L’ONE, une organisation aux 1000 facettes

L'ONE, une organisation aux 1000 facettes

C’est vendredi ! Cette semaine, nous vous emmenons découvrir l’ONE, une organisation qui a plus d’une corde à son arc et qui gère non seulement les milieux d’accueil, mais aussi l’accompagnement des familles au sens large.

Si nous vous disons ONE, vous penserez probablement très rapidement à « Plan Cigogne » et « places d’accueil ». Si le réflexe est compréhensible, l’ONE (Office de la Naissance et de l’Enfance) a cependant bien d’autres cordes à son arc et gère une multitude d’autres missions. Tour d’horizon de l’organisation avec Nicole Roland, responsable des relations extérieures.

Création

L’ONE a été créé en 1919, après la Grande Guerre, par des bonnes œuvres locales qui ont fédéré des initiatives locales en vue d’aider les mamans. Comme l’explique N. Roland, « l’ONE est toujours en phase avec son époque. Le fait d’être issu d’initiatives locales a encore des conséquences sur la façon dont est organisée la structure aujourd’hui ». Au départ, ils offraient la vaccination gratuite aux enfants, ce qui, pour l’époque, était une petite révolution. « Dès les années 70-80, la mission d’accueil des enfants s’est développée, en plus de l’accompagnement familial. »

Plusieurs missions

L’ONE s’articule autour de plusieurs missions. Les deux principales sont l’accompagnement de l’enfant dans son milieu familial et l’accueil hors de son milieu familial.

1) En termes d’accompagnement (dans le milieu familial), l’ONE offre des consultations prénatales et d’enfants gratuites, du suivi à domicile, des équipes « SOS Enfants » (pour gérer la maltraitance). Depuis le transfert des compétences lié à la 6éme réforme de l’Etat, il gère également la promotion de la santé à l’école.

2) En ce qui concerne l’accueil, « l’ONE est chargé d’autoriser, d’agréer et de subventionner le milieu d’accueil, en matière de personnel. Nous offrons aides, conseils et accompagnement pour les crèches, les maisons d’enfants, les centres de vacances, les écoles de devoirs, etc. Nous contrôlons également que ces lieux respectent les normes de qualité et d’encadrement. »

En plus de ces deux missions, l’ONE assure toutes sortes de compétences « transversales » : le soutien à la parentalité, la promotion et la formation continue des acteurs des politiques de l’enfance, l’accompagnement et l’évaluation des acteurs des milieux locaux, fournir les informations aux parents et aux futurs parents.

La structure

L’ONE est une structure para-communautaire de Type B, c’est-à-dire qu’elle a un contrat de gestion avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, mais que son fonctionnement interne repose sur un Conseil d’administration. Le contrat de gestion fixe les actions à réaliser et les enveloppes budgétaires mises à disposition de l’ONE pour le faire.« Nous recevons des subsides de la FWB et nous devons respecter les objectifs fixés dans les Plans Cigogne, mais nous avons notre propre fonctionnement interne », explique N. Roland. L’administration générale est basée à Bruxelles, mais la structure est très décentralisée. « Nous avons des administrations subrégionales par province. Ces dernières délivrent les autorisations pour les milieux d’accueil. Nous avons fait le choix d’être sur le terrain, au niveau local, proches des familles ». Les consultations sont également dans chaque commune. Comme le précise N. Roland, « c’est un peu comme le télétravail, nous sommes proches des parents. Toutes les informations sont accessibles dans les provinces. »

[Seconde partie de l’article : ici ]



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.