Autisme : l'importance du suivi psycho-social

Autisme : l'importance du suivi psycho-social

Le Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé (KCE) a réalisé une étude sur les différentes prises en charge de l’autisme : l’importance d’un suivi individuel psycho-social y est développé et certaines pratiques, non fondées scientifiquement, doivent être exclues.

Le KCE développe les meilleures initiatives à adopter pour les enfants et adolescents atteints d’autisme, dans son rapport intitulé « Guide de pratique clinique pour la prise en charge des troubles du spectre de l’autisme chez l’enfant et l’adolescent », publié ce mardi.

Améliorer la communication et l’autonomie

Une intervention de type psychosocial serait à plébisciter pour le KCE : la communication et l’autonomie doivent être améliorées, grâce à la présence des parents, soignants et enseignants. Tous les professionnels doivent disposer d’une formation et d’une compréhension suffisante de l’autisme, explique le KCE. Travailler en réseau multidisciplinaire avec des critères de qualité partagés pour ces professionnels serait également important. Suite à un diagnostic, un projet individualisé à long terme serait prévu et partagé par les différentes équipes de professionnels en charge de l’enfant ou de l’adolescent. Son objectif serait de donner la plus grande autonomie possible et d’aider à affronter les exigences de la vie en société et en famille.

Ne pas se tourner vers certains "traitements"

De nombreux "traitements", dont plusieurs ne reposent pas sur une base scientifique, ne doivent pas mériter l’attention des parents d’enfants autistes. Le KCE déconseille de ce fait "la prescription de médicaments ou d’agents biologiques (sécrétine, immunoglobulines…) hors de leurs domaines d’indications, des régimes sans gluten ou sans caséine. Il n’existe pas non plus de preuves suffisantes pour recommander des interventions telles que l’acupuncture, les massages, les thérapies basées sur le contact avec les animaux, pour lesquelles il est préférable de ne pas investir temps ou argent." Les autres "charlatans" pointés du doigt sont des interventions sensorielles comme le neurofeedback, de communication facilitée manuelle, d’intégration auditive et les interventions dites de type moteur comme le Kata exercise training.

Un guide complet pour répondre aux attentes des parents

Sur base de la littérature scientifique internationale, des pratiques scientifiquement validées ou bénéficiant d’un important accord par des experts sont répertoriées au sein de ce guide. Ce dernier a été réalisé par les chercheurs du KCE, différentes professions de santé, les secteurs de l’éducation et du handicap ainsi que plusieurs associations de parents. 70.000 personnes sont touchées par l’autisme en Belgique, les filles étant quatre fois moins touchées que les garçons.



Commentaires - 3 messages
  • Bonjour,

    Je suis éducatrice et travaille avec des personnes adultes ayant de l'autisme avec, pour la plupart, des troubles du comportements associés.

    Je réagis ici sur votre article et non sur le guide publié par les chercheurs du KCE. Je tiens tout de même à mentionner l'importance de publications permettant aux parents d'avoir une source d'informations mises à jours concernant l'autisme vers laquelle se tourner lors de leurs questionnements et se trouvant trop souvent démunis face à lui.

    Tout d'abord, je tiens a appuyer votre article en ce qui concerne une prise en charge pluridisciplinaires et complète incluant la famille et ce, dès le plus jeune âge. En effet, dans ma vie professionnelle, on voit un écart entre les personnes ayant été prises en charge et celles qui n'en ont malheureusement pas eu la possibilité. Car ceci n'est pas chose facile!

    Il est tout aussi important lors de cette prise en charge de favoriser la communication et l'autonomie car c'est généralement un grand mal que nous rencontrons.
    Comme mentionné ci-dessus, un grand nombre de personnes avec autisme que nous accueillions présentent des troubles du comportements. A force d'être à leurs côtés tous les jours et pratiquement 24h/24 ainsi que grâce à l

    Manoun's dimanche 9 novembre 2014 23:42
  • Fausse manipulation... Je continue :)

    A force d'être à leurs côtés tous les jours (pratiquement24h/24) ainsi que grâce à la formation (et informations) que j'ai, je pense pouvoir affirmer avec mes collègues que l'absence de ces deux capacités amènent souvent à ces troubles faces auxquels nous devons faire face.
    L'absence ou la lacune de la communication (expression et compréhension) amène souvent à des frustrations ou encore à un sentiment total d'incompréhension amenant alors à la réclusion (étant une grande caractéristique de l'autisme). Ceci se répercute dans la vie de tous les jours sous forme de troubles du comportement.
    Pour favoriser celle-ci, les moyens de communications alternatif s'avèrent généralement positif comme : les pictogrammes, le PECS par mots ou par images, les supports par images, l'utilisation d'objets, ...

    Acquérir la compétence de l'autonomie permet à ces personnes (comme à toutes personnes) d'atteindre un épanouissement personnel dans la vie de tout les jours. Ce que nous faisons de manière instinctive, car nous l'avons appris, en grandissant, grâce à notre éducation, aux institutions que nous avons fréquentées,...
    En effet, imaginer ne rien savoir faire, être dans votre bulle, sans savoir comprendre ou vous faire comprendre,... ne serait ce pas frustrant? ...
    Et pour acquérir cette autonomie, il faut penser à la manière dont la la personne face à nous va comprendre notre message ; ceci ramène à la communication.

    En ce qui concerne les interventions sensorielles, je trouve que c'est radical de dire que cela n'est pas nécessaire. En effet, cela ne leurs correspond pas à tous, mais à certains oui. De ce qu'on sait, les personnes avec autisme ont de l'hypersensibilité ou inversement ; les interventions sensorielles peuvent leur permettre de répondre aux besoins liés à ces dernières.
    Comme je l'entends souvent autour de moi : "Il y a autant d'autismes que d'autistes". :)

    Cette réaction amènent à la réflexion sur la compréhension d'un monde qui nous est encore fortement inconnu (l'autisme) et sur la prise en charge des professionnels. Nous en découvrons de plus en plus chaque jour qui passe. Il ne faut pas lâcher prise ; continuons à se tromper, à chercher, à avancer, à nous remettre en questions ainsi que nos pratiques en visant le meilleur pour ces personnes dont nous nous occupons tout au long de notre parcours professionnel. Avec des moyens, on l'espère en notre/leur faveur!

    Manoun's lundi 10 novembre 2014 00:20
  • Merci pour votre témoignage. N'hésitez pas à le partager dans le Forum, vous pourrez engager le débat plus facilement. Bonne continuation

    Modérateur vendredi 28 novembre 2014 13:11

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.