"Comment déboucher les oreilles de Mme De Block ?"

La ministre de la santé reste sourde à toute question, suggestion et revendication. Le secteur de la santé mentale se rassemble et réfléchit à « comment lui déboucher les oreilles. »

La loi sur la psychothérapie, la psychomotricité, la kinésithérapie… La ministre de la santé « est un bloc, sans mauvais jeu de mot. Elle n’écoute personne, ne veut rien entendre et fait ce qui lui plait », pour une professionnelle de la santé mentale. « Elle veut changer le modèle des soins de santé, c’est tout. Et le gouvernement l’a clairement exprimé ! », explique un autre. Les professionnels de la santé mentale se réunissaient, ce vendredi, pour un meeting sur les enjeux de la réforme de la loi des soins de santé mentale.

La nouvelle loi

Els Vancompernolle, psychologue à Gand, explique le texte de loi proposé par Maggie De Bloc. « La loi réformée par Maggie De Block inscrit à présent la psychothérapie dans la catégorie des professions de soins de santé, pour réglementer la médecine. Cette catégorie de profession se nomme LEPSS. Le mantra de la ministre, c’est que la psychothérapie est un traitement ». Cela engendre plusieurs conceptions nouvelles :

1) La psychothérapie se conçoit maintenant comme une matière « contrôlable », à laquelle on peut associer des « preuves », dans le concept de l’Evidence based medecine, prôné par la ministre.

2) La formation à la psychothérapie est désormais une spécialisation, uniquement accessible aux médecins, orthopédagogues et psychologues cliniciens. Des mesures transitoires sont prévues par la ministre pour les personnes qui ne sont pas dans le cas. De même, les personnes n’ayant pas suivi une formation donnant accès à un titre LEPSS seront supervisées. La formation des futurs psychothérapeutes s’effectuera à présent dans « des hautes écoles et des universités officiellement acceptées ».

3) L’apparition du judiciaire dans la gestion quotidienne des psychothérapeutes. En effet, en cas de problèmes, les inspecteurs pourront sanctionner les praticiens. « De même, les patients pourront attaquer leur psychothérapeute, s’ils le jugent opportun ». Chaque praticien porteur d’un titre LEPSS devra avoir un visa, attestant de ses capacités psychiques et physiques. « Et ce visa, qui le donnera ? »

En réponse à ces mesures, le secteur réagit. Et continue, malgré la non-réaction de la ministre.

La Ligue francophone bruxelloise de la Santé mentale

La Ligue francophone bruxelloise de la Santé mentale est en contact avec deux avocats constitutionalistes, en vue de faire annuler la loi de la ministre. « Nous faisons plusieurs choses : nous avons également lancés des groupes de concertations. Si, au niveau constitutionnel, cela ne fonctionne pas et que la loi passe, nous allons voir ce qu’il est possible de faire au niveau des Arrêtés Royaux, voir quelles mesures d’action nous avons dessus. »

Alter-Psy

Le collectif Alter-Psy se mobilise contre cette loi et compte introduire un recours en suspension de cette dernière. Françoise Raoult, représentante du collectif, avance comme arguments notamment que contrairement à ce que la ministre a annoncé « les mesures transitoires n’existent pas, ce sont en fait des dérogations que les professionnels devront demander, pour pouvoir exercer. Ceux qui n’ont pas suivi de formation en LEPSS au préalable ne pourront plus exercer du tout ». Il semble également y avoir des incertitudes quant aux diplômes délivrés par les universités. En effet « ces dernières ne sont pas en mesure de certifier qu’une personne dispose d’un Master en psychologie clinique, puisque la formation n’existait pas à l’époque. » Et à Mme Raoult de conclure : « Cette loi est extrêmement floue et il faut absolument obtenir des indications claires et précises de la part de la ministre. »

A suivre...



Commentaires - 3 messages
  • Cette Loi "Deblock" est complètement absurde pour plusieurs raisons :
    1) la psychothérapie ne peut être un "médicament" de l'Evidence Based Médecine puisque si on se rapporte à l'étymologie du mot (en grecque), la psychothérapie signifie "être au service de l'âme". Ce qui signifie que cela laisse place à la parole et à l'écoute.
    2) On ne peut balayer d'un revers de la main, les différentes approches thérapeutiques : systémiques, analytiques, TCC ou humanistes. Ce sont des outils de psychothérapies nécessaires pour l'accompagnement dans le travail avec nos patients. Des recherches ont prouvé que ces approches sont nécessaires et bien avant l'Evidence Base médecine.
    3) Les différentes écoles de psychothérapies ont fait leurs preuves depuis plus de quelques décennies. Les formations sont approfondies. Plus approfondies que la partie purement théorique de ce qu'on nous enseigne à l'université. Puis, ces écoles nous permettent de faire un travail en profondeur sur nous-mêmes (ce qui ne sera pas le cas dans les Hautes écoles ni dans les universités faute de temps et de moyens et surtout...d'expérience)
    4) La Loi de 2014 "Muyle" avait très bien compris tout cela et réglementait très bien le métier de psychothérapeute. Cette loi permettait réellement que des prétendus charlatans ne se déclarent psychothérapeutes sans avoir suivi un parcours de formation comme la majorité des psychothérapeutes ayant un diplôme en santé mentale l'on fait. Puis, il y a l'expérience et le suivi : supervision, journées d'études, conférence. Avec la Loi de Maggie de Block, c'est la porte ouverte à des vrais charlatans et pourtant, ils seront médecins ou psychologues mais penseront que comme ils ont un master et une spécialité en psychothérapie, ils ont l'expérience et la connaissance.... ce qui n'est vraiment pas le cas.
    Voilà déjà une approche de ma pensée pour dire que cette Loi est totalement inadaptée et absurde.
    Bien cordialement,

    Carine

    Carine Duray-Parmentier vendredi 21 octobre 2016 22:05
  • Bonjour Carine,
    Je suis si d'accord avec vous ! Tout est dit.
    Aujourd'hui, je me pose la question du comment agir contre l'absurdité ?
    Bien cordialement,
    Pierre-Boris

    Pierre-Boris jeudi 27 octobre 2016 08:15
  • Maggie "Dé Block" est en train de détruire tout notre système de santé. Il faut tout uniformiser, simplifier, protocoliser et contrôler. Pour le bien du patient ? Non, ça, c'est sa propagande bien huilée.Pour faire des économies sur leur dos et ne surtout pas diminuer son salaire de ministre.
    Comment agir ?
    1) faire savoir à tout le monde qu'elle nous ment avec de sa propagande et qu'on arrête de la considérer comme la personnalité politique préférée, alors que tout ce qu'elle a fait depuis qu'elle est au pouvoir (déjà dans l'ancien gouvernement) est une horreur;
    2) mobiliser tous les travailleurs de la santé (physique et mentale) pour mener des actions concrètes (faire un sitting ininterrompu devant son cabinet, faire une grève commune, mettre des affiches partout, par exemple sur sa voiture, pour dénoncer ce qu'elle fait vraiment,...);
    3) ...

    Gitte dimanche 6 novembre 2016 15:46

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.