Doucheflux inaugure son centre d'accueil pour SDF

Doucheflux inaugure son centre d'accueil pour SDF

L’ASBL DoucheFlux a inauguré son centre de jour pour démunis ce 27 avril 2017. Après 2 ans de travail, l’association peut être fière des locaux mis à la disposition des personnes dans le besoin. Financièrement, le projet s’élève à près de 2 millions d’euros issus de fonds propres. A terme, la stabilité financière de l’association devrait se baser sur des subsides ou encore ses propres recettes.

Depuis plusieurs années, le nombre de personnes sans-abris est en augmentation : plus de 2500 sans-abris peuplent les rues de Bruxelles. Plus le temps passé dans la rue est important, plus les conséquences sur le corps des personnes sont importantes. Ainsi, beaucoup ont une image dégradée de leur personne, et arrêtent de se respecter. A ce type de problèmes s’ajoutent souvent des soucis de santé ( physique et mentale), notamment dus au manque d’hygiène et de liens sociaux. Ce cercle vicieux ne peut se ralentir ni s’arrêter, qu’avec l’aide d’organismes spécialisés. C’est le cas de Doucheflux, une ASBL spécialisée dans la lutte contre la pauvreté et l’aide aux sans-abris. Depuis sa création, l’association œuvre pour offrir aux plus démunis des services qui redonnent confiance et estime de soi. Ces années de travail se sont concrétisées par un centre de jour pour démunis, qui a ouvert ses portes le 27 avril 2017.

Un booster de confiance pour les SDF

Le projet est ambitieux : 650 m² adaptés et rénovés, 20 douches, un salon-lavoir, 450 consignes dont le seul but est de permettre aux plus démunis de retrouver confiance en soi. Dans une société où l’image est importante, DoucheFlux se pose comme " facilitateur de réinsertion" d’après le président de l’ASBL, Laurent d’Ursel. "Les locaux sont magnifiques ! C’était très important que cela soit le cas, car l’objectif de DoucheFlux est de valoriser l’image des plus précaires à leurs propres yeux. Si ces personnes ont une image trop négative, il n’y a pas d’intégration possible. Je suis très fier de l’aménagement du bâtiment" comme il le précise au site DH.be.

L’argent, le nerf de la guerre

Tandis que le ministre de la justice, Koen Geens, souhaite que les ASBL communiquent l’intégralité de leurs sources de financement, des questions d’ordre financier se posent à l’ASBL. Pour ce projet de près de 1.9 million d’euros, Doucheflux se reposait principalement sur des fonds privés et un emprunt d’environ 300.000 euros. A terme, l’association souhaite fonctionner avec un tiers de recettes propres, un tiers de dons et un tiers de subsides. Pour cela, elle espère pouvoir compter sur l’Etat. En effet, DoucheFlux aimerait être soutenue financièrement par les pouvoirs publics, afin qu’ils prennent en charge un tiers des frais de fonctionnement annuels, soit 133 000 euros.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.