L'habitat groupé et solidaire, l'habitat du futur ?

L'habitat groupé et solidaire, l'habitat du futur ?

Un "habitat groupé et solidaire" se définit comme un projet de vie dans lequel évoluent une ou plusieurs personnes dont au moins une se trouve en situation de précarité sociale. Ce type d’habitat nécessite de porter une attention particulière sur son organisation.

Ce week-end a lieu le Salon Bruxellois de l’Habitat Groupé et Solidaire, à Molenbeek. C’est une occasion de se pencher un peu plus sur ce type d’habitat où le vivre-ensemble est le maître mot. Il existe plusieurs formes d’habitats solidaires, qui répondent chacun à différentes problématiques. Ils permettent d’avoir une alternative a des logements indécents, mais aussi à la solitude ou l’exclusion sociale. Aujourd’hui, une vingtaine de logements groupés et solidaires sont présents à Bruxelles et ce chiffre augmentera surement avec les années.

Plusieurs types d’habitats

Plusieurs sortes de logements groupés et solidaires existent et répondent à différents cas de figures. L’habitat "kangourou" par exemple, favorise le partage et l’entraide entre les générations. Ce type d’habitat consiste à aménager une maison familiale pour accueillir d’un coté une famille ou un étudiant, et de l’autre une personne âgée. Ce type de logement intergénérationnel est vraiment enrichissant pour les deux parties et permette permet l’entraide et le partage. La personne âgée est donc potentiellement capable de vivre chez elle plus longtemps. Il est aussi plus simple pour l’étudiant de trouver un logement.

Des pouvoirs publics impliqués

La ministre du logement, Céline Frémault, s’est vu très impliquée dans le développement de ce type d’habitat. Elle a lancé deux appels à projets, dont l’un compte déjà 130 logements. " Suite à la volonté citoyenne et au soutien politique qui se développe, aujourd’hui, ce sont 80 logements groupés qui se sont créés sur Bruxelles, mais dans 5 ans, on estime que 200 habitats de ce type existeront et des milliers de gens vivront avec de beaux principes de solidarité", déclare la ministre à Metro.

Intéressant socialement mais aussi financièrement

Ce genre d’habitat se veut bénéfique tant socialement, écologiquement que financièrement. En effet, une économie se créée, entre autres par l’économie d’échelle des matériaux, mais aussi au niveau de l’architecture. Enfin, l’habitat groupé peut être une opportunité, voire un réflexe de mutualisation qui réduirait le coût de la vie pour ses habitants.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.