La Compsy, cette belle Tour d’Ivoire

La Compsy, cette belle Tour d'Ivoire

Suite aux récentes attaques dont elle a fait l’objet, tant sur son fonctionnement que sur ses « idéaux », la Compsy a souhaité s’exprimer et a rencontré la Rédactrice en Chef du Guide Social.

Bonne réunion demain ! C’est le message de plusieurs des relais psychologues du Guide Social, lorsque je leur ai annoncé que je me rendais dans les locaux de « La Compsy », comme ils l’appellent dans le secteur. La Commission des Psychologues. L’Organe fédéral de contrôle du titre et de la profession. Mes questions préparées, parée et prête à en découdre – Pourquoi le secteur lui en veut à ce point ? – je me suis rendue dans leurs bureaux, situés au dixième étage d’un bâtiment en plein centre de Bruxelles. Une Tour d’Ivoire, avec vue imprenable sur la capitale. Du moins, c’est ce que je pensais…

Nous acceptons la critique

Une première inspection des lieux m’a permis de me rendre compte que j’étais face à une équipe de 3 personnes, à peine plus âgées que moi. Un peu surprise, mais surtout intriguée et voulant comprendre pourquoi le secteur les accuse notamment d’être opaque, non-démocratique et réductrice, j’attaquai de front pour essayer d’en savoir plus. « D’après le secteur, vous vous cachez, on ne sait pas qui vous êtes. Vous manquez de transparence. Qu’en pensez-vous ? » Ce à quoi, le directeur répond très spontanément : « Vous savez, on accepte les critiques. On a une vision de ce que la Commission peut devenir et nous y travaillons pour ça tous les ans. Maintenant, c’est un processus en plusieurs étapes, qui met du temps. On va d’abord se concentrer sur un projet. Puis un autre... et petit à petit, on y arrive. Pour la transparence, c’est marrant : UNE seule personne a un jour posé une question par rapport à un montant qu’elle ne comprenait pas. Et bien, nous l’avons invitée dans les locaux à venir consulter les comptes. Et là, tout le monde râle, alors que personne n’a pris la peine de demander... »

Une envie de changement

Si elle effraie par son titre et la mission qui lui a été confiée il y a maintenant presque 25 ans, la Compsy aspire à un souffle de renouveau. L’équipe est jeune, mais enfermée dans un système « à la Belge », conçu en 1993 et qui rend les choses très difficiles à changer. La plénière contrôle le staff (d’environ 6 employés), elle-même contrôlée par une présidente (qui jusqu’en 2016 touchait maximum 2500 €/an, somme qui a été augmentée à 12.000 €/an) nommée par le ministre des Classes moyennes, Willy Borsus. Les choses sont donc loin d’être simples. Les représentants des fédérations qui siègent à la plénière sont bénévoles. Seuls les membres des Conseils disciplinaire et d’appel touchent une rémunération de 150€/3 heures prestées.

QUE trois fédérations professionnelles ? Oui, ok, mais…

Dans une série de lettres ouvertes qui lui ont été adressées, plusieurs collectifs de psychologues et de psychothérapeutes praticiens de la parole se sont plaints de n’être pas représentés à la Compsy. Ce système de représentation et des membres effectifs qui siègent à la plénière datent de 1993 et n’a jamais été revu depuis. La procédure est décidée par le Ministère de l’Economie, sans consultation de la Commission. « Les fédérations soumettent un dossier dans lequel elles prouvent remplir les critères établis par la loi de 93 et l’Arrêté Royal de 96. Le Ministère de l’Economie évalue les dossiers de chaque fédération et remet un avis du nombre de membres au ministre, qui décide du nombre de représentants effectifs (c’est-à-dire, avec un droit de vote) par fédération. A aucun moment nous n’intervenons dans ce processus », explique le directeur.

En revanche, chaque fédération professionnelle, à condition de remplir les critères établis dans la Loi de 1993 et l’Arrêté Royal de 1996, peut se présenter pour être agréée à la Commission. Ce sur quoi insiste le directeur : « Oui, ils se plaignent. Mais à un moment, il y a aussi la responsabilité des associations ! Pour autant que nous sachions, aucune n’a introduit de demande d’agrément auprès du ministre. Or, pour nous aussi ce serait intéressant d’avoir plus d’associations agréées, puisque cela signifierait plus de membres représentants, pour chaque secteur. »

Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Commission, qui précise que « Certes, c’est une matière très juridique, donc nous sommes certains que peu de psychologues vont approfondir le sujet. Mais pour nous, ce n’est pas un secret. Et nous avons lancé une newsletter pour les informer aussi, mais est-ce qu’ils la lisent ? »

Représentatif ou représenter ?

Une des nombreuses critiques faites à la Compsy est le manque de représentativité à l’égard de la profession. Sur ce point, le directeur est clair : « Il y a une nuance entre représenter et être représentatif. Notre objectif n’a jamais été de représenter les psychologues. En revanche, nous souhaitons être un échantillon représentatif de la profession. Notre rôle n’est pas de défendre les intérêts des psychologues, ça c’est celui des associations professionnelles. » Pour y parvenir, la Commission souhaite passer à des élections au sein de tous les psychologues et non plus « passer via les fédérations agréées ». C’est pour cette raison que l’idée de créer un Ordre s’est imposée. « Un Ordre nous permettrait de changer notre statut et le format des élections, ce que nous voulons maintenant depuis au moins 2011… »

Un manque total de communication

Le directeur de la Compsy déplore la façon dont se sont exprimés les professionnels à leur égard. « C’est assez dommage, nous n’avons jamais eu la question : Comment pourrions-nous être représentés ? Directement des lettres ouvertes ! Si on avait reçu la question, on aurait répondu ! Si on ne l’avait pas fait, on est tous certains que les professionnels l’auraient dit dans leurs lettres ouvertes. Ils n’ont jamais posé la question… » Un manque de clarté quant aux auteurs des lettres demeure également. « Et la majorité des regroupements qui ont écrit les lettres ouvertes, on ne les connaissait pas avant. COPEL-COBES, AlterPsy ? C’est nouveau je pense. Il y en a qui n’ont pas de nom… La lettre ouverte qui a été publiée sur Alterpsy, apparemment ce n’est pas Alterpsy eux-mêmes… Ce n’est pas très clair. »

Et de conclure « Les lettres ouvertes, ce n’est pas notre style préféré, mais… on y a été confronté. On avait une réunion plénière en décembre. Aucune de ces questions n’a été posée ! Et puis, d’un coup, début janvier, tout sort ! C’est un peu facile… »

Bouc émissaire, vous dites ?

Pour la Commission, le fait d’être prise à parti ne résulte pas uniquement des manquements que l’organisation reconnait et assume. Pour eux, le contexte actuel, avec la ministre de la Santé Maggie De Block a contribué à échauffé des esprits déjà en colère. « Honnêtement, ce qu’il se passe à l’heure actuelle est en partie dû aux problèmes à améliorer au sein de la Commission, effectivement. Néanmoins, je pense que beaucoup de collègues sont mécontents des initiatives de la ministre. Ils ont voulu utiliser la Commission pour s’y opposer et ont supposé qu’elle supportait ces initiatives. »

A la question « Et, les supportez-vous » ?, le directeur répond : « Nous n’avons pas pris position et nous n’envisageons pas de le faire. Il y a différentes visions, même au sein de la plénière, parmi les membres siégeant. Ces visions sont bien présentes. Cependant, en tant qu’instance fédérale, nous ne pouvons pas prendre position. »

D’autres articles sur la rencontre à suivre !

[ A lire] :

- La Commission des Psychologues, non-démocratique, réductrice et simpliste ?
- La Commission a -t-elle des motivations sous-jacentes ?
- La Compsy remet les pendules à l’heure
- La FBP demande aux psychologues de soutenir la Compsy
- LePsychologue.be soutient la Compsy



Commentaires - 2 messages
  • "Un manque de clarté quant aux auteurs des lettres demeure également." " La lettre ouverte qui a été publiée sur Alterpsy, apparemment ce n'est pas Alterpsy eux-mêmes... Ce n'est pas très clair."
    Alter-Psy a publié toutes les Lettres Ouvertes et pétitions, ce n'est pas pour cela qu'ils en sont les auteurs! Les lettres ouvertes ont aussi été publiées sur le Guide Social, le guidesocial.be les a-t-il écrites...?
    Dans la lettre dont ils parlent, il est clairement indiqué qu'ils s'agit de psychologues de différentes institutions, c'est clair pourtant, non? Il faut une étiquette? Un label iso 9001? Hé bien non : ici, il s'agit de + 440 psychologues mécontents. Qu'est-ce qui n'est pas clair là-dedans? Et qu'est-ce qui empêche la Compsy de poser des questions? Trop de travail de non-correction du code de déontologie qui est illégal depuis 2014...?
    Allez voir ici ce qui est "difficile à comprendre" pour la Compsy : www.goo.gl/forms/KRzbuA4WJSr8IseB2

    cedricboussart lundi 13 février 2017 10:57
  • Puis-je d'abord vous informer que la commission belge des psychologues, s'appelle en fait "commission des psychologues". Le mot belge n'y figure pas, préfigurant peut-être son fonctionnement...
    Vous semblez dire que ce sont des associations non reconnues qui attaquent la commission, c'est taire le fait que 2 des 3 associations reconnues l'attaquent aussi. En effet, vous dites
    "Notre objectif n'a jamais été de représenter les psychologues. En revanche, nous souhaitons être un échantillon représentatif de la profession." Or c'est bien cela qui vous est, entre autres, reproché. C'est précisément de n'être pas un échantillon représentatif de la profession. Le monde des psychologues est divisé en 2, avec 2 conceptions différentes de la santé mentale et de la psychologie clinique. Dans votre sein, seule une de ces orientations a droit de vote, pas l'autre. Vous n'êtes absolument pas représentatif. D'autant moins que seule une petite partie des psychologues sont affilés à la commission.
    Par contre, vous cherchez bien à les représenter, pour preuve votre présence à l'Unplib (union professionnelle des professions libérales).
    Et non, les critiques à votre égard ne datent pas de la loi Maggie De Block, elles existaient bien avant. Vous ne servez pas de bouc émissaire pour Maggie De Block. C'est de votre fonctionnement qu'il s'agit.
    Ceci dit, je suis sûre que les jeunes psychologues employés par la commission sont des personnes aimables et bien intentionnées, qui doivent souffrir de la situation (tant interne que externe) et je leur transmets toute ma sympathie.
    Brigitte Dohmen

    Gitte jeudi 16 février 2017 00:35

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.