La Cocof construit, promeut et innove !

La Cocof construit, promeut et innove !

Que retenir du plan stratégique 2015-2018 de la Cocof ? Dorénavant, elle construit, promeut et innove. Cependant, le secteur associatif reste sur ses gardes.

Le plan de stratégie 2015-2018 de la Cocof promet d’accorder une attention toute particulière au lien qui l’unit au monde associatif. Ce dernier ne sera présenté au Parlement francophone que le 26 avril prochain, mais fait déjà beaucoup parler de lui.

Quels sont les objectifs stratégiques pour le secteur associatif ?

Avant de tirer des conclusions, la Cocof s’est penchée sur son environnement et l’a soigneusement analysé. Si les objectifs qu’elle s’est fixés sont au nombre de cinq, trois concernent le secteur associatif :

1) Développer une culture de service public fondée sur des processus et outils de gestion adaptés

Dans le souci d’offrir des services efficaces et de qualité, tournés vers les usagers et bénéficiaires, leurs besoins et leurs attentes, la COCOF doit se doter de mécanismes de planification, de suivi et d’évaluation portés par ses agents

2) Devenir un centre d’expertise et de connaissance dans des domaines spécifiques

Comme administration moderne, la Cocof doit se doter d’une capacité d’analyse et de connaissance des pratiques du terrain. Pour la Cocof, il s’agit de développer simultanément une expertise transversale sur l’ensemble des matières traitées, additionnée d’une expertise spécifique sur des domaines non couverts par des services public ou privé.

3) Favoriser l’interaction et les partenariats avec les parties prenantes

La Cocof exerce ses compétences avec d’autres partenaires institutionnels et délègue en partie ses missions de service public au secteur associatif. Elle doit collaborer activement et instaurer un dialogue permanent avec ses parties prenantes afin de valoriser les partenariats avec celles-ci. (Voir le plan stratégique pour plus d’infos)

Concrètement, pour chaque objectif, quelles mesures seront prises ?

Par rapport à chacun de ses objectifs la Cocof prendra une série de mesures concrètes, dans une volonté de modernisation et de simplification.

Objectif 1 : simplifier les interactions et le mode de fonctionnement actuel. Dans cette optique, la Cocof aimerait associer fédérations et associations. Face aux subventions, elle désire progresser vers une relation conventionnelle avec les fédérations dans laquelle les responsabilités seront établies sur un système de co-responsabilisation.

Objectif 2 : devenir le référent en matière de Charte associative en y répertoriant et diffusant les initiatives en la matière. En ce qui concerne l’innovation, la Cocof lui accorde une place prépondérante, tant à la recherche que dans l’innovation sociale ou le handicap.

Objectif 3 : la Cocof veut institutionnaliser la concertation avec les associations en ayant recours aux fédérations et en définissant dès lors, le cadre réglementaire de ces concertations. En conséquence, elle établira le cadastre de l’emploi dans le secteur non-marchand.

La transversalité se retrouve au cœur du projet

Ce que déplore certains départements de la Cocof est un manque total de communication entre les services par rapport aux divers acteurs du monde associatif. Dans l’optique du plan stratégique, la transversalité est au cœur du projet. Pour s’inscrire dans cette idée, les objectifs assignés aux mandataires ont été mis en commun. De plus, le plan stratégique a été décliné en un plan opérationnel qui comporte 98 projets. Chaque responsable de projet est chargé de monter son propre groupe de travail, regroupant divers acteurs du secteur associatif et travaillant de manière transversale.

Qu’en pense le secteur associatif ?

Selon le Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique (CBCS), le secteur associatif a réservé un accueil mitigé au plan stratégique de la Cocof : critiques, craintes, optimisme, curiosité… Ce qui fait peur : la transversalité et les appels à projets. Pour Isabelle Fontaine, directrice de l’administration de la Cocof, il s’agira juste de réorganiser les matières et de simplifier. Pour d’autres, la crainte de voir apparaitre une structure plus entrepreneuriale prend forme. Si tout repose sur des appels à projets, certains redoutent un basculement vers une mise sous tutelle de l’associatif par le politique, où uniquement les appels à projets sur une durée limitée se verraient subsidiés. Au détriment des projets sur le long terme…

Quelle était l’utilité de la Cocof à sa création ?

Selon le CBCS, la COCOF entend "Offrir aux Bruxellois des services accessibles et efficaces dans tous les secteurs de la COCOF afin d’améliorer leur qualité de vie et leur bien-être, de favoriser leur émancipation et leur inclusion dans la société".

Comment ? A travers le déploiement des activités clés suivantes :

1. Agréer des associations ;

2. Subventionner des associations (agréées ou non) ;

3. Contrôler l’utilisation des subventions ;

4. Évaluer les actions ;

5. Conseiller l’autorité politique ;

6. Octroyer des aides individuelles ;

7. Sensibiliser et orienter ;

8. Offrir des services de soutien et de support ;

9. Organiser des instituts d’enseignement, de formation et de recherche ;

10. Assurer les obligations internationales de la COCOF.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.