Encore du retard pour l'assurance autonomie

Encore du retard pour l'assurance autonomie

L’assurance autonomie, qui devait voir le jour en juillet, n’est pas encore prête. Maxime Prévot, ministre wallon de la santé, s’explique sur les raisons de ce retard.

Alors que la Fédération des CPAS wallons vient de remettre un avis à Maxime Prévot sur l’avant-projet relatif à l’assurance autonomie, le ministre annonce qu’elle ne sera pas prête dans les délais annoncés. En cause : des problèmes budgétaires, mais aussi le programme d’investissement informatique ainsi que l’organisation pratique de l’offre des aides à domicile.

Un retard récurant

En novembre 2016, le ministre Prévot annonçait déjà un retard d’une demi année pour la mise en place de l’assurance autonomie. De janvier 2017, l’entrée en vigueur de cette dernière avait donc déjà été repoussée à mai 2017, puis juillet 2017. Cette fois-ci, aucune date n’a été annoncée, car le ministre ne veut plus s’enfermer dans des délais. Pour justifier cet énième retard, il invoque notamment des problèmes budgétaires et une mise en pratique de l’offre des aides à domicile qui prend du temps. Des aspects opérationnels déjà évoqués en 2016.

Quelques précisions

Lors d’une assemblée au Parlement wallon, Maxime Prévot a apporté quelques indications sur les avancées du projet. En réponse à une question orale du député Yves Jeholet (MR), le ministre a précisé que "l’assurance-autonomie projetée ne sera pas réservée aux aides pouvant être apportées aux personnes dépendantes à leur domicile. Des interventions en cas de séjour dans une maison de repos et de soins sont également prévues. Le budget APA (l’allocation aux personnes âgées en voie de régionalisation) sera intégré dans la nouvelle assurance et s’ajoutera aux ressources nouvelles provenant d’une cotisation obligatoire qui sera prélevée à partir de l’âge de 25 ans". Autre précision : il pourrait y avoir un délai d’un an entre le moment où les cotisations seront prélevées et les premières interventions concrètes des organismes assureurs qui seraient néanmoins appelés à préfinancer l’investissement informatique. Un dernier point causant également du retard dans la mise en place de la nouvelle assurance autonomie.

La rédaction

[À lire]

- Assurance autonomie : la Fédération des CPAS s’exprime à nouveau
- Assurance autonomie : impact sur la pauvreté et les inégalités sociales
- L’assurance autonomie ne sera pas prête avant milieu 2017
- Assurance autonomie : la Fédération des CPAS rend un avis
- L’assurance autonomie : pas bien ficelée ?
- Les CPAS s’érigent contre l’assurance autonomie



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.