoriser une approche globale de la santé auprès de toutes les couches de la population, avec une attention particulière pour les classes défavorisées. D’une part, la campagne de prévention sera axée sur la promotion d’une meilleure hygiène de vie et de meilleures habitudes alimentaires, avec comme objectif final de réduire le coût des interventions médicales. Dans cette optique, la ministre prévoit une place importante à la prévention des maladies chroniques, en prenant exemple sur les améliorations significatives qui ont été faites dans la prévention du diabète ces dernières années. Dans un deuxième temps, Cécile Jodogne a déclaré, toujours pour Mediplanet, qu’il est urgent que les médecins soient conscients que l’acte médical "doit faire partie d’un tout", et "qu’ils s’adressent à une personne dans sa globalité, y compris comme être social, comme être humain, qui a une famille et qui peut avoir des difficultés d’ordre économique ou autre."

Un bel espoir de changer les regards sur la relation patient/médecin, en redéfinissant la place de l’acte médical dans le rapport humain et en rendant au secteur santé sa vocation solidaire.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.