Bientôt un diplôme assistant-infirmier ?

Bientôt un diplôme assistant-infirmier?

Le député MR Jacques Brotchi plaide pour la création d’un diplôme d’assistant-infirmier. Mais il craint aussi que la réforme des formations en cours ne soit pas prête pour la rentrée !

La réforme des soins de santé prévoit la mise en place de nouveaux modules de formations pour les professions relevant de l’art infirmier, dès janvier 2016. La semaine dernière, le député MR Jacques Brotchi s’est dit inquiet du retard pris dans la mise en place de ces formations imposées par l’Europe, craignant qu’elles ne soient pas prêtes pour la prochaine rentrée. « Et c’est urgent parce que la formation proposée actuellement par nos établissements ne correspond pas aux prescrits européens. Il est pourtant indispensable qu’on se conforme à la directive européenne pour assurer la libre circulation de nos professionnels de la santé mais aussi pour assurer la qualité et la sécurité des soins de santé », a affirmé le député.

Le secteur attend aussi ce changement

Suite à cette réforme, les études devront désormais s’effectuer en 4 ans (au lieu de 3), comporter 4 600 heures de cours et 2 300 heures de formation clinique (stages sur le terrain), comme le recommande l’Union européenne. Mais les autres formations du secteur doivent aussi subir un lifting. « Nous sommes tout à fait favorables au recyclage du réseau de l’enseignement professionnel secondaire complémentaire (EPSC : brevet), en enseignement d’une assistante de l’infirmière formée en 2 ans (à l’instar de la France). Nous avions eu l’occasion, avec la Fnib, de transmettre ce point de vue au MR en mai 2015 », confirme Paul Sonkes, Président de l’ACN (Association des praticiens de l’art infirmier).

Une réforme nécessaire !

Rappelons que les profils professionnels et les compétences requises pour les métiers liés à l’art infirmier, ont fortement évolué ces dernières années. En cause : la croissance des demandes de soins liées au vieillissement de la population et l’augmentation des patients atteints de maladies chroniques. Il faut dire que la filière ayant été créée en 1957, elle ne correspond plus aux enjeux d’aujourd’hui.

Période transitoire

Actuellement, deux formations permettent de pratiquer le métier d’infirmier : les brevets (niveau secondaire) et les graduats (niveau supérieur). Une passerelle permet aussi aux infirmiers brevetés de devenir bacheliers, au travers d’une formation en promotion sociale. Mais cette solution est quelque peu fastidieuse. D’où la demande de création d’un nouveau diplôme d’assistant-infirmier, qui pourrait également être proposé au travers de la filière de promotion sociale, relevant par la même occasion, ce niveau de formation. Afin d’éviter que la nouvelle réforme ne mette les actuelles infirmières brevetées sur le carreau, le Député et l’ACN prônent également une mesure transitoire, avec la création d’un module leur permettant d’obtenir un BAC.

Sandra Evrard

A lire aussi : Mémorandum : un an après



Commentaires - 24 messages
  • je pense que c'est une excellente idées (pour l'avoir déjà proposé sur le site citoyen Cdh) à conditions qu'il ne remplace pas les aides-soignants et que le salaire soi plus élevé !

    Alfi lundi 19 octobre 2015 10:02
  • Arrêtons de divaguer et assimilons les brevetées, les années de travail qu'elles ont acquises parlent pour elles.................

    chanicsap lundi 19 octobre 2015 17:16
  • Etre averti du décret pour faire partie du projet pilote m'intéresse ???
    Hainaut région du centre

    Alfi mardi 20 octobre 2015 12:47
  • erreur de coordonnées rectifié!

    Alfi mardi 20 octobre 2015 12:56
  • Mais que vons devenir nos aide soignante!!! Elle seront relégués à des tâche ménagères voir mêmes des tâches dégradantes pour leur fonction. Pour ma part,je désapprouves totalement.

    titinetnico mercredi 21 octobre 2015 01:07
  • je désapprouve totalement !!

    katfred22 jeudi 22 octobre 2015 08:51
  • Je pense que cela est une bonne idée.
    Il faut comprendre que les aides soignants incapables de devenir infirmiers peuvent évoluer pour devenir des assistants infirmiers. Avec le vieullissement de la population les besoins en soins de qualité est une évidence.


    pourront aussi se

    dsibojeba jeudi 22 octobre 2015 09:24
  • je ne sais pas pourquoi mais je me méfie ...

    1) parler de libre circulation des professionnels, cela laisse envisager faciliter encore plus la concurrence dans les soins de santé au détriment de la qualité et faire venir des personnes du reste de l'europe pour prendre des emplois aux conditions non conforme à la dignité que quiconque mérite (surcharge de travail pour un salaire inadéquat) ( a l'instar d'autres branches mais aussi présent depuis quelques temps dans le milieu des soins)

    2) des assistants infirmiers formés en 2 ans ? alors qu'on pousse l'étude des infirmiers à 4 ans ... ne serait ce pas le moyen d'encore économiser sur les soins de santé en engageant du personnel sous formé pour finalement devoir faire la même chose que les autres... tout les secteurs connaissent cela... devoir se chiquer la surcharge de travail quand il y a un malade dans l'équipe puisqu'on est pas remplacé....cela existe déjà mais là ils veulent légitimer l'affaire !!! encore moins de possibilités de défendre sa place et son droit à un métier digne dans des conditions dignes!

    Arin jeudi 22 octobre 2015 10:39
  • Excusez moi , mais il y a une erreur dans les infos ... Les études d'infirmière breveté ne se font pas du tout dans les secondaire . On les appelle aussi les infirmière A2 . C'est le même principe que les A1, durant trois ans, dans les études supérieurs . Seul différence avec les A1, elle n'on pas bcp de spécialisation possible, ne peuvent pas gérer une équipe d'infirmier, et apprenne bcp plus de pratique que de théorique .

    Debore1987 jeudi 22 octobre 2015 12:55
  • je suis une infirmière brevetée depuis 21 ans! et j ai fait mes 3 années d études ! elles étaient complètes et pointues! l école d ou je sors nous demandait même un travail de fin d étude! alors je suis ecoeuré qu on ne nous reconnaisse plus !! je ne suis pas une sous infirmière ! et je pourrais apprendre bien des choses au nouvelle recrues! j ai créée ma société et maintenant je dois trembler qu on me l enlève pour encore faire des économies !!! ras le bol!

    vallaurent jeudi 22 octobre 2015 14:23
  • je voudrais répondre à debore1987 concernant la formation des infirmières brevetées. il s'agit bien d'un enseignement secondaire professionnel appelé 4 ème degré et non d'un enseignement supérieur comme le graduat. je suis infirmière enseignante dans la section des infirmières brevetées

    vitavie jeudi 22 octobre 2015 18:21
  • Je suis aussi infirmière brevetée, et quand on est sur le terrain il n'y a aucune différence avec les graduées.. je me dis que je n'ai pas fait 3 ans pour rien, j'ai eu des cours et des stages poussés et que cela serait vraiment injuste de retirer notre diplôme!!! Car on a bosser et étudier dure pour ca!!! Des nouvelles mesures d'accord. Mais pas pour les infirmières déjà diplômées qui bossent déjà depuis des années. c'est du grand n'importe quoi!!!

    claudev jeudi 22 octobre 2015 18:27
  • Je pense que notre gouvernement doit faire la différence entre ce qui se passe sur le terrain actuellement et ce qu'il décide!! Certaines de mes collègues A2 sont devenues avec les années, responsable de service et ont des responsabilités grâce à leurs expériences, bien méritées!! Il faudrait TOUT leur retirer sous prétexte que notre gouvernement doit se mettre aux normes européennes?????
    Je suis écoeurer... donc créé des nouveaux postes Et de nouvelles études pour les FUTURS étudiantes mais ne retiré pas à certaines ce qu'elles ont mis des années à créer, c'est cruel et idiot!!
    Une ergo en colère!!

    Estelleergo jeudi 22 octobre 2015 19:42
  • Arrêtons surtout les bêtises. Les aides-soignantes sont des aides soignantes point à la ligne. La formation d'infirmière brevetée DOIT disparaître, il ne doit rester que le BAC, ne devons défendre plus que tout cette profession qui est largement sous payée par rapport aux responsabilités que nous prenons et qui deviennent de plus en plus pénibles et nombreuses.
    Déjà que l'on veut supprimer les primes octroyées aux spécialisations diverses organisées APRES le bachelier, il faut arrêter de délirer à un moment.
    C'est un problème qui persiste depuis des années, on se laisse marcher sur les pieds par les médecins qui eux n'ont pas de soucis de d'argent, on parle d'eux sans arrêt, médias etc essayez d'allé toucher à leur salaire vous allez voir çà. Que la ministre de la santé ouvre les yeux et voit les énormes inégalités entre médecins et infirmiers. Si déjà on arrive pas a se faire entendre avec une bachelier + une spécialisation comment faut-il faire ?
    Cette histoire d'assistant infirmier est une foutaise.
    A vous politiciens, venez vous faire soigner par des infirmiers avec un niveau d'étude différent vous verrez QUOI qu'il arrive une différence.

    Azzzz jeudi 22 octobre 2015 21:19

  • Le 22/10/2015.

    Bonjour,

    Pour les aides-soignants, il serait intéressant qu'en passant un examen au jury central ou une formation complémentaire, ceux-ci puissent obtenir le titre d'assistant-infirmier surtout s'ils ont réussi une première année d'infirmières brevetées.
    Sinon, il va avoir un problème avec les aides-familiales,...

    Bonne soirée.

    schtroumfette jeudi 22 octobre 2015 21:52
  • C'est du grand n'importe quoi!!!!!!
    Les infirmières brevetées ne peuvent pas être assimilées aux infirmières graduées ( même avec X année d'ancienneté) Les aides soignantes ne sont pas suffisamment reconnues alors qu'elles sont bien l'aide de l'infirmière. Sur quoi va se baser ses études .... elles existent déjà sous un autre nom.
    Que de complication alors que sur le terrain c'est le même combat pour les personnes que nous soignons

    Nanou1190 vendredi 23 octobre 2015 18:41
  • du grand n'importe quoi en effet. je suis infirmière A2 depuis 18 ans en médecine et chirrugie gastro. notre équipe est constituée de 2 agents A1 et 13 agnets A2 non pas pour faire des économies dans les hopitaux mais parceque il y a pénurie d'infirmière. nous ne demandons pas à être assimilée comme le critique les infirmières A1 (sans pouvoir le justifier). la formation A2 quoi u'en disent les A1 est surtout centrée sur la pratique (15 jours de cours 15 jours de stages dés la première année contre 4 semaines de stages pour les A1) les cours sont les mêmes mais vu dans son ensemble au lieu d'approfondir l'appronfondi. Ce qui a ete créé ne peut être retiré. il y a 21 ans la formation A2 était en 2 parties : vous faisiez 2 ans et vous étiez garde malade (toilette, paramètres, lits, pansements s/c, IM,...) une vraie aide infirmière et vous faisiez la 3ième année pour devenir infirmière avec aux soins liés aux IV. puis ils ont annulé cette formation de garde malade pour devenir infirmière en trois ans. Maintenant il n'y a plus que la formation d'aide soignante dont les actes sont limités (plus de gluco, pas de PA, pas de pansements, pas de S/C pas d'IM). J'ai fait 3 ans d'études pour devenir infirmière brevetée et suis avtive en temps plein depuis 18 ans. A part l'acès de certaines spécialité mes tâches et mon travail est le m^eme sur le terrain. Nous sommes nombreuse à vouloir devenir A1 surtout pour la différence salariale et l'accès à des spécialités mais demander aux gens de retourner sur les bancs pendant trois ans à raison de 2 jours de cours par semaine plus toutes les heures de stages à assimiler à un temps plein c'est quasi impossible. il faut soit y sacrifier soit sa fille de famille déjà mise en brole avec notre vie professionnelle ou sacrifier notre temps de travail sans crédit d'heure offert par les hopitaux qui nous emploient car ils ne voient pas pourquoi ils devraient nous aider à devenir des infirmières A1 pour faire le même travaille que l'on preste déjà mais surtout pour un salaire plus élevé au cours des années. que va-t-on evaluer en stage : comment on fait une toilette, un lit, mettre des catheter, faire des prises de sang, une IM, une S/C, une IV lente, une perfusion, ......
    Il est honteux et dégradant de devoir repasser par là, ici en WALLONIE et BRABANT WALLON, quand on sait que la passerelle existe en 1 an maximum pour les NEERLANDOPHONES. En ce qui concerne la réforme des études au lieu de réaugmenter les études en 4 ans ( charge d'inscrition supplémentaire pour les familles et les étudiants, encore moins vite accessible sur le marché,....)
    je pense que l'on pourrait garder les 3 ans et faire un savant et intelligent mélanges des études A2 actuelle et études A1 à la théorie souvent pénalisantes pour certains candidats non pas parcequ'elles sont idiotes mais parfois déjà soumises à des obligations familialles et salariales nécessaires car oui il existe des gens qui veulent avoir accès à cette profession mais ne vivent pas tous dans le confort des foyers familiaux. Ils faut surtout que les politiques soient sur le terrain pour voire et entendre les difficultés dejà rencontrées sur le terrain actuellement avant de foncer dans une reforme irréfléchie juste parceque il y a un compte et à rebours au-dessus de leur tête.

    infi A2 dimanche 25 octobre 2015 17:00
  • C'est vraiment du grand n'importe quoi!!! si c'est le cas que les infirmiers brevetés déja diplomés obtiennent alors un statut d'infirmier tout court OK pour un module transitoire mais pas 3 années de passerelle (que ce soit gradué ou pas) nous fesons le même boulot!!!! je ne vois pas un employeur accepter que tu fasses 3ans de passerelle et revenir faire le même boulot et te payer plus chère;;
    TOUT CA c'est votre politique commerciale pour engager sur le marcher les assistants infirmier et payer moins chère!! PEUT ON RETROGRADER UNE LOI DEJA VOTER?? les anciennes brevetés doivent -ils perdre leurs statuts?? VRAIMENT quils refflechissent aussi et se mettent à leurs place!!! c'est belle et bien 3 bonnes années d'étude MERCI

    infi 29 dimanche 25 octobre 2015 19:45
  • Je ne veut pas dire mais actuellement infirmier breveté au niveau secondaire professionnel c'est ni plus ni moins qu'un aide soignant qui fait plus d'actes qu'il ne devrait eu égard à la réglementation. Ici en France quelqu'un qui a un bac professionnel (diplôme de fin d'études secondaires professionnelles) en soins et service à la personne fait exactement les mêmes choses qu'un diplômé aide soignant et ne sera jamais infirmier...c'est invraisemblable! Le système Belge vu de la France et surtout contradictoire! Comment peut on avoir deux niveaux d'études très différents et faire le même boulot...moi perso ça me dépasse. Malheureusement grace ou à cause de la libre circulation européenne (malgré des normes qui servent on ne sait trop à quoi du coup!) , j'ai déjà eu à fréquenter des infirmiers brevetés Belges (extrêmement rares il est vrai)...ben excusez moi du peu mais c'est pas flamboyant hein, ...ne serait-ce que déjà au niveau des soins...du genre reposer un gripper sur chambre implantable et dire "hoooo tu peux venir je n'y arrive pas, l'aiguille de Hub' ne veut pas s'enfoncer" et toi de répondre " ben évidemment la chambre se trouve de l'autre côté, là tu tentes de piquer le pace maker". Mais j'ai également le même constat avec le diplôme allemand qui avec le diplôme de brevet belge est le seul diplôme d'enseignement secondaire et non supérieur et universitaire...C'est invraisemblable et dangereux que des gens pourvus de ces diplômes puissent exercer en France ou ailleurs surtout au sein d'unités de soins toujours plus exigeantes.

    PadiaNur dimanche 1er novembre 2015 17:51
  • Je rejoins la personne qui a dit ":Ce qui a ete créé ne peut être retiré. il y a 21 ans la formation A2 était en 2 parties : vous faisiez 2 ans et vous étiez garde malade (toilette, paramètres, lits, pansements s/c, IM,...) une vraie aide infirmière et vous faisiez la 3ième année pour devenir infirmière avec aux soins liés aux IV. puis ils ont annulé cette formation de garde malade pour devenir infirmière en trois ans. " J'ai quitté les études en 1981, en tant qu'aide sanitaire, ce qui revient à leur nouvelle appellation ' assistant infirmier' On intégrait une équipe, les infis diplomées étaient contentes de ces petites mains qui pouvaient prendre le temps d'une toilette, aide repas, réfection lit, petits pansements pendant qu'elles avaient de plus gros soins à réaliser lors des grosses surveillances post-op, idem en maison de repose ou à domicile. Mais voilà ya eu de nombreux ministères santé qui chacun à leur tour ont changé la done, sous prétexte des responsabilités et ouste les aides sanitaires, qui ont été reléguées au stade de brancardier, nettoyages, alors que comme leurs collègues infi , il est vraissemblable qu'elles aient choisi ce boulot par vocation , dans un souci d'aide aux personnes, d'empathie, car déjà à l'époque on nous disait qu'il y avait vieillissement de la population et que ce serait l'avenir.Mais voilà on n'avait pas de statut universitaire et donc incultes pour certains préjugés . Il est dommage qu'avec les décennies, on en aie oublié l'écoute au profit de la rentabilité. Nouvelle nomenclature uniquement pour se donner bonne conscience et oublier que depuis des décennies des générations de soignants ont exercé leur profession en accompagnant, en soignant, en écoutant. C'est Florence Nightingale qui doit bien pleurer de voir cette réforme, elle qui s'est battu pour que tout personnel soignant aie un statut reconnu et privilégié.A vous qui au quotidien exercez cette merveilleuse profession, prenez soin de vous autant que vous ne donnez de votre temps pour le bien être des autres

    Rebirth lundi 2 novembre 2015 21:27
  • C est bien tous ces témoignages je vous rejoints sur certains posts. Mais une question est ce que l on va tenir compte de votre avis ? Tous ces commentaires seront lus par les personnes concernées ? C est pas en sortant de l école que nous sommes au top mais avec l expérience que ce soit A1 ou breveté , nous devrions pas différencier les deux diplômes je pense que la personne la plus compétente à juger du travail est votre employeur et pour le domicile les patients et médecins . Il est clair que si on prends des décisions défavorables pour ceux qui sont déjà en açtivites depuis plusieurs années notamment les A2 seraient inadmissible jusqu ici nous étions reconnus et pour un caprice de l Europe tout doit être chamboulé , il existe des formations continues , l Infirmiere travaille en collaboration avec le médecin , ce n est que purement politique , beaucoup ont déjà des années de travail alors messieurs les ministres ayez la décence de respecter cette profession vous qui n arrêtez pas de vous plaindre de pénurie d infirmières , ce n est déjà pas un métier facile , qui vous prends je ne sait combien d heures de travail car en tant qu indépendant nous n avons pas d heure de fin et bien souvent cela empiète sur la vie familiale ,

    Feuille 2 mercredi 11 novembre 2015 12:42
  • Je pense que c'est une bonne idée mais que cela devrait aussi être créé sous forme de formation emploi ! Pourquoi seuls les étudiants auraient droits d'obtenir un diplôme ou un équivalent ? Les personnes en recherches d'emploi sont également capable de suivre une formation pour apprendre ce métier....

    titelily90 jeudi 14 janvier 2016 13:33
  • Les infirmiers A2 avec au moins 10 ans d' expérience peuvent être assimilés au A1, et les autres tout en travaillant peuvent suivre une formation complèmentaire d' une année.
    Messieurs et Dames du gouvernement pensez au pénurie déjà grandissant dans ce métier. Si les A2 n' ont plus de boulot êtes vous prêt de payer comme chomeurs durant 3 ans de remise à niveau???

    àVoir lundi 18 janvier 2016 20:25
  • je reponds au message de estelleergo du 22/10/2015.
    Le contenu de son message laisse penser que cette personne est infirmière. Son propos exprimé une certaine amertume sans doute légitime. Pour autant nous avons tellement de chance d'appartenir au monde de la santé, de nous consacrer a la souffrance physique ou psychologique des autres,. Par contre la ségrégation professionnelle et la forme de discrimination ne sont pas de bon Aloi. Mais peut-être que cette personne ne s'est jamais trouvée dans la situation où la présence et l'investissement de ce qui apparemment est considéré comme subalterne, l'aide soignante est bien écoutable.
    N'oubliez jamais qu'une A.S est tout a fait capable é tenir des responsabilités qui sortent de son champs pro, et retenez bien que dans notre corps de métier il est très mal vue de faire de l'esprit. Je pense que vous devriez chercher a changer votre regard ca vous permettra d'évoluer.
    Allégorie.
    P.S: Je suis chef d'établissement.

    allegorie dimanche 24 janvier 2016 13:28

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.