Discrimination à l'emploi : dispositifs inédits à Bruxelles

Discrimination à l'emploi : dispositifs inédits à Bruxelles

Le gouvernement bruxellois vient de dévoiler les nouveaux dispositifs de lutte contre la discrimination à l’emploi qui seront bientôt effectifs dans la capitale.

Le gouvernement confirme sa volonté, inscrite dans sa Stratégie 2025, de dépasser les bonnes intentions et de rendre effective la lutte contre toutes les formes de discrimination à l’emploi. Comment ? A travers un plan d’actions en 10 mesures, dont certaines sont complètement inédites en Région bruxelloise.

Plan d’actions

Ce plan d’actions vient renforcer la cohérence des mesures récemment adoptées par le gouvernement bruxellois. Garantie jeunes, Contrats d’insertion, Réforme des aides à l’emploi, Plan Formation… Autant de dispositifs articulés autour de la mise à l’emploi des publics les plus fragilisés. Enfin et pour la première fois, un monitoring adapté au contexte bruxellois est mis sur pied afin d’objectiver la participation des personnes d’origine étrangère au marché de l’emploi. Objectif ? Pouvoir suivre (et évaluer) l’évolution de la diversité au regard de l’ensemble des mesures (actuelles et futures) aujourd’hui mises en œuvre.

Dispositifs inédits

Si certains nouveaux dispositifs ne sont que des améliorations des outils existants (ex : accélération et simplification de la reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger, adaptation des instruments de la diversité actuels à la réalité bruxelloise, octroi d’une majoration d’aides pour les entreprises qui souscrivent à un plan de diversité, renforcement de l’action du Guichet anti-discrimination d’Actiris...), d’autres sont totalement inédits :

- Mise en œuvre de dispositifs de contrôle permettant de sanctionner les entreprises discriminantes. Le ministre de l’Emploi, Didier Gosuin, proposera un avant-projet d’ordonnance en vue d’octroyer de nouvelles prérogatives à l’inspection régionale de l’Emploi via l’utilisation de nouveaux outils de contrôle et de sanction à l’égard des employeurs.

- Réalisation d’un monitoring de la diversité. Sur le modèle du monitoring national, un monitoring macro-économique adapté au contexte bruxellois sera développé.

-  Rationalisation des organes institutionnels de la diversité. 1 seul et unique organe qui intègre les différentes missions et parties prenantes de la réflexion en matière de diversité et de lutte contre la discrimination à l’emploi, en ce compris les associations de terrain.

- Renforcement de l’approche sectorielle. La Région se dote de conventions-cadre sectorielles qui impliqueront notamment des engagements précis en matière de lutte contre la discrimination.

Outils existants peu utilisés

Le constat est sans appel : à Bruxelles, le taux d’emploi des personnes d’origine belge est de 71,0 %. Alors que celui des personnes originaires d’autres pays européens et du Proche/Moyen-Orient est en moyenne inférieure à 35 %. Et si le taux de chômage est de 10% pour la population bruxelloise d’origine belge… il atteint 30% pour celle d’origine maghrébine ! Le critère de l’origine prédomine considérablement dans les causes de difficulté d’accès à l’emploi.

La Région a créé plusieurs outils (Charte de la diversité, Plans de diversité, Label diversité...) dont il faut évaluer l’efficacité sans tabou. En effet, ceux-ci sont très peu utilisés (ex : on dénombre actuellement une centaine de « plans de diversité » en Région bruxelloise). A ce jour, l’ordonnance relative à la lutte contre la discrimination et à l’égalité de traitement en matière d’emploi (votée en septembre 2008) n’a mené à aucune sanction : aucune condamnation n’a été faite sur cette base.



Commentaires - 6 messages
  • Encore du vent pour justifier les salaires de certains pourricrates qui se fichent royalement du sort de cette masse stigmatisée en raison de ses origines, sa couleur de peau...
    Vous pouvez tenter de défendre une cause devant une juridiction du travail ou autres, vous ne rencontrerez aucune association ou avocat pour le faire car selon eux ...il n'y a jamais assez d'éléments prouvant la discrimination ou bien le citoyen discriminé ne tente même aucune action car il n'en a pas les moyens...(faits vécus!!)
    De discrimination en discrimination, il finit par se contenter de sa maigre pitance "gracieusement" accordée par l'état...Pitance sociale qui ne lui permet parfois même pas de s'offrir un logement décent, payer ses charges.... bref, condamné à une précarité certaine, il erre jusqu'à la pension...constituée de si peu qu'il est obligé de retourner au pays (pour ceux qui ont la chance d'avoir encore des proches aux pays ou héritage) ou de s'expatrier dans une région où le coût de la vie est supportable!!

    Fatima De mardi 13 décembre 2016 15:20
  • Certaines mesures existent depuis de nombreuses années et combien de condamnation devant les juridictions ont été rendues?
    Je suppose qu'en fin de compte, il s'agit ici de favoriser le recrutement des derniers immigrés qui constituent une masse salariale avantageuse puisqu'elle coûtera moins chère!
    L'histoire se répétera inlassablement, et ce que les immigrés de la vague des années 60 et 70 vécurent se reproduira avec les régularisés des dernières vagues!
    Et que l'on ne me fasse pas croire que le bureau des étrangers n'accordera que des droits de séjour à des "scientifiques"!
    D'autant plus que dans le lot des dernières vagues d'immigration, il ne s'agit pas de réfugiés purement économiques mais de personnes qui ont vécu la GUERRE avec tous les traumatismes que celle-ci comporte...un jour ou l'autre, ces traumatismes referont surface et c'est là qu'il y a le plus à craindre...

    Hamid rabouchi mardi 13 décembre 2016 15:36
  • les lois anti discrimination ne serve pas à grande chose, que vous soyez handicapés ou d'origine étranger il est casi pas possible de trouver un juriste qui veut bien vous défendre meme avec le pro déo faut pas révé. pour etre discriminé faut etre enceint, homo, ou sidéen là je vous jure qu'on vous défend sans problème.
    parfois si vous tombé sur un patron super con ou malade mental qui ne cache pas son racisme, là ça devient plus facile mais meme dans ce cas je connais des potes qui ne se jamais arrivé à gagner le proces
    le prodeo leur a pompé un maximum d'argent sans les défendre;

    Jilalel tourag mardi 13 décembre 2016 15:43
  • En fait, il s'agit plutôt d'une discrimination entre couches sociales. Je m'explique: la mondialisation veut qu'il y est plus de rentabilité et moins du coût. Les travailleurs coûtent "cher" à l'employeur qui veut rester compétitif à la manière chinoise = travailleur écrase. Si les entreprises ont commencé par rejeté les travailleurs d'origine étrangère ce qui pourrait être normale, ils finiront par mettre les leurs "buiten" s'ils arrivent à s'en passer de leurs services: travail à domicile, flexibilité, polyvalence...et dans un futur assez proche, robots...ceux qui sont à l'abri de la discrimination actuellement et ne pensent qu'à eux même oublient que la discrimination pourrait toucher leur progéniture. Pour ceux qui la vivent en silence et en faisant l'effort nécessaire pour "s'intégrer" et être utile à la société, écriront l'histoire.

    Zin mardi 13 décembre 2016 17:34
  • Plus vous accorderez de l'importance à cette société de consommation plus votre malheur croitra
    Heureux celui qui est capable d'apprécier sa liberté; elle n'a pas de prix.
    Vous êtes sans emploi? Vous êtes discriminé? On ne vous désire pas sur le marché de l'emploi et soit?
    Faites-en une chance en acceptant votre sort!
    Il y a tellement de belles choses à faire lorsque l'on dispose du temps!

    J'ai travaillé toute ma vie sans jamais vraiment être heureux et à la veille de ma pension on m'a diagnostiqué un cancer du foie . Ma femme est morte il y a vingt ans (d'un cancer) et je ne me suis jamais senti aussi seul de toute mon existence.
    Je n'ai jamais eu d'enfant. Nous avons préféré miser nos maigres économies dans une charmante demeure du sud de l'Italie (ici, ce n'était pas envisageable financièrement)
    Si tout était à refaire, j'aurais ralenti la cadence il y a longtemps puisque je sais que je ne pourrais jamais profiter de ces j'ai durement acquis lorsque j'étais encore jeune!

    Rinaldo Zerussi mercredi 14 décembre 2016 16:52
  • Vous en connaissez beaucoup des gens qui triment à longueur de journée et qui sont pleinement heureux?
    Examinez attentivement autour de vous! Où est le bonheur?
    Entre ceux qui jonglent entre boulot enfants foyer, ceux qui bossent mais ne parviennent pas à boucler leur fin de mois et vivent endettés jusqu'au cou avec leur panoplie de cartes de crédit tout ça pour des biens de consommation souvent sans aucun intérêt...
    Prenez l'exemple de la femme qui injecte une fortune dans son apparence: uv, maquillages et cosmétiques, chirurgies et fringues hors de prix ...croyant duper les effets du temps, s'imaginant encore jeune, ne supportant pas qu'on lui donne plus que son âge, luttant pour conserver son emploi et son compagnon...alors qu'en réalité plus elle en fait plus elle s'enlaidit et se ridiculise!
    Je dépense donc j'existe!
    On n'en parle jamais de ça, les effets délétères du stress au travail qui occasionne un grand nombre de maux ou pathologies, névroses en tous genres.
    Combien ne sont-ils pas insomniaques, obèses, anorexiques, drogués aux antidépresseurs et autres poisons addictifs qui leur permettent à peine de s'évader de leur existence terne et monotone ?
    Avant même trente ans, les corps, les membres sont ravagés par l'effet du stress...Ouvrez les yeux, regardez attentivement autour de vous! Que voyez-vous derrière les apparences?

    La société fabrique des zombies en masse et si vous vous sentez délaissé, oublié par elle...estimez-vous heureux!


    Guy Trépassant mercredi 14 décembre 2016 17:22

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.