L'UPPsy veut regrouper les psychologues mécontents

L'UPPsy veut regrouper les psychologues mécontents

Afin de lutter de l’intérieur contre les changements imposés par la loi de Maggie De Block sur la psychothérapie, l’Union professionnelle des psychologues veut regrouper en son sein les psychologues opposés à cette loi.

Comme le rappelle le collectif citoyen Alter-psy, même si de nombreux psychologues appuient la loi sur la psychothérapie, car ils ont toujours la possibilité d’exercer, ils sont énormément à ne pas la soutenir. Ces psychologues mécontents sont éparpillés dans plusieurs groupements. Raison pour laquelle l’UPPsy entend les regrouper en son sein. Elle a lancé, à la fin de l’année, un appel adressé à un maximum de professionnels du secteur.

"C’est urgent"

"Vous êtes psychologue et vous devez être au courant des changements en cours pour notre profession. Si vous souhaitez défendre la diversité des pratiques, l’indépendance des psychologues, une vraie formation à la psychothérapie, je vous invite à découvrir ou à redécouvrir l’UPPsy (Union professionnelles des psychologues). Nous avons bien conscience que le site est obsolète, il est en construction. Nous avons été présents sur le terrain auprès des divers lieux de prise de décisions pour défendre nos visions des professions de la santé mentale et sommes allés au plus urgent.

Nous vous donnons un aperçu de nos actions pour vous permettre de faire un choix afin de nous soutenir en devenant membre, parce que c’est urgent (la cotisation est de 30 euros à verser sur le compte BE05 5230 8048 0975 et signer la charte). Nous devons atteindre un nombre suffisant de membres pour 2016 pour faire contrepoids à d’autres fédérations de psychologues qui soutiennent une approche evidence based, voici quelques points :

Le conseil supérieur de la santé mentale

La loi prévoyait la création d’un conseil supérieur de la santé mentale qui devait conseiller la ministre en ce qui concerne la mise en pratique de la loi. Normalement, la ministre devait choisir, parmi les fédérations professionnelles reconnues les personnes qui allaient faire partie de ce conseil. Donc, entre autres l’Uppsy.

Mais un nouvel arrêté royal de Maggie De Block, remet tout cela en cause, ne tenant pas compte des fédérations professionnelles reconnues par le Ministère des classes moyennes mais veut désigner elle-même les fédérations auxquelles elles se réfèrera. Un arrêté royal fait sur mesure pour la FBP et surtout pour l’UPPCF qui n’était pas reconnue par le ministère des classes moyennes est sorti. Cet arrêté écarte certaines associations de psychologues du conseil supérieur. L’Uppsy rentre dans ces critères mais rien n’est encore gagné : la seule solution est d’augmenter notre nombre de membres pour 2016.

Avis officiel par rapport au projet de réforme

Voici (ci-dessous) l’avis officiel de l’Uppsy envoyé à Maggie De Block par rapport au projet de réforme de l’AR royal 78 (le projet est visible sur le site : www.ar78.be), vous pourrez vous faire un avis du travail et des positions de l’Uppsy en ouvrant le fichier word figurant en bas de page.

L’arrêté royal 78 est celui qui régit les professions de soins de santé. C’est celui dans lequel les différents projets de loi qui se sont succédés voulaient faire entrer les professions de la santé mentale. Maggie De Block avait déjà numéroté cet arrêté dans la loi coordonnée 2015, mais elle envisage de la modifier plus profondément. On peut dire que ce qu’elle a mis en place au niveau des professions pour les psychologues fait partie d’un plan plus large qui vise à uniformiser, standardiser et contrôler les professions de santé.

Recours en justice

Différents recours sont envisagés contre la loi de Maggie De Block, dont un avec une procédure en cours. Nous y participons mais ne pouvant vous en dire plus, si vous souhaitez être informés, vous pouvez vous abonner à notre newsletter en devenant membre.

Nous avons besoin que vous vous inscriviez pour devenir membres. Vous aurez les newsletters en entier et vous pourrez concrètement nous aider à défendre des positions essentielles pour la psychologie clinique car nous devons représenter un nombre important de psychologues.

Devenir membres à l’Uppsy est un moyen de faire entendre votre voix. La fiche pour devenir membre est accessible sur le site http://www.uppsy.be/index.php/s-affilier

Vous pouvez par ailleurs vous investir pour nous aider à être plus présents sur le web."

Agnès Bressolette - psychologue, membre du CA de l’Uppsy



Commentaires - 2 messages
  • Super bravo Agnes!
    Je ne sais pas qui a mis ce texte sur le guide social mais c'est génial!

    MVermeil mercredi 4 janvier 2017 19:37
  • Il est hors de question que je m'associe à un mouvement qui défend ce point de vue. Pourquoi donc ce sont des psychologues diplômés qui s'insurgent contre cette loi sur la psychothérapie ? Pourquoi se battre pour que des AS ou des philosophes puissent s'occuper des questions de soin de santé mentale ?? Cela me dépasse, et le pire c'est que c'est au détriment des patients qui souffrent de réelles psychopathologies et qui nécessitent des thérapies validées ! Ce qui n'est pas compris non plus selon moi, c'est que les patients pourront continuer à consulter qui bon leur semble. Simplement certains traitements seront remboursés (très partiellement, ne nous leurrons pas) et d'autres non, et c'est bien normal. Les finances publiques ne sont pas extensibles à loisir et il est évident que l'on doit concentrer les remboursements sur les soins dont on a pu prouver qu'ils servent à quelque chose. Dans le traitement du sida, on rembourse la trithérapie. Le patient HIV+ qui veut se soigner au jus de citron en a parfaitement le droit, mais il est bien évident que cela ne sera pas pris en charge par sa mutuelle car l'intérêt du jus de citron n'est pas démontré pour augmenter la survie ou la qualité de vie du malade... Qu'est-ce que les psychologues ne comprennent pas dans ce raisonnement ? Allez-vous également militer pour - en médecine somatique - le remboursement des soins de rebouteux ou de chamanes, et pour qu'on les traite comme s'ils étaient diplômés de médecine ? Diplôme valable ou pas, on s'en fiche, le droit de monter son business avant tout et tant pis pour les patients ? Les personnes souffrant de troubles psychiatriques/psychologiques n'ont pas besoin de se confier à un curé ou à un philosophe (et s'ils en ont besoin, libre à eux, mais cela n'a pas à être remboursé bon sang !), ils ont besoin d'avoir accès aux meilleurs soins psychologiques et psychiatriques possible (déjà qu'on n'est pas bien avancé en la matière, ce n'est vraiment pas la peine d'en rajouter...)

    Keram135 jeudi 5 janvier 2017 19:55

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.