L’Union Professionnelle Belge des Psychomotriciens Francophones remet les pendules à l’heure

L'Union Professionnelle Belge des Psychomotriciens Francophones remet les pendules à l'heure

L’Union Professionnelle Belge des Psychomotriciens Francophones (UPBPF) a clarifié la situation de la psychomotricité.

Incompréhension totale et colère pour le secteur, depuis que la ministre de la santé, Maggie De Block, a décidé de ne pas reconnaitre le diplôme de psychomotricien cet été. Mise en demeure par la FEF, rejointe par l’UPBPF, la ministre n’a toujours pas donné de réponse claire pour cette rentrée académique. La cause ? Elle attendrait un avis du Conseil National des Professions Paramédicales (CNPP) avant de se prononcer. Sauf que le CNPP l’a déjà remis, cet avis. En attendant, le Conseil d’Administration de l’UPBPF, représenté par Anne Taymans et Elisabeth Castro, a décidé de clarifier la situation.

« Le C.A. de l’U.P.B.P.F tient à donner une information claire :

- Aujourd’hui, il n’y a pas d’exercice illégal décrété ! Personne ne peut être poursuivi pour illégalité actuellement ;

- La formation de bachelier en psychomotricité est un diplôme reconnu par la Communauté Française ; les étudiants s’y inscrivent, les établissements de formation assurent la poursuite de ces études selon le programme et les contenus de cours construits pas à pas depuis 20 ans et qui répondent aux besoins sociétaux, ils en sont convaincus !

- Les remboursements de la Mutualité Chrétienne sont bien entendus maintenus car ils ne sont pas en lien avec des remboursements Inami (décidés au niveau fédéral) mais bien inclus dans l’assurance complémentaire de la Mutualité Chrétienne qui est libre dans cette gestion ;

- Quant à la menace qui pèse sur notre profession, il s’agit bien dans le chef de Mme De Block de refuser une nouvelle profession paramédicale et de projeter d’interdire aux psychomotriciens d’intervenir en tant que paramédicaux. Cela pourrait signifier, si Mme la Ministre Fédérale de la Santé poursuit son idée, que les actes spécifiques prestés par les kinés, logo, ergo, médecins et orthoptistes soient interdits aux psychomotriciens. Nous analysons cela et ne manquerons pas de vous donner des informations relatives à ce sujet en temps utile.

Tous les autres champs d’intervention sont maintenus d’office : prévention, éducation, séances de psychomotricité.

- Des étudiants et jeunes diplômés ont entamé début septembre, avec le soutien de la FEF et de l’Union, une procédure judiciaire contre les positions de Mme De Block et qui mèneront très certainement à la reconnaissance de la profession. Cette démarche déterminée devrait encore durer plusieurs mois.

- Votre CA reste soucieux de soutenir votre quotidien : notre journée d’étude du 19 novembre, avec Catherine Potel, se prépare activement ; notre prochaine revue est en préparation ; le site et l’annuaire nous demandent un travail considérable mais nous mettons tout en œuvre pour qu’ils soient efficients.

Le lundi 19 septembre est la journée européenne de la psychomotricité ! Et si chacun d’entre vous, à votre manière, vous contribuiez à diffuser cet événement... ?

Nous restons à votre disposition pour toute question, Restons fiers de notre place spécifique,

Pour le CA,

Anne Taymans et Elisabeth Castro »

Lire la lettre sur le site de l’UPBPF



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.