Fibromyalgie : l'UKB contre la réduction des séances de kiné remboursées

Fibromyalgie:  l'UKB contre la réduction des séances de kiné remboursées

L’Union des Kinésithérapeutes de Belgique s’oppose à la réduction des séances de kinésithérapies pour les patients atteints de fibromyalgie. Elle trouve ces mesures injustes car elles vont pénaliser un groupe de patients déjà fort fragilisés.

Le syndrome de fatigue chronique (SFC) et la fibromyalgie bénéficient actuellement de 60 séances de kinésithérapie à un taux de remboursement normal. A partir du 1er janvier 2017, ces séances, bien que passant de 30 à 45 minutes, seront réduites au nombre de 18. L’UKB précise, dans ce communiqué, qu’il s’agit de 18 séances à vie.

Patients fragilisés

A-t-on demandé l’avis des premiers concernés à travers leurs associations ? Comment peut-on aller vers une restriction de couverture alors que les maladies chroniques ont été désignées comme priorité par ce gouvernement ?

Ces patients avaient droit à un peu plus d’une séance par semaine (on passera à 1 séance toutes les 3 semaines), cela leur permettait d’être soulagés, stimulés, écoutés et soutenus.

A l’heure du CURE and CARE, cela est complètement anachronique et ne tient pas compte des comorbidités et des facteurs psycho-sociaux.

A-t-on prévu des alternatives à ces projets de restriction ? Il est fort à parier que non. Le seul objectif est budgétaire en ayant bien pris soin de choisir les études scientifiques qui étaient favorables et en laissant de côté celles qui ne l’étaient pas.

A-t-on ciblé ce groupe de patients car ils n’intéressaient pas les grands hôpitaux universitaires ou parce qu’ils n’étaient pas en mesure de se défendre car moins bien organisés ?

"Dangereuse dérive"

Le budget de la kinésithérapie est constamment sous pression et certaines catégories de patients sont régulièrement bafouées dans leur droit. L’exemple le plus scandaleux est celui des personnes âgées qui, en maison de repos, ne reçoivent plus de visite de kinésithérapeute faute d’honoraires équivalents à ceux pratiqués au domicile.

L’Union des Kinésithérapeutes de Belgique dénonce cette dangereuse dérive et souhaite un véritable plan impliquant le kinésithérapeute et l’activité physique dans les maladies chroniques.

Pour plus d’informations : www.webkine.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.