Etat de la pauvreté : 1 Belge sur 5 est à risque !

Etat de la pauvreté : 1 Belge sur 5 est à risque !

21% de la population belge encourt un risque de pauvreté ou d’exclusion sociale. Les chiffres sont en très légère hausse depuis 2009.

Un peu plus de un Belge sur cinq est considéré comme à risque de tomber dans la pauvreté ou l’exclusion sociale, selon la dernière enquête européenne annuelle sur la question. Selon les statistiques, une personne isolée est pauvre si son revenu disponible est en deçà de 1085 euros par mois. Cela correspond au calcul suivant : 60% de 21.705 euros par an équivaut pour une personne isolée à un seuil de 13.023 euros par an, soit 1.085 euros par mois. Pour un ménage, ce seuil est de 2279 euros.

6% de très pauvres

En 2009, le taux de pauvreté était de 14,6%, contre 15,5% en 2014. Chaque année, il augmente de quelques points. Ce baromètre ne tient pas seulement compte des revenus des ménages, mais aussi des conditions de vie, dans un sens plus large. Ceci recouvre la pauvreté monétaire, dont 15% de Belges souffraient en 2014, mais aussi la privation matérielle grave (qui concerne quand même 6% des Belges) ou la vie dans un ménage à faible intensité de travail.

Populations à risques

Ce sont toujours les familles monoparentales qui demeurent les plus confrontées à la pauvreté, suivies des chômeurs et des femmes seules. Au final, c’est près de 21% de la population qui entre d’une façon ou d’une autre dans l’une de ces catégories, contre 20,8% en 2008. Les taux de pauvreté sont aussi corrélés aux niveaux d’éducation. Sans surprise, les personnes sans formations sont aussi plus à risque.

Sandra Evrard



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.