Intégration des personnes d'origines étrangères sur le marché de l'emploi : la Belgique sur le carreau ?

Intégration des personnes d'origines étrangères sur le marché de l'emploi : la Belgique sur le carreau ?

En matière d’intégration des personnes d’origines étrangères sur le marché de l’emploi, les résultats de Belgique sont plutôt médiocres. Une situation qui perdure depuis longtemps déjà.

Ce n’est pas la première fois que la Belgique est pointée du doigt. Mercredi, l’OCDE publiait un rapport qui souligne le caractère peu inclusif du marché de l’emploi belge. L’organisation insiste aujourd’hui sur la nécessité de réfléchir à l’insertion professionnelle des réfugiés. Le service public national de l’emploi, qui a entendu l’appel, s’engage désormais à étudier la question. A coté des parcours d’intégration qui se généralisent à toute la Belgique, faudra t’il envisager l’organisation des programmes d’intégration professionnelle ? Une chose semble sure : la Belgique a toujours éprouvé des difficultés en matière d’insertion professionnelle des personnes étrangères.

Un étranger sur deux sans emploi en Belgique

Hormis les recommandations formulées par l’OCDE, l’office européen des statistiques, Eurostat donnait le pire score de l’Union européenne à la Belgique. Seuls 56,8 % des étrangers extra-européens ont un emploi en Belgique, soit près d’une personne sur deux.

Pourquoi la Belgique ?

Plusieurs raisons expliquent l’exclusion des étrangers sur le marché de l’emploi belge dont le faible niveau de formation des immigrants et un niveau d’exigences linguistiques élevé, surtout à Bruxelles. Mais ce n’est pas tout, puisque à diplôme égal, les étrangers rencontrent plus de discriminations à l’embauche. Il semblerait que le système de recrutement belge s’adapte moins bien à la réalité hétérogène de la société que celui d’autres pays européens. Enfin, La Belgique parait aussi faire face à des groupes d’immigrants plus difficiles à intégrer sur le marché du travail.



Commentaires - 1 message
  • Il me semble en effet qu'il est plutôt difficile de trouver un emploi, déjà en tant que belge, mais encore plus en tant qu'immigrant. Certaines voix de métier étant déjà presque bouchées comme par exemple, le métier de l'éducateur, il est de plus en plus difficile de trouver un emploi. Pourquoi ? Le fait est que de plus en plus de personnes sortent des écoles et que de moins en moins de personnes prennent leur retraite car nous devons travailler plus longtemps si nous tenons à avoir une retraite décente. Du coté des migrants, qui ont également beaucoup de compétences, il faut ajouter la barrière de la langue et le temps que ceux-ci soient formés suffisamment pour décroché un job, de nouveaux migrants arrivent et c'est à leur tour d'attendre. le marché de l'emploi en Belgique est une loooongue file d'attente. Si à cela on ajoute la nécessité d'une aide à l'emploi pour être engagé, je pense que c'est cet ensemble qui explique ce chiffre si bas.

    maxime-debruyne@hotmail.fr jeudi 9 juin 2016 10:04

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.