Housing First ou comment reloger les sans-abris

Housing First ou comment reloger les sans-abris

Le projet de réinsertion des sans-abri « Housing First », emprunté du modèle américain, est un succès en Belgique. A Charleroi, son taux de réussite est de 80%.

Le concept est simple : un logement sans condition de traitement préalable, et une aide pour tenter de garder celui-ci, est attribué à un sans-abri. Lancé dans 5 villes de Belgique depuis juillet 2013, l’expérience a été supervisée par la secrétaire d’Etat à l’Intégration sociale et à la Lutte contre la pauvreté, Maggie de Block. Selon la Fédération européenne d’associations travaillant avec les sans-abris (Feantsa), située à Bruxelles, des études menées aux Etats-Unis, au Canada et en Australie affirment qu’un an après avoir été logés, plus de quatre sans abri sur cinq y demeurent toujours.

L’Housing First de Charleroi, une réussite

David Pieroux est coordinateur local du projet de Charleroi, un des 6 centres mis en place pour 22 mois en Belgique. L’établissement détient 24 places et 20 personnes sont actuellement relogées. Une équipe de six personnes procure un accompagnement pluridisciplinaire de personnes ayant passé entre 10 et 15 ans dans la rue. "Ces dernières retrouvent petit à petit un projet de vie qu’ils n’avaient pas auparavant" explique David Pieroux. Des assistants sociaux, des éducateurs spécialisés, des infirmiers et un psychologue effectuent ainsi une série de tâches avec les usagers, tout en les aidant à s’approprier leur logement. La remise en ordre de dossier administratif et juridique ainsi que la recherche d’emploi sont autant d’actions conséquentes menées par le personnel de l’Housing First de Charleroi. "Aujourd’hui, le taux de réussite du projet est de 80%", se félicite le coordinateur.

Prochain objectif : une pérennisation du projet sur le long terme

Housing First est un concept qui tend à se pérenniser : selon Freek Spinnewijn, le directeur de Feantsa affirme que "Le bien être des gens, élément subjectif, semble très bien assuré et le projet n’est pas plus cher que les solutions traditionnelles" David Pieroux conclut que "les objectifs pour le Housing First de Charleroi est de continuer le projet sur le long terme et de réfléchir à la place que le projet doit prendre par rapport aux autres modèles d’insertion par le logement".



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.