Gouvernement wallon : les points d'action prioritaires du ministre Prévot

Gouvernement wallon : les points d'action prioritaires du ministre Prévot

Maxime Prévot, l’étoile montante du cdH, hérite d’un portefeuille imposant pour sa première expérience ministérielle. Compétent notamment pour la Santé, les Allocations familiales, l’Action sociale et l’Égalité des chances, Monsieur Prévot a décidé de cumuler ses fonctions de ministre à la Région avec celles de bourgmestre de Namur et de vice-Premier du gouvernement wallon.


- Wallonie en fête : Paul Magnette dédie son discours aux jeunes et à l’emploi
- Gouvernement wallon : les points d’attention d’Éliane Tillieux

L’agenda du ministre humaniste sera donc bien chargé. Découvrons ensemble ses priorités affichées pour le secteur psycho-médico-social.

Accompagner le vieillissement de la population

Face aux évolutions démographiques et au vieillissement de la population, on n’échappera pas à un manque criant de places dans les maisons de repos. C’est pourquoi le ministre Prévot s’engage à développer et diversifier les dispositifs d’aide afin de permettra aux personnes âgées en perte d’autonomie de choisir réellement leur lieu de vie (maintien à domicile via le recours aux aides et soins à domicile, prise en charge en centre de soins de jour, prise en charge en résidence service, maisons de repos, etc.).

Pour Maxime Prévot, cela nécessite non seulement le renforcement des aides en milieu de vie, mais également la création de nouveaux dispositifs résidentiels. « Il est fini le temps où on allait de chez soi à la maison de repos. Les lieux de vie vont se diversifier, on va aller de chez soi à l’hôpital pour aller en revalidation et puis revenir chez soi ou dans un habitat groupé, … Ces changements visent au mieux-être des personnes. Il est indispensable d’accompagner ces nouveaux trajets de vie » commente le ministre avant d’ajouter que le manque de moyens qui résultera des transferts de compétences nécessitera de donner la place à davantage de nouvelles initiatives.

Mettre en place une assurance autonomie

Par ailleurs, le ministre wallon de la Santé et de l’Action sociale veut développer progressivement une assurance autonomie compte tenu des problématiques liées au vieillissement (perte d’autonomie, maladies chroniques, etc.). Le transfert de l’APA (Aide aux Personnes Âgées) du fédéral peut constituer le socle de base de cette assurance qui devrait couvrir l’ensemble de la population wallonne. «  On privilégiera un système d’assurance qui permet de responsabiliser chacun sur la problématique du vieillissement et d’assurer la solidarité entre les plus jeunes et les aînés. L’APA est aujourd’hui construite sur un système d’assistance. L’enjeu est de la faire basculer vers un système d’assurance sociale dans le respect des droits acquis », explique le ministre.

De plus, il s’agira d’adapter l’offre de soins au vieillissement de la population et à la chronicisation des pathologies (diabète, obésité, douleur chronique, etc.) via la reconversion de lits hospitaliers pour développer des centres de revalidation, ainsi que des centres de convalescences, des lits de courts séjours, ou d’autres formes innovantes. Cette priorité devra s’articuler avec le niveau fédéral et la garantie pour les directions des hôpitaux de la viabilité de leurs institutions.

Soins de santé : développer une véritable culture de la qualité et de l’accessibilité

Afin d’assurer la qualité et l’accessibilité des soins de santé, le ministre Prévot souhaite mettre en place un système d’accréditation dans les hôpitaux, voire dans d’autres dispositifs de soins (par exemple les MRS, etc.). «  La Wallonie s’est dotée d’un plan qualité. Les fédérations hospitalières et les mutuelles ont mis les bases d’un système d’accréditation en route. Quand les acteurs d’un secteur savent s’entendre et faire des propositions d’une telle utilité pour la population, il faut toujours s’en réjouir… et les laisser construire les réponses. Le rôle du politique est d’être le régulateur et le contrôleur. Mais dans une philosophie positive de contrôle qui permet l’efficience et la qualité et non pas simplement dans le contrôle sanction », précise le ministre.

« La réponse à l’égalité homme-femme ne passe pas par des quotas »

En ce qui concerne son portefeuille de l’Égalité des chances, Maxime Prévot veut continuer la lutte pour l’égalité homme-femme. « La réponse à l’égalité ne passe pas par des quotas… les vrais enjeux ont lieu sur l’égalité d’accès aux droits (et aux devoirs), sur les salaires, les pièges à la discrimination sur le temps de travail, l’accès aux services tels que les crèches,...Il faut aussi se poser des questions sur la féminisation extrême de certains métiers qui peut conduire à ce qu’un élève pourrait ne pas rencontrer un seul homme sur l’entièreté de son parcours scolaire, ou que la féminisation à outrance de certaines professions conduit à la dévalorisation de cette profession » déclare le ministre qui craint que de telles situations n’entraînent des visions stéréotypées de l’éducation. Par ailleurs, Maxime Prévot estime qu’ il existe encore des actions essentielles à mener dans la lutte contre la violence faite aux femmes.

Les personnes handicapées = citoyens à part entière

Une attention particulière sera également portée à la reconnaissance des personnes handicapées comme citoyens à part entière en aidant notamment à l’aménagement des habitats de ces personnes et en travaillant sur le maintien à domicile et sur l’intégration des personnes handicapées sur le marché de l’emploi. En tant que ministre des Travaux Publics et du Patrimoine, le ministre cherchera également à améliorer l’accès des bâtiments publics aux personnes à mobilité réduite dans le cadre de l’aménagement raisonnable. « C’est une chance d’avoir à la fois les travaux, le patrimoine et la politique des personnes handicapées dans un même cabinet. Cela permet des synergies dans les matières d’accès aux bâtiments,… tout à fait intéressantes et je compte bien les utiliser avec succès » déclare Maxime Prévot.

Enfin, la question du vieillissement des personnes en situation de handicap se pose aussi, et parfois même de manière plus aiguë. « Les craintes des familles, le manque de place d’accueil, … voilà des questions de société qu’on a trop souvent tendance à cacher et sur lesquelles nous allons avancer. Jusqu’à présent le caractère découpé entre les actions de l’AWIPH qui se fermaient aux plus de 65 ans et le transfert de l’APA pourront nous permettre la mise en place de politiques mieux intégrées » estime le ministre Prévot.

Avec son large portefeuille de compétences au gouvernement wallon, sa fonction de vice-président, et son écharpe mayorale de la 3e ville wallonne, le ministre Prévot s’est déjà vu attribuer le surnom de « Super Maxime ». La suite de la législature nous confirmera si le qualificatif était approprié !

Delphine Hotua



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.