Financement de l'enseignement spécialisé : les Français bientôt mis à contribution ?

Financement de l'enseignement spécialisé : les Français bientôt mis à contribution ?

La ministre de l’Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet, souhaite faire participer la France au financement de l’enseignement spécialisé, lequel accueille plusieurs milliers d’enfants français.


- France et Wallonie collaborent pour une meilleure prise en charge du handicap

- Quelques 6.500 expats français handicapés en Belgique

En Fédération Wallonie-Bruxelles, l’enseignement spécialisé forme actuellement un peu plus de 36 000 élèves dont 8% sont issus d’autres pays européens. « Parmi ceux-ci, trois quarts viennent de France », souligne la démocrate humaniste Joëlle Milquet.

Forte présence française dans l’enseignement spécialisé

Certaines écoles d’enseignement spécialisé situées à proximité de la frontière franco-belge sont ainsi majoritairement occupées par de jeunes Français, qui ne bénéficient pas du même niveau d’offre scolaire dans leur pays.

Selon les chiffres communiqués par le cabinet Milquet, pour l’année scolaire 2014-2015, les élèves français scolarisés en enseignement spécialisé se répartissent comme suit : 86 élèves se retrouvent au niveau maternel, 948 au niveau primaire et 1796 au niveau secondaire pour la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Un coût moyen de 15 000 euros par élève

« Sur base de l’hypothèse que ces élèves sont répartis dans les formes, les maturités et les types d’enseignement dans la même proportion que les élèves belges, le coût moyen d’un élève s’élève à 14.542 d’euros », explique Olivier Laruelle, du cabinet Milquet.

Dès lors, le coût des élèves français pour la communauté francophone de Belgique est estimé à quelque 41 millions d’euros. « On comprend tout de suite l’impact budgétaire que cela a pour nous », déclare madame Milquet alors que la Fédération Wallonie-Bruxelles doit réaliser 150 millions d’euros d’économies supplémentaires pour boucler son budget 2015.

Un accord-cadre pour gérer les liards

Joëlle Milquet doit rencontrer dans les prochaines semaines Ségolène Neuville, secrétaire d’État française à la personne handicapée. Lors de cette rencontre, elle abordera notamment la possibilité pour la France de participer à la prise en charge des élèves français scolarisés en enseignement spécialisé.

Il est à noter que la mise en œuvre de cette participation ne pourra s’effectuer qu’après l’approbation d’un accord-cadre entre la France et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pour l’heure, aucun délai n’a été précisé.

Si la Fédération réussit le pari de trouver un accord financier avec la France, elle investira les moyens ainsi dégagés dans le soutien de pédagogies adaptées ainsi que dans des politiques visant à rendre l’enseignement belge francophone plus inclusif...

Delphine Hotua

N’hésitez pas à participer, commenter et réagir sur nos réseaux sociaux ou Forum.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.