De nouvelles mesures pour l'enseignement de promotion sociale et l’accrochage scolaire

De nouvelles mesures pour l'enseignement de promotion sociale et l'accrochage scolaire

Un projet d’accords a été adopté par le gouvernement de la FWB, pour renforcer l’encadrement dans l’enseignement de promotion sociale et les services d’accrochage scolaire. Ces accords visent à améliorer les conditions d’enseignement pour le personnel et les élèves.

La Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté des accords sectoriels pour l’enseignement (obligatoire, supérieur et de promotion sociale). Ces accords, issus des échanges avec divers partenaires sociaux et des revendications exprimées par le secteur ont pour objectif d’améliorer les conditions d’enseignement pour les élèves, mais aussi pour les professionnels. Une enveloppe sera débloquée pour permettre la mise en place de diverses mesures, dont le recrutement de personnel.

Plus de personnel

Plusieurs mesures ont été décidées par le gouvernement. Dans le cadre de l’enseignement maternel, il est notamment prévu de recruter du personnel supplémentaire , tant au niveau des instituteurs (trices) , que des puériculteurs(trices), et des psychomotriciens(ennes). Tant les psychomotriciens(ennes) que les puériculteurs(trices) sous contrats ACS pourront obtenir la statutarisation.

La promotion sociale également financée

L’enseignement de promotion sociale, de plus en plus prisé par les étudiants, fait l’objet récemment de plusieurs réformes . La ministre en charge, Isabelle Simonis, a précisé qu’une enveloppe de 1,1 million en 2017 et de 2,8 millions en 2018 permettra la création d’emplois en vue d’assumer diverses missions. L’accent sera mis sur les missions spécifiques en matière d’aide à la réussite des étudiants ainsi qu’en termes d’accompagnement des personnes porteuses d’un handicap, qui souhaiteraient formuler des demandes d’aménagements raisonnables dans l’organisation des formations.

Une subvention complémentaire pour les services d’accrochage scolaire

Le gouvernement a prévu d’octroyer une subvention complémentaire de 226.655,58 euros aux services d’accrochage scolaire (SAS). En effet, ces derniers souhaitaient que l’ancienneté réelle de leur personnel soit prise en charge dans le cadre de la subvention octroyée pour les frais de personnel. A l’heure actuelle ces dépenses sont puisées dans les frais de fonctionnement des SAS. De plus, une série de réflexions relatives au financement de ces services, l’évolution du projet pédagogique et de la place qu’ils occupent au sein de l’Enseignement et de l’Aide à la Jeunesse est réalisée, suivant les travaux du Pacte pour un enseignement d’excellence.

Un projet ambitieux

En ce qui concerne ce protocole d’accords, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, s’est réjoui de pouvoir le présenter aux pouvoirs organisateurs et aux syndicats. « Ce projet d’accords est ambitieux et apporte des réponses aux besoins exprimés à celles et ceux qui au quotidien s’investissent dans la formation des jeunes et des citoyens. Nous soutenons ces revendications qui visent à l’amélioration des conditions de travail du personnel de l’enseignement et de facto, la qualité et l’accessibilité de l’enseignement dans l’intérêt des étudiants. »

Lire le Communiqué : ici

[A lire]
- Mineurs en Service d’Accrochage Scolaire (SAS), quelles alternatives à l’école ?
- Ecoles de promotion sociale : le plein de formations !
- Le décret inclusion : entre utopie et réalité sur le terrain



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.