Gouvernement wallon : les points d'attention d’Éliane Tillieux

Gouvernement wallon : les points d'attention d'Éliane Tillieux

Avec la sixième réforme de l’État et le transfert de compétences, le poids de la Wallonie au sein de la Belgique est devenu beaucoup plus important. Parmi les enjeux décisifs auxquels la Région wallonne est confrontée, l’inévitable dossier « emploi », cœur de cible de la Déclaration de Politique Régionale. On retrouve à son commandement : Éliane Tillieux.


- Wallonie en fête : Paul Magnette dédie son discours aux jeunes et à l’emploi
- Gouvernement wallon : les points d’action prioritaires du ministre Prévot

Pour la nouvelle législature régionale qui commence, le ministre-président Paul Magnette a rapidement donné le ton : « le redressement économique en cours doit s’accélérer dans les prochaines années. » Et pour assurer cette transition, l’emploi fait partie des enjeux capitaux

En tant que ministre wallonne de l’Emploi et de la Formation, Éliane Tillieux (PS) hérite donc de compétences cruciales pour soutenir l’économie wallonne. Parmi ses attributions : les aides à l’emploi, la consultation sociale, le contrôle des demandeurs d’emploi,...

Élaguer les aides à l’emploi

Le premier défi pour madame Tillieux sera de simplifier et rationaliser les aides à l’emploi. Pour rappel, ces aides ont été mises en place progressivement et répondaient chacune à un besoin particulier. Malheureusement, leur addition a peu à peu contribué à construire un paysage peu lisible pour les bénéficiaires et manquant de cohérence. Par ailleurs, trop peu d’attention a été accordée à l’évaluation de l’efficacité de ces outils, voire à leur concurrence ou superposition.

La régionalisation de ces dispositifs apparaît dès lors comme le moment opportun pour analyser ces mécanismes de soutien à l’activité et à l’emploi. L’objectif d’Éliane Tillieux est ici de procéder à la mise à plat de l’ensemble de ces aides, mais aussi d’augmenter l’efficience des aides à l’emploi, en simplifiant les dispositifs, en évitant les redondances et les pièges à l’emploi, et en augmentant leur lisibilité. « Il faut en effet que les aides à l’emploi soient accessibles (simplification administrative mais aussi lisibilité accrue) tant pour les entreprises que pour les travailleurs. Mais ce serait une erreur de vouloir tout bouleverser brusquement, l’objectif doit être de construire sur le long terme pour stabiliser le marché de l’emploi », explique la ministre.

** Lire aussi Réforme des ACS : "S’y attaquer, c’est ouvrir la boîte de Pandore"

Un cheminement sur le long terme...

La ministre socialiste rappelle que les politiques de l’emploi et de la formation sont des politiques de long terme, comme beaucoup d’observateurs l’attestent. « L’action qui sera menée n’aura pas d’effet du jour au lendemain. Pour que ce travail porte ses fruits, il faut associer tous les acteurs de terrain », souligne Éliane Tillieux qui entend relever ce défi avec le Gouvernement et en concertation étroite avec les partenaires sociaux, avec lesquels sera mis en place un "Pacte pour l’Emploi et la Formation".

Par ailleurs, l’ancienne ministre wallonne de la Santé, de l’Action sociale et de l’Égalité des chances, est consciente que certains publics, qui cumulent des difficultés d’ordre psycho-médico-sociales sont particulièrement éloignés de l’emploi. Dès lors, selon elle, leur réserver le même suivi qu’aux autres personnes à la recherche d’un emploi ne peut conduire qu’à des résultats peu satisfaisants. « C’est pourquoi, une concertation sera menée avec le fédéral pour définir des modalités de suivi adaptées. Par ailleurs, le FOREM activera des collaborations avec ses partenaires de l’insertion sociale et socioprofessionnelle, ayant développé une expertise dans l’accompagnement de ces publics afin d’augmenter les chances de réinsertion de ces derniers », souligne-t-elle.

Contrôle des chômeurs : moins de pression et plus d’accompagnement

« Le contrôle de la disponibilité des demandeurs d’emploi n’a de sens que si l’accompagnement des demandeurs d’emploi, en termes de conseils et de suivi personnalisés, de possibilités de développer leurs compétences professionnelles et leur employabilité, d’acquérir ou d’augmenter leur expérience professionnelle, est au rendez-vous » indique Eliane Tillieux. Dans ce but, le Gouvernement wallon s’est engagé à soutenir un accompagnement de qualité des demandeurs d’emploi et à développer, via le FOREM et son réseau de partenaires, les outils et dispositifs pour augmenter le niveau de qualification des travailleurs (avec et sans emploi) et favoriser l’insertion et le maintien à l’emploi de tous.

En outre, le gouvernement wallon s’était déclaré contre le travail d’intérêt général pour les chômeurs

Au vu des priorités affichées par la ministre Tillieux et avec l’emploi dans son portefeuille de compétences, une chose est sûre : la seule représentante féminine du gouvernement wallon ne manque pas de boulot ! Reste à voir si les mesures concrètes qu’elle prendra créeront des débouchés intéressants tant pour les entreprises wallonnes, que pour les demandeurs d’emploi...

Delphine Hotua



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.