Ils courent, ils courent les subsides

Ils courent, ils courent les subsides

De moins en moins de subsides sont attribués aux ASBL, qui voient leur avenir compromis.

L’associatif le sait : le secteur doit se réinventer. Obtenir des subsides devient de plus en plus difficile, voire impossible. Face à cette situation, dans le meilleur des cas, certains partenariats peuvent se créer. Malheureusement, toutes les ASBL ne trouvent pas toujours une solution. C’est le cas de l’ASBL Genres Pluriels, qui depuis le 30 juin dernier, faute de subsides en 2016, a dû licencier 3 travailleurs sur… 4.

Une ASBL active depuis 2007

Créée en 2007, Genres Pluriels est la seule association belge francophone qui œuvre au soutien, à la visibilité, à la défense des droits et à la lutte contre les discriminations s’exerçant à l’encontre des personnes transgenres et intersexuées. Depuis 2012, l’ASBL était reconnue par le SPP Intégration Sociale dans le cadre des projets pilotes et des expériences innovantes relatifs à l’économie sociale.

Des objectifs remplis

L’ASBL est de plus en plus sollicitée chaque année et son fondateur et dernier salarié, Max Nisol, expliquait au journal Le Soir avoir « un haut niveau d’activités ». « Cela constitue une indication très nette et positive que nous remplissons nos objectifs principaux qui sont l’accueil et le soutien du public trans/inter », précise-t-il. A ces objectifs s’ajoutent, la sensibilisation, l’information, la formation des différents publics et la mise en place d’un réseau de partenariats associatifs, institutionnels et politiques le plus dense et actif possible.

Un manque de reconnaissance

En 2016, l’ASBL avait obtenu 20 000 de subventions de la Région bruxelloise, pour une brochure de sensibilisation. Le problème est que Genres Pluriels n’est pas reconnue comme une association d’éducation permanente par la Fédération Wallonie-Bruxelles, ce qui l’empêche de recevoir un financement structurel. « Or, notre travail est justement un travail de long cours », explique Max Nisol. En mai 2016, le projet déposé par l’ASBL n’a pas été retenu. La ministre bruxelloise de l’Egalité des chances, Isabelle Simonis, qui subventionnait l’ASBL depuis plusieurs années, a accordé moins de budget à l’association en 2016.

Les appels à projet, nouvelle source de financement du secteur

Face au manque cruel de subsides, de plus en plus d’associations se tournent vers les appels à projet, qui assurent une forme de financement. Cependant, cela engendre également une série de désavantages : être en compétition avec d’autres associations, rentrer dans une logique plus « entrepreunariale », ce qui peut poser souci à certaines ASBL. En mai dernier, ASBLIssimo, le premier salon et congrès 100% dédié aux ASBL s’est tenu à Bruxelles. L’objectif : repenser, ensemble, l’associatif de demain.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.