L'interprétariat en milieu social : un outil pour faciliter la communication

L'interprétariat en milieu social : un outil pour faciliter la communication

L’interprétariat en milieu social est un outil pour faciliter la communication dans le secteur non marchand au regard des besoins la société actuelle.

Parmi les défis sociaux et culturels de la société actuelle, l’intégration de personnes d’origine étrangère occupe une place importante. La crise récente des refugiés renforce un peu plus cette réalité. La barrière linguistique constitue un problème majeur pour accompagner les migrants dans leurs démarches administratives. Face à cette situation, des alternatives existent pour faciliter la communication entre ces populations et les intervenants des services public et du secteur non-marchand. Des organismes sollicitent régulièrement les services d’interprètes en milieu social. Traitées par le SeTis Bxl et le SeTis Wallon (service de Traduction et d’Interprétariat en milieu social), les demandes n’ont cessé de croitre depuis 2015.

Quels secteurs d’intervention ?

Les SeTIS bruxellois et wallon interviennent dans toutes les situations d’aides publique ou sociale qui nécessitent une bonne compréhension entre t les parties. Les interprètes en milieu social opèrent dans 42 langues. Le service peut servir à obtenir une aide juridique, consulter un médecin, communiquer avec un assistant social du CPAS ou encore interagir avec l’école et la consultation de l’ ONE dont l’ enfant du bénéficiaire dépend. De plus, le service d’interprétariat s’adapte aux besoins spécifiques des structures qui les sollicitent. Les prestations peuvent se dérouler sur le lieu souhaité, par téléphone ou prendre la forme d’ une traduction écrite libre.

Profils des interprètes sociaux

Le SeTIS Bxl propose et assure des moyens, linguistiques et culturels, qui manquent aux intervenants du secteur non-marchand. Il est important que les interprètes soient à la hauteur des attentes. Et ce pour faciliter le travail des secteurs en demande et assurer le respect des personnes ne parlant pas français.

Compétences. Sans surprise, la maitrise de langues est un prérequis à la fonction d’interprète en milieux social. Idéalement, l’interprète possède un diplôme d’enseignement supérieur de type court et a une connaissance approfondie de la langue maternelle, d’autres langues et du français.

Valeurs. L’interprète doit pouvoir faire preuve d’écoute, bienveillance, déontologie, solidarité humaine et tolérance. Ces gestes qu’il adopte sont important pour permettre aux individus de pouvoir s’exprimer dans leur langue maternelle, d’accéder aux soins, à l’information et de réaliser leurs droits, de façon éclairée.

Outils & formation. Les deux SeTis veillent à ce que les interprètent mettent à jour leurs connaissances. Pour ce faire, ils mettent à disposition des listes de terminologie, documents, dictionnaires, matériel d’écriture...En outre, l’interprète doit faire l’effort de se préparer avant une rencontre. Il peut compléter ses connaissances de sa propre initiative, internet offrant un champ illimité de ressources. Enfin, des formations sont régulièrement organisées par les SeTis afin de permettre aux candidats d’acquérir les compétences nécessaires à l’exercice du métier.

Le secteur de la santé, en tête des demandes

En 2015, le SeTis Bruxelles a constaté un glissement de prestations vers les secteurs de la santé hôpitaux et de la santé mentale. En rajoutant l’ONE, cela fait du domaine de la santé le secteur le plus demandeur d’interprètes en milieu social.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.