EVRAS : que propose Bruxelles ?

EVRAS : que propose Bruxelles ?

Bruxelles entend prendre une série de mesures pour réglementer l’EVRAS.

Fin avril, La Cocof présentait son plan de promotion de la Santé : vingt-huit nouvelles mesures et 42 millions d’euros. La Ministre bruxelloise du Handicap et de l’Action sociale, Céline Frémault, a proposé une série de mesures pour réglementer l’Education à la Vie Relationnelle, Sexuelle et Affective des jeunes dans les écoles, particulièrement dans l’enseignement spécialisé.

Un secteur en demande

Cela fait des années que la Cocof développe des mesures pour s’occuper de la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle des jeunes. Néanmoins, le secteur de l’enseignement spécialisé est de plus en plus demandeur. « Il y a beaucoup de préoccupations de la part des différents secteurs, surtout face à la vie sexuelle des personnes handicapées. Tant elles, que leurs familles ou les éducateurs s’en préoccupent », explique la Ministre. En 2016, le budget EVRAS est passé de 300 000 à 400 000 euros. Dès lors, un cadastre des écoles est prévu afin de cibler le public. « Il faut rendre l’information disponible aux parents, aux personnes et aux éducateurs », précise C. Frémault. Une partie du budget est également prévue pour des cours, ainsi que 45 000 euros (compris dans le budget) qui ira à la Fédération Laïque des Centres de Plannings Familiaux pour soutenir l’information.

Actualiser le protocole de 2013

En 2013, un protocole d’accord relatif à la généralisation de l’EVRAS en milieu scolaire est proposé par la ministre Fadila Lanaan et adopté par les 3 gouvernements, celui de la Fédération Wallonie- Bruxelles, de la Région wallonne et la Cocof. Ce référentiel commun donne une définition de l’EVRAS, ses objectifs et ses thématiques. Il vise également à faciliter les partenariats entre les établissements scolaires et les secteurs concernés (centre de planning familial, centres locaux de promotion à la santé, PMS). Le gouvernement thématique santé du 27 avril dernier souhaite actualiser ce protocole de généralisation en tenant compte de la nouvelle répartition des diverses compétences en matière de santé.

EVRAS dans les écoles

En 2012, Marie-Martine Schyns (CdH), alors Ministre wallonne de l’Enseignement, prend des mesures modifiant le décret « Missions » de 1997 et inscrit l’EVRAS comme une mission obligatoire de l’école. « Les écoles doivent donc se préoccuper de cette problématique, bien sûr, mais nous n’imposons pas de méthode stéréotypée. Chaque établissement rencontre ses difficultés propres, ce pourquoi nous privilégions l’angle le plus global et le plus souple possible », indiquait au journal Le Soir Eric Etienne, porte-parole de la Ministre.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.