Deux formations au top pour les infirmier(ère)s

Deux formations au top pour les infirmier(ère)s

Quelle formation suivre lorsqu’on est infirmier(ère) ? Les choix sont multiples mais certaines formations ont plus la cote que d’autres. Voici deux formations au top pour les infirmier(ère)s en quête de réorienter leur carrière.

Éducateur en diabétologie

Cette formation répond à la demande croissante d’éducateurs en diabétologie dans le cadre des trajets de soins et ce dans un objectif d’éducation générale et de prévention des risques de complications. Elle offre aux professionnels la possibilité d’augmenter leurs compétences dans la prise en charge éducative des personnes diabétiques et de leurs proches.

Conditions : La formation est ouverte à différents professionnels du secteur dont ceux porteurs d’un titre de bachelier(ère) en soins infirmiers.

Apprentissage : Au terme de cette formation, l’infirmier(e) pourra :

- avoir une maîtrise théorique et pratique en matière d’assistance, de surveillance et d’éducation des patients diabétiques,
- reconnaitre les signes de l’hypoglycémie et de l’hyperglycémie que le patient rencontre
- détecter les premiers symptômes de la maladie et la participation au dépistage des complications,
- assurer au patient et à ses proches une éducation lui permettant de devenir autonome,
- donner au patient les outils pour bénéficier d’une qualité de vie optimale et éviter toute discrimination

Soins infirmiers esthétiques

Cette spécialité s’inscrit dans une démarche thérapeutique et interdisciplinaire qui vise à améliorer le confort de vie des patients qui ont qui n’ont ni une image corporelle positive d’eux mêmes ni d’estime de soi. Bien qu’encore mal connue, les milieux hospitaliers comptent de plus en plus sur cette discipline. Les infirmier(ère)s qualifié(e)s peuvent travailler dans les services de chirurgie esthétique et plastique, de dermatologie, de gériatrie, de maternité, d’oncologie, de psychiatrie, de soins aux grands brûlés et de soins palliatifs.

Conditions :

Pour accéder à la formation, il faut être soit titulaire d’un Bachelier en soins infirmiers ou Brevet d’Infirmier(e).

Apprentissage :

En fin de parcours, l’infirmier(e) sera capable de :

- prendre en charge les problèmes physiques liés au mal-être du patient, selon la pathologie ;
- inciter le patient à prendre soin de lui après l’hospitalisation Assurer l’encadrement des proches du patient.

Il existe des formations à horaire décalé ou à horaire aménagé qui s’adaptent à l’emploi du temps des participants. En fin de cycle, l’obtention d’une attestation de réussite sur base des épreuves organisées est le plus souvent délivrée. Intéressé(e) ? Renseignez vous auprès du CPSI à Bruxelles ou du HENALLUX pour la Wallonie.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.