Des enfants placés à l'hôpital, par manque de place

Des enfants placés à l'hôpital, par manque de place

Dans les situations d’urgence, les juges de la jeunesse placent des enfants à l’hôpital, par manque de place.

Actuellement, 400 enfants (dans la partie francophone du pays) vivent à l’hôpital, par manque de place. Ces bambins ne sont pas malades et ne nécessitent aucune prise en charge médicale, mais se sont trouvés face à des situations d’urgence et ont été placés dans ces institutions par les juges de la jeunesse. Cependant, les hôpitaux, s’ils peuvent assurer une prise en charge temporaire des jeunes, ne sont pas équipés pour s’occuper d’eux à plus long terme.

Un pis-aller

Normalement, dans le cas où un enfant se trouve dans une situation d’urgence ou en danger, il est placé dans une pouponnière ou une famille d’accueil d’urgence. Néanmoins, la situation actuelle est telle que les établissements assurant ce service en Wallonie et à Bruxelles sont totalement saturés. C’est le cas du Centre Saint-Aubain, qui, sur les 120 demandes qu’il a eues en 2015, n’a pu en accepter que 6. Les autres places étaient occupées par des enfants résidant dans le centre depuis 1, voire 2 ans. Axel Geeraerts, le directeur, expliquait à la Rtbf, « Toutes les autres places étaient prises, puisque notre moyenne ne diminue pas […] c’est ce qui fait qu’à un moment donné, dans des situations d’urgence, il n’est pas rare que des juges doivent prendre des décisions de placement et qu’en urgence, quand il n’y a pas de place, la seule place toujours « libre », c’est l’hôpital. »

Une situation extrême

Placer ces enfants à l’hôpital alors qu’ils devraient se trouver en centre spécialisé ou en famille d’accueil pose de graves problèmes. En effet, ces enfants ont besoin d’un environnement spécifique et d’un encadrement particulier, puisqu’avec leur vécu, ils sont souvent traumatisés. En ce qui concerne les hôpitaux, la situation n’est pas facile à gérer non plus. Si ces structures sont effectivement compétentes pour détecter et traiter les cas de traumatismes, leur rôle n’est pas d’accueillir ces enfants à long terme. Le risque d’engorgement est important. De plus, les hôpitaux doivent libérer des lits pour les bambins. Lits qu’ils ont parfois besoin pour de « réels patients », souffrant de pathologies ou de maladies invalidantes.

Un manque de financement

Le secteur dénonce un manquement politique et le sous-financement de l’aide à la jeunesse qui les pousse à ce genre de situation extrême. Le ministre en charge, Rachid Madrane, qui déposait en mai dernier une note au gouvernement, a demandé un cadastre précis du secteur, mais « c’est encore prématuré à ce stade de communiquer sur les conclusions ». Ces dernières devraient être rendues publiques d’ici quelques jours. Pour le représentant du secteur, le Président de l’Union francophone des magistrats de la Jeunesse, Pierre-André Hallet, « Les conséquences sont parfois extrêmement graves. Ce sont des enfants qui vivent encore dans des conditions inacceptables, uniquement par manque de place. C’est effectivement une faillite politique. »



Commentaires - 2 messages
  • Le problème n'est pas peu courant. Que pensez vous des jeunes autistes qui ne trouvent place dans aucune institution pour adultes??? Le problème vient aussi des budgets qui sont à sec.... quelle triste réalité! !!! Pauvre gouvernement.

    droopy80 jeudi 29 septembre 2016 08:16
  • Il ne faut pas négliger non plus le fait qu'il existe des familles d'accueil encadrées par des services spécialisés dans le handicap et que cette alternative est encore trop peu connues. Au-delà des services de l'aide à la Jeunesse, il y a des services d'accueil familial qui accompagnent ces familles d'accueil qui offrent à des enfants à besoins spécifiques l'encadrement qui convient. Mais de nouveau, cet article met à jour le manque de places et la saturation des centres... ainsi que la situation des jeunes "incasables" car en situations complexes...

    Chouette26 jeudi 29 septembre 2016 11:21

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.