Des militaires pour protéger les abords des CPAS

Des militaires pour protéger les abords des CPAS

Depuis le 1er janvier 2015, les CPAS du pays gèrent vaille que vaille l’arrivée dans leurs institutions des personnes déboutées de leur droit aux allocations d’insertion. Alors que la tension est palpable et pour éviter tout débordement, des militaires sont prévus en renfort depuis ce mercredi.

Les présidents des fédérations de CPAS du pays avaient récemment alerté le gouvernement au sujet des personnes en fin de droit : « On craint de véritables bombes sociales. Parmi les chômeurs exclus, tous n’auront pas droit au revenu d’intégration sociale. »

Des bombes sociales à désamorcer

Il faut croire que les autorités publiques les ont pris au mot puisque depuis ce mercredi des militaires patrouillent en renfort aux abords des CPAS du pays.

Cette mesure vise à protéger le personnel en cas de possible débordement émotionnel de ceux qui se voient refouler des CPAS, car ils n’entrent pas dans les conditions pour bénéficier du revenu d’intégration sociale. Pour le capitaine général de l’armée, division CPAS, il s’agit surtout d’une mesure préventive : « Le contexte est plutôt délicat. De nombreuses personnes doivent affronter une perte financière importante et humainement, la situation peut être difficilement gérable. Certains perdent dès lors leurs moyens et c’est à ce moment-là que mes hommes interviennent. »

« La précarité ne se règle pas à coups de vert kaki »

Du côté des professionnels de l’Action sociale, on tombe des nues : « les CPAS sont structurellement sous-financés, on manque d’assistants sociaux, les demandes pour le revenu d’intégration ne cessent d’augmenter et, tout ce qu’on trouve à nous donner, ce sont des militaires », s’est offusqué le directeur de l’association européenne des CPAS.

Son collègue n’est pas moins irrité par une telle mesure : « Comme si mettre des militaires devant les CPAS allaient résoudre quoi que ce soit. La précarité ne se règle pas à coups de vert kaki. Que le gouvernement renfloue nos caisses plutôt que de s’attaquer aux plus faibles... »

Jusqu’à 200 militaires devant les CPAS

Alors que le niveau de la menace est à deux sur une échelle de quatre, il est inquiétant de voir la défense descendre dans la rue. D’autant plus que cela se justifie moins aujourd’hui qu’après les attentats terroristes déjoués de Verviers, qui avaient fait passer le niveau d’alerte de 2 à 3 et qui avaient mené au déploiement, déjà fort critiqué, de para-commandos dans les rues.

Quoi qu’il en soit, jusqu’à 200 militaires seront progressivement déployés, principalement en Wallonie qui est de loin la région la plus touchée par l’arrivée massive dans les CPAS des exclus du chômage. Ces militaires sont chargés de missions de protection et de surveillance.

Poisson d’Avril !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.