Bruxelles : 655 contrats d’insertion pour lutter contre le chômage des jeunes

Bruxelles : 655 contrats d'insertion pour lutter contre le chômage des jeunes

Six-cent-cinquante-cinq contrats d’insertion pour lutter contre le chômage des jeunes de longue durée sont mis en place dès juillet 2016 à Bruxelles.

Le Ministre de l’Emploi et de la Formation en région bruxelloise, Didier Gosuin, continue sur sa lancée. Après avoir présenté les chiffres du chômage des jeunes à Bruxelles, le Ministre s’attaque à présent au chômage de longue durée des jeunes. Et ce, en complémentarité à la Garantie pour la Jeunesse. Suite à l’appel à projets lancé le 4 mars dernier, 655 postes sont ouverts dans les ASBL et les pouvoirs publics bruxellois.

Une des mesures du gouvernement

En début de législature, la Région bruxelloise avait décidé de pérenniser et d’accentuer la Garantie Jeunes, mais en plus, de compléter son offre avec le Contrat d’insertion. Il s’agit d’un contrat de travail à durée déterminée, subventionné par la Région qui permet au jeune chercheur d’emploi de moins de 25 ans, inscrit chez Actiris depuis 18 mois et qui n’a pas trouvé d’emploi d’acquérir une première expérience professionnelle de qualité ainsi que des compétences lui permettant, par la suite, une transition vers un emploi durable et de qualité.

Plus de 5,5 millions d’euros en 2016 pour financer les contrats d’insertions

Un large appel à projet a été lancé par Actiris : au total, 655 postes sont ouverts et ils seront exclusivement attribués, au fur et à mesure, en fonction de l’intérêt du jeune chercheur d’emploi et de son projet professionnel, d’une part et de la qualité de l’encadrement proposé par les employeurs, d’autre part. Les emplois sont répartis comme suit :

- ASBL : 319 postes

- Communes : 242 postes

- CPAS : 54 postes

- OIP : 40 postes

- Total : 655 postes

Un budget de 5.529.000€ est prévu pour financer les premiers contrats d’insertion à partir de juillet 2016.

Une réponse efficace à toute forme d’exclusion

Avec le Contrat d’insertion, la Région bruxelloise se dote d’un outil efficace pour lutter contre toute forme d’exclusion et de discrimination à l’embauche, puisque ce ne sont plus les seuls employeurs qui choisissent les bénéficiaires de la mesure. En effet, pour chaque poste, Actiris sélectionnera les trois profils les plus adaptés. De facto, les employeurs se verront proposer des candidats reflétant la diversité du public bruxellois en recherche d’emploi. De plus, le contrat d’insertion est également une solution pour celles et ceux qui sont exclus, par le fédéral, du droit aux allocations d’insertion. « Alors que le fédéral s’attache à pratiquer une politique d’exclusion à l’aveuglette, la Région bruxelloise met tout en œuvre pour offrir un emploi à l’ensemble des jeunes chômeurs de longue durée, se réjouit Didier Gosuin. Personne ne sera laissé sur le carreau. La Région bruxelloise opte résolument pour une politique d’inclusion », conclut le Ministre de l’Économie, de l’Emploi et de la Formation professionnelle.



Commentaires - 1 message
  • Bjr. Et bien mon fils a fait un master 2 en anthropologie et depuis un an il cherche du boulot. Comme il a 25 ans il n'a aucun revenu pas de chômage et si CPAS on récupère chez les parents. Àtant moi-même en chômage temporaire mon syndicat me paie moins de 1.000€ par mois. À qui dois-je dire merci?

    anika58 jeudi 9 juin 2016 18:17

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.