Des chiens pour lutter contre la démence

Des chiens pour lutter contre la démence

Les chiens et les maisons de repos ne font généralement pas bon ménage ; sauf quand il s’agit de les utiliser à des fins thérapeutiques. Sur une proposition de Bianca Debaets, ministre chargée du bien-être animal, le Scheutbos, un établissement spécialisé dans l’accueil de la démence, a accepté de tenter l’expérience.

Les thérapies par l’animal commencent à rencontrer de plus en plus de succès et leur efficacité n’est plus à démontrer. Les thérapeutes s’aident de chevaux, de chats ou encore de chiens pour prodiguer du bien-être aux patients. Dans les maisons de repos, la pratique est récente, mais prend de l’ampleur. À Molenbeek, par exemple, Bianca Debaets, ministre du bien-être animal, a débloqué l’an passé un financement de 10.000 euros pour permettre à certains homes de la commune de proposer des thérapies par les chiens à leurs résidents. Focus sur le Scheutbos, un établissement spécialisé dans l’accueil de la démence où l’association Sirius envoie chaque semaine 3 canidés chargés de divertir et de "soigner" les seniors.

La thérapie qui apaise

"Il a été prouvé que les interactions avec l’animal apaisent les personnes démentes", explique, au Soir, Vicky Mastroyannis, coordinatrice des soins au Scheutbos. "Nous l’avons remarqué depuis que l’association Sirius vient avec ces chiens une fois par semaine. Les personnes qui participent à l’activité sont ensuite plus calmes et, souvent, conservent leur sourire." Les 137 résidents accueillent les canidés une fois par semaine pour les câliner, les promener ou simplement les regarder s’amuser. Certains reproduisent les gestes qu’ils pratiquaient avec leur propre animal de compagnie ; une façon de rester connecté à la réalité.

Sirius Therapie

Les chiens qui viennent rendre visite aux seniors sont envoyés par Sirius, une association spécialisée dans la thérapie par l’animal. À sa tête, Ana Lambrecht, une psychothérapeute qui a suivi une formation en psychologie canine afin de tenter de comprendre et anticiper les comportements des animaux. "Les chiens ont un effet thérapeutique à plusieurs niveaux. Les enfants, les personnes âgées, les personnes ayant une déficience intellectuelle ou celles qui cherchent juste un soutien au cours d’une période difficile de leur vie peuvent trouver de l’aide grâce à ce type de thérapie", indique le site internet de l’association. Au cours d’une consultation, A. Lambrecht estime s’il est nécessaire pour ces personnes de compléter leur thérapie classique par celle assistée par l’animal. Et la psychothérapeute ne s’arrête pas là ; elle tente également d’agir sur les phobies canines chez les adultes ou les enfants.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.