L'Ordre pour les Psychologues cliniciens verra-t-il bientôt le jour ?

L'Ordre pour les Psychologues cliniciens verra-t-il bientôt le jour ?

La Fédération Belge des Psychologues à fait savoir, au sein d’un communiqué, qu’elle souhaite que la Commission des psychologues évolue vers un Ordre pour les Psychologues cliniciens. La raison ? Que ces professionnels de la santé puissent garder la compétence de leur propre déontologie.

Puisque la psychologie clinique est devenue une profession de soins de santé reconnue, la FBP estime qu’il est d’une importance capitale que les psychologues cliniciens restent compétents pour ce qui concerne leur propre déontologie. Dès lors, la FBP demande aux ministres compétents, Borsus et De Block que la Commission des Psychologues puisse évoluer vers un Ordre des Psychologues cliniciens sous la tutelle du ministre de la santé publique.

Les raisons sous-jacentes

Depuis le 1er septembre 2016, la psychologie clinique est reconnue comme profession en soins de santé. Pour exercer la psychologie clinique, la reconnaissance de psychologue clinicien est indispensable. A partir de là et au sens strict, il n’est plus nécessaire, pour les psychologues cliniciens, de s’enregistrer comme psychologue auprès de la Commission des Psychologues placée sous la tutelle du ministre des classes moyennes.

Cependant, la Commission des Psychologues est l’organe déontologique des psychologues. Elle est la gardienne du code de déontologie et remplit donc un rôle important dans la reconnaissance sociétale de notre profession. Si les psychologues cliniciens ne pouvaient plus faire appel à un organe de déontologie propre, ils tomberaient sous une déontologie ’médicale’. Une situation que la FBP veut éviter à tout prix. Nous ne nous sommes pas battus pendant 20 ans pour acquérir notre autonomie et notre indépendance du monde médical pour retomber sous la déontologie médicale.

Par ailleurs, la concertation au sein du Conseil d’Administration de la FBP où se retrouvent les associations de psychologues émanant des différents secteurs, nous apprend que les autres secteurs ne sont pas demandeurs d’un organe de déontologie propre. Au sein de leurs secteurs existent déjà d’autres lois et codes plus pertinents. En outre, plus de 97% des psychologues déjà enregistrés auprès de la Commission des Psychologues travaillent dans le domaine des soins de santé au sens large.

Vers un Ordre des Psychologues cliniciens

Concrètement, la FBP demande aux ministres compétents Borsus et De Block :

- la création d’un Ordre des Psychologues Cliniciens sous la tutelle de la Santé publique. En effet, le psychologue clinicien est de fait une profession de soins de santé.

- Le maintien de la protection du titre de psychologue mais avec une simplification de la procédure administrative.

- la possibilité pour les psychologues d’autres secteurs désireux le cas échéant de se placer sous l’autorité de l’Ordre des Psychologues Cliniciens.

Les ministres compétents vont entrer dans une phase de concertation quant à l’avenir de La Commission des Psychologues

- Lien vers la lettre adressée à Maggie De Block : ici

- Lien vers la lettre adressée à Willy Borsus : ici

[À lire]

- La FBP tend la main à l’APPPSY
- La FBP demande aux psychologues de soutenir la Compsy
- La Communication de la FBP est mensongère
- Les psychothérapeutes se tirent une fois de plus une balle dans le pied
- La ministre De Block a mis fin à un débat vieux de 20 ans



Commentaires - 1 message
  • Avant que la Commission des psychologues ne puissent devenir un ordre des psychologues, il faudrait d'abord qu'elle fonctionne selon les principes de la déontologie qu'elle est censée promouvoir, c'est-à-dire avec ouverture, clarté, honnêteté et démocratie, plutôt que d'être l'organe "public" de la FBP qui a le monopole des décisions en son sein au mépris de toutes les autres tendances ou mouvements de pensée au sein du monde des psychologues. Il faudrait aussi qu'elle se montre à la hauteur de sa fonction en faisant rectifier un code de déontologie, modifié avec son accord, dans un sens contraire au code pénal et ne protégeant dès lors pas les patients. Pour plus de détails à ce sujet, je vous invite à participer au colloque organisé par l'APPPsy le 6 mai à l'ULB.

    Bripsy jeudi 13 avril 2017 20:50

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.