La Fédération Belge des Psychologues répond à la proposition du KCE

La Fédération Belge des Psychologues répond à la proposition du KCE

La Fédération Belge des Psychologues répond à la proposition du KCE et la qualifie de révolution dans le monde de la santé mentale.

Nous vous en parlions hier : le KCE défend le remboursement des soins psychologiques pour pallier l’absentéisme au travail et propose à cet effet une prise en charge à "deux étages". Suite à ce rapport publié, la FBP émet un avis favorable. Koen Lowet, administrateur délégué de la FBP : "la proposition de financer de la même manière tous les psychologues indépendamment de l’endroit et de la manière dont ils travaillent, l’accès direct aux psychologues de première ligne et une forme de financement adaptée sont, pour le dire simplement, une révolution dans le domaine". Quelques aspects sensibles sont néanmoins pointés du doigt quant à l’avenir de la profession de psychologue.

Avantages de la proposition

- financement des psychologues de première ligne : le secteur qui attendait cela depuis longtemps, se réjouit de la position du KCE sur ce point. Pour Koen Lowet, cette mesure pourra diminuer les listes d’attentes dans les centres spécialisés et amener plus rapidement les personnes en contact avec les psychologues. Le but ? être accessible aux patients sujets à des plaintes modérées et offrir des interventions de courte durée. Cet avis s’intègre dans un cadre plus large du modèle de financement mixte dont le KCE a proposé une esquisse.

- respect de la spécificité de leur profession : ici aussi, la FBP accueille favorablement la recommandation du KCE. La Fédération, pour qui l’autonomie des professionnels est devenu un élément crucial, souhaiterait qu’ils puissent déterminer eux-mêmes le suivi de leur patientèle. Seules la formation et expériences des psychologues seraient ici déterminantes, ce qui pourrait constituer une alternative au système DBC (combinaison - diagnostic - prise ne charge), en perte de vitesse.

- plus de multidisciplinarité : si la FBP prône plus d’autonomie pour les psychologues, elle n’est pas moins défenseuse de plus de multidisciplinarité. Le rapport du KCE pousse la réflexion très loin concernant ce sujet. Networking, formation permanente et accréditation pour le financement...voilà quelques conditions qualitatives que le KCE joint à son rapport. Les psychologues partagent ce point de vue, en ce sens que la psychologie est encore une science jeune qui évolue constamment. D’où la nécessité ici de favoriser la formation permanente pour assurer des soins de qualité.

Points sensibles

- rémunération via les SSM (Services de Santé Mentale) : un élément qui constitue une entrave à la collaboration entre psy indépendants et les centres, en plus d’une surcharge administrative pour ces derniers, selon la FBP.

- prise en charge psychologique par les médecins généralistes : la Fédération n’adhère pas à cette vision des choses. A partir du moment où les psychologues pourront bénéficier d’un financement, laisser de telles pratiques perdurer est tout simplement inadmissible pour la FPB.

- travailler avec des "psychologues/psychiatres conseillers" : ce qui est pointé du doigt ici : avoir un avis externe qui peut être biaisé car dépendant du système de financement. Le mieux selon la FRB, est de maintenir le principe de discussion avec des collègues expérimentés.

- lourdeur du système administratif : le KCE avait mentionné dans son rapport de recourir à un bilan « fonctionnel » avec suivi, médical, psychologique, social... "Ceci est d’un autre âge : avec des dossiers et un partage d’informations électronique et un réseau multidisciplinaire efficace, il ne faut plus encombrer les dispensateurs de soins avec des consultations supplémentaires et un double rapport", conclut Koen Lowet.



Commentaires - 2 messages
  • La fédération des psychologues ne représente pas notre secteur de travail. De nombreux psychologues choisissent de ne pas s'y affilier parce qu'elle défend des positions qui ne correspondent pas à ce qui se passe sur le terrain.
    Ce M. Lowet semble s'accommoder assez facilement des projets gouvernementaux actuels. Est-il encore neutre? Ne défend-t-il pas une approche trop managériale de la santé mentale?

    D'autre part, rappelons tout de même qu'un psychologue ne reçoit, en 5 années, aucune formation pour soigner une personne en souffrance. Et je suis moi-même psychologue. Ces remboursements sont donc de la poudre aux yeux pour en fait para-médicaliser notre profession.

    HenriTournaile mercredi 20 avril 2016 17:59
  • Quelques remarques:
    1/ Cette fédération ne représente pas l'ensemble des psychologues. Beaucoup de la rejoignent pas parce que les positions qu'elle tient ne correspondent pas à nos attentes. Elle ne représente donc pas le secteur.
    2/ On passe d'un système qui respecte la confidentialité du patient à la remise d'un " rapport fonctionnel" pour avoir un remboursement et cette fédération ne bronche pas! Quel éthique!
    3/ On réduit TOUTES les dépenses de soin de santé et il y aurait de l'argent pour les patients des psy!? DE la poudre aux yeux : quel est l'objectif politique réel?

    HenriTournaile lundi 25 avril 2016 11:23

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.