France-Belgique : la querelle des psychomotriciens ?

France-Belgique : la querelle des psychomotriciens ?

La Fédération Française des Psychomotriciens enjoint dans un communiqué les étudiants à ne pas signer la pétition. Selon l’Union Professionnelle Belge des Psychomotriciens Francophones, il s’agit d’une tentative de dissuader les étudiants français de s’inscrire dans les écoles belges.


- Les futurs psychomotriciens en manque de reconnaissance

- « Les psychomotriciens sont parfois vus comme des extraterrestres… »

De nombreux étudiants français choisissent d’étudier en Belgique, après avoir échoué aux concours, seuls accès aux différentes formations françaises publiques. Ils seraient ainsi 200 étudiants français pour 25 Belges inscrits dans la première promotion de bachelier en psychomotricité en Belgique, d’après les chiffres de la Fédération Française des Psychomotriciens (FFP), principal organe représentatif de la profession en France. Dans un communiqué daté du 26 octobre, elle appelle les étudiants à ne pas signer la pétition qui demande la reconnaissance de la profession de psychomotricien en Belgique et l’équivalence de diplôme pour professer en France. C’est surtout ce deuxième point qui fâche, d’après ce qu’on peut lire dans le communiqué : « La FFP soutient depuis toujours l’émergence d’une psychomotricité belge autonome et indépendante. Mais elle ne cautionnera jamais une démarche consistant à laisser croire à des étudiants français qu’ils pourront suite à une formation en Belgique revenir travailler librement en France  ». Elle poursuit : « Nous avons déjà, et à plusieurs reprises, informé les étudiants Français des risques qu’ils prenaient en suivant les formations organisées en Belgique alors que la profession n’était pas reconnue dans ce pays. Nous avons tenté de les protéger de ces risques mais des propos manifestement intéressés par le nombre de candidats potentiels à certaines écoles Belges, ont eu raison de ces avertissements. (…) Pour finir, ces études se font sans terrains de stage, réduisant ainsi la formation pratique à néant ! »

Démenti belge

La profession pas reconnue ? Des études sans stage ? Sur la page Facebook de la Fédération française, de nombreux étudiants ou psychomotriciens réfutent. L’Union Professionnelle Belge des Psychomotriciens Francophones, par la voix de son formateur et administrateur Jean-Pierre Yernaux, dément aussi fermement les assertions françaises : « Il y a des stages en Belgique et la formation est reconnue. La France joue sur la complexité institutionnelle. Si la psychomotricité n’est pas reconnue au niveau national, elle l’est complètement en Belgique francophone. » Jean-Pierre Yernaux analyse : « De tels discours proviennent surtout des écoles privées de psychomotricité français qui craignent de voir leurs étudiants partir car elles bénéficient du numerus clausus français (concours d’entrée, ndlr) appliqué dans les écoles publiques … »

Un discours pour « faire peur »

Outre cette question de concurrence, il développe aussi un autre point, directement lié à la création voici deux ans du premier bachelier en psychomotricité en Belgique. « Ce communiqué traduit la peur de la Fédération française de psychomotricité de voir revenir en France des centaines d’étudiants qui ont étudié en Belgique à l’issue de leur bachelier en juin 2015 », analyse Jean-Pierre Yernaux. Et d’expliquer : «  A ce jour, des étudiants français ayant étudié en Belgique ont le droit d’aller chercher du travail en France, selon la circulaire européenne de libre circulation des travailleurs votée en 2013. Mais chaque pays garde encore sa « méthode ». Et la France est la championne du protectionnisme. Chaque région a des Commissions Santé – composées des représentants des écoles françaises et des Unions professionnelles - qui décident si oui ou non l’équivalence des diplômes est reconnue. A ce jour, les étudiants ayant étudié en Belgique – et possédant donc un post-graduat – sont contraints de faire des stages en plus ou de suivre des cours pour espérer pouvoir pratiquer en France. Les démarche sont très contraignantes ».

Ceci va changer en juin prochain, poursuit Jean-Pierre Yernaux : «  Les diplômés français ayant étudié en Belgique vont arriver avec le même titre et le même contenu de formation que ceux dispensés en France. Suivant la règle européenne, les autorités compétentes françaises ne pourront donc plus dire que le diplôme n’est pas valable. Tout ajout d’équivalence devra être motivé auprès des instances européennes. L’étudiant aura aussi le droit d’intenter un recours à l’Europe. Et quand on sait qu’une centaine d’étudiants sont concernés, les recours pourraient être massifs. La France craint donc de perdre son influence ».

Et dans l’autre sens ? Les étudiants français peuvent-ils obtenir l’équivalence en Belgique ?

Actuellement, les psychomotriciens français qui arrivent en Belgique peuvent faire leur demande d’équivalence. Mais comme il n’existe pas encore de diplôme similaire à leur diplôme français en Belgique, il est difficile, voire impossible de l’obtenir.

Ils peuvent avoir un espoir. « A partir du mois de juillet – qui correspond à la sortie de la première promotion du baccalauréat en psychomotricité – un diplôme belge de psychomotricité équivalent à la France existera bel et bien », confirme Jean-Pierre Yernaux.

Manon Legrand



Commentaires - 17 messages
  • Bonsoir,
    Qu'en est-il actuellement, nous sommes en novembre 2015, 4 mois après la sorite des premiers diplômés..Des nouvelles, des avancées ??
    D'avance merci pour votre réponse
    Isabelle Vandenbroucke

    Ysableue mardi 27 octobre 2015 18:22
  • Bonsoir
    Notre fille,étudiante française, est actuellement étudiante en psychomotricité en Belgique et cherche quelle formation suivre l'an prochain... On lui a brossé un avenir très noir si elle poursuit ses études en Belgique : non reconnaissance du diplôme, pas d'emploi en vue que ce soit en Belgique ou en France.
    Nous sommes dans l'impossibilité de la conseiller.
    Que penser, que faire ?
    Merci pour votre réponse.
    VF

    verofer mercredi 30 décembre 2015 23:19
  • Je vous conseille de vous rendre sur le forum :réseau étudiant , page reconnaissance du diplôme de psychomotricien belge pour constater les réactions de plusieurs parents qui s' inquiétent et commencent à proposer des actions à mener face à une situation "bloquée".

    petitagnes lundi 11 janvier 2016 11:20
  • Je vous conseille de vous rendre sur le forum :réseau étudiant , page reconnaissance du diplôme de psychomotricien belge pour constater les réactions de plusieurs parents qui s' inquiétent et commencent à proposer des actions à mener face à une situation "bloquée".

    petitagnes lundi 11 janvier 2016 11:20
  • Bonsoir,
    Le problème majeur c'est que le diplome de psychomotricien n'est pas reconnu par le gouvernement fédéral de Belgique et donc pas réglementé. et que de ce fait, il ne peut pas avoir d'équivalence en France puisque non réglementé dans son propre pays. Une fois que cela sera fait...................... oui, il pourra y avoir équivalence et oui il pourra y avoir recours à la cours européenne si non respecté.... mais pour l'instant ce diplome n'existe qu'en Wallonie !!!!!!!!!

    Ysableue lundi 8 février 2016 22:12
  • Voilà, ma fille va avoir son diplome de psychomotricienne de la Haute Ecole de Namur. Elle a été trois mois en stage en IME en France et ça c'est très bien passé. Il voulait la garder mais non, pas possible.... Quelle affreuse histoire belge.. on forme des jeunes à un diplome qui n'existe pas. Ou qui essaie d'exister dans la moitié du pays... Trois ans d'études qui l'ont passionné pour rien.. que faire maintenant ??? Elle commence à se rendre compte que pour l'instant pas de porte de sortie.. et elle pleure... Quel gachis et les ecoles continuent à former sans aucun problème.... et moi ce qu j'aime sur ce forum c'est que l'on a jamais de réponse !!!!!!

    Ysableue jeudi 19 mai 2016 17:13
  • et comment se fait-il que les étudiants ou leur parents n'aient point pense a exercer une action en justice devant les tribunaux belges, à l'encontre d'écoles ( il y en a 5 ou 6 !) qui font miroiter à des étudiants ( surtout des étudiantes !) des diplômes qu'elles ne remettent même pas aux étudiants ? 3années de perdues pour des promesses non tenue ! Et ces écoles ont bien une assurance responsabilité civile professionnelles ! Certaines écoles comme l'école d'optique de Bruxelles semblent avoir des moyens importants ! Groupez vous en associations et intentez un recours ! Au moins pour que ces écoles cessent ce mercantilisme lamentable et assument leur responsabilité !

    Ckouk jeudi 26 mai 2016 14:01
  • Bonsoir,
    vous pouvez m'en dire plus sur ces fameux recours au tribunal ou actions a intenté ??
    Je ne sais pas par où il faut commencer ??
    D'avance merci pour votre réponse..

    Ysableue vendredi 3 juin 2016 20:57
  • Bonjour,
    Je suis inscrit dans l'école de psychomotricien de Namur pour la rentrée prochaine et je me pose effectivement plein de questions!
    Est ce que d'ici mes 3 ans d'études la situation sera débloquer et je dois choisir entre une école d'ergotherapie en France où cette école à Namur sachant que psychométricien me plaît énormément.
    Je me trouve dans une impasse et j'aimerais avoir vos retour "Ysableu" au sujet de votre fille ou meme de se contacter si possible!
    Merci d'avance!

    Snomker jeudi 9 juin 2016 02:11
  • Bonjour,
    Mon fils ayant échoué aux concours d'entrée pour intégrer une des écoles de psychomotricité en France , nous avons pris la décision de l'inscrire à la Haute école de Namur.
    Nous avons en parallèle fait un courrier au Député et au Sénateur de notre région afin qu'il puisse faire bouger les choses au sommet de l'Etat.
    Si la mobilisation est forte, il y a de grandes chances que les choses bougent positivement pour nos jeunes dans les mois � venir.
    C'est avec beaucoup d'espoir que nous avons pris cette d�cision.

    benja64 mardi 14 juin 2016 13:21
  • Bonjour,
    Vous êtes dans la même situation que nous il y a trois ans.. On pensait que finalement ça serait débloqué mais ... Trois ans d'études que ma fille a adoré, la haute école de Namur est une bonne formation mais voilà. Maintenant, Rien !!!! et tellement de postes en France. D'après les derniers coups de fils que j'ai passé, il faudrait qu'elle travaille 1 an temps plein en belgique comme Psychomotricien pour prétendre à valider son diplôme en France. Ce qui est difficile puisqu'actuellement et on vérifie tous les jours, il y a en tout et pour tout 12 postes de psychomotricien pour environ une centaine de diplomés en juin 2016.. Et je vous assure que ces études ne sont pas bradées, qu'elle a travaillé énormément . Voilà , beaucoup de déception, mais c'est le métier qu'elle voulait faire, elle l'a entre les mains, et elle va y arriver, je ne sais pas comment mais on y croit...

    Ysableue mercredi 15 juin 2016 09:38
  • Il faut que chaque famille, chaque étudiant diplômé ou non ) porte plainte devant la commission européenne vis à vis de L''Àtat Belge. Il est possible de le faire par internet .

    voir sur le site de la commission européenne
    Il faut invoquer le principe de confiance légitime.
    En autorisant la fédération de Wallonie Bruxelles à créer des écoles formant des Psychomotriciens, puis en déclarant que ce métier n'existe pas, l''état belge a tromper la confiance légitime des citoyens européens. L'état belge doit donc être condamné a payer de lourdes indemnités aux étudiants qui ont été abusés, ou condamné a reconnaitre rapidement ce métier, comme en Allemagne, en suisse, en France, en Espagne etc etc...
    Une telle plainte est recevable, et c'est me semble-t-il l'ultime solution, car les autorités belges jouent la montre et espèrent que parents et enfants se dispersent malgré la gravité de ce gâchis bureaucratique ou politique

    Chouk lundi 27 juin 2016 14:03
  • Un immense merci à vous pour cette information que je partage largement...
    MERCI

    Ysableue jeudi 30 juin 2016 21:32
  • Bonjour à tous,
    Je suis dans la même situation que vous tous. C'est désespérant ! Pourquoi l'état français ne reconnait-il pas un diplôme dont le cursus est quasi copié sur le cursus français ? Pour protéger les bénéfices des écoles privées Françaises ? Et pourquoi n'y a t-il pas de continuité dans la politique Belge. Un jour un ministre de la santé permet la création des écoles formant des Psychomotriciens dans la fédération de Wallonie Bruxelles puis un autre jour un autre ministre de la santé déclare que ce métier n'en ai pas un qu'il s'agit d'actes médicaux ! Voilà plutôt une querelle Wallons Néerlandais dont sont victimes les étudiants. Ce n'est pas glorieux au regard de ce que tous ces étudiants souhaitent et peuvent apporter au programme de soins des patients souffrant de grave maladie telles que Alzheimer et d'autres troubles tout aussi invalidant... Je suis entièrement d'accord avec vous "l'état belge a trompé la confiance légitime des citoyens européens ". D'ailleurs où est l'Europe dans tout ça, juste pour les banquiers ? Nos jeunes eux n 'ont pas la liberté d'étudier où ils le souhaitent ? La liberté de circulation pour qui ? Oui, il faudrait un recours devant la cours Européenne mais aussi que tous les parents et étudiants concernés ne se dispersent pas et agissent ensemble. Comment faire ? Quelqu'un a-t-il commencé des actions de groupe ?

    patglp lundi 18 juillet 2016 11:55
  • Je vous informe qu'une association d'étudiants vient d'être créer pour une mobilisation plus active ....elle vous invite à la rejoindre sur le site "hello association"....pour adhérer il suffit de souscrire une participation de 5 euros ...pour l'instant 39 adhérents mais comme l'union fait la force , n'hésitez pas à vous joindre à celle ci ....c'est en étant plus nombreux que nous serons plus forts !!

    petitagnes jeudi 4 août 2016 09:53
  • Mon fils fait parti de la première promo. Il n'avais pas eu son concours en France. Ma soeur et sa famille vivent à Bruxelles donc il a fait son dossier et il a été pris. Il a fait ses trois années d'etude et à réussi avec une distinction. Maintenant il est en France et il fait de la la manutention dans une petite entreprise. Je suis révoltée et même dégoûtée quand je vois tout le travail qu'il a fourni. Madame la ministre je ne vous comprend pas si vous vérifiée auprès de la Haute Àcole Parnasse deux Alice vous vous rendre en compte que le diplôme est équivalent à celui fait en France. Sous vos idees de division entre Flamant et wallon vous gâchez la vie de nos jeunes. La Belgique est un très beau pays mais là pour parler français vous vous ridiculiser. Merci de revoir votre jugement afin de ne pas fâcher la vie de nos jeunes. Mon époux et moi même sommes malades tous les deux et ne pouvons nous permettre de payer d'autres études à notre fils et je pense que nous ne sommes pas les seuls dans cette situation. Le plus fort c'est que mon fils a obtenu des bourses de la France pour faire ses études de psychomotricité. Tout cela est de la folie pure.

    Joncquille mercredi 15 mars 2017 12:11
  • révolté également par cette situation, diplomée depuis 2016 et ne souhaitant pas me réorienter vers un autre métier comme tant d('autres tant je souhaite exercer comme psychomotricienne, je souhaite également faire recours, et je suis pour demander dommages et intérêts à l'etat belge.. on s'est fait escroqués et les intérêts économiques n'ont pas été les seules motivations de la france pour nous avertir qui avait déjà ce recul de savoir que sans reconnaissance, les écoles belges envoyaient du rêve pour rien. A part avoir laissé de l'énergie de la colère des pleurs et de l'argent il serait temps de se faire dédommager ?

    baboucle mercredi 26 avril 2017 14:11

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.