L'apprentissage en alternance à Bruxelles pour combattre le chômage

L'apprentissage en alternance à Bruxelles pour combattre le chômage

Pour combattre le chômage à Bruxelles, l’apprentissage en alternance constitue une solution envisageable. Ce processus apporte un souffle nouveau aux administrations communales qui y participent dans la capitale.

A Bruxelles, certains élèves du secondaire préfèrent entrer plus vite dans la vie professionnelle. Ils peuvent opter pour un apprentissage qui conjugue cours théoriques et pratique d’un métier. Les communes d’Auderghem et de Berchem-Sainte-Agathe qui emploient de façon régulière des alternants sont des exemples d’apprentissages concluants à Bruxelles. Le jeune met en pratique la théorie qu’il apprend à l’école et l’employeur peut renforcer ses équipes et procéder à des remplacements lorsque cela est nécessaire. De plus, les entreprises participantes bénéficient d’un subside important de la Région pour réaliser ce projet.

Pour qui ?

L’apprentissage, qui est une forme d’enseignement secondaire en alternance, peut être pratiqué à partir de 16 ans (15 ans si l’élève a suivi les deux premières années de l’enseignement secondaire de plein exercice) et jusqu’à à 25 ans. Il devra alors suivre des cours théoriques quelques jours par semaine et compléter son horaire par une formation en entreprise. En plus de pouvoir se former et gagner en expérience, le jeune a droit à une indemnité d’apprentissage.

Encadrement du jeune

Un plan de formation est établi avec un centre de formation agréé. Celui-ci assure également la formation théorique et accompagne l’élève en vue de son insertion socioprofessionnelle. La Région de Bruxelles-Capitale compte différents centres de formation.

- Du côté francophone : la formation en alternance à Bruxelles peut être organisée via deux filières : par un Centre d’Education et de Formation en Alternance (CEFA), rattaché à une école d’enseignement secondaire, ou par Espace Formation PME dans le cas d’un apprentissage pour un métier d’artisan.

- Du côté néerlandophone : Ce type d’enseignement peut s’organiser soit dans le cadre du ’Deeltijds BeroepsSecundair Onderwijs’ (DBSO, Enseignement secondaire professionnel à temps partiel (NL)), dans un Centrum voor Deeltijds Onderwijs (CDO, Centre d’enseignement à temps partiel), soit via la Vlaams Agentschap voor Ondernemersvorming SYNTRA (Agence flamande pour la formation des entrepreneurs (NL)).

Pour plus d’infos : Les étudiants ou entrepreneurs peuvent consulter le site du Secrétariat Permanent de la Formation en Alternance (SYSFAL) ou sur le portail de l’enseignement en Communauté flamande.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.