La formation des éducateurs en sexualité des personnes handicapées est la clé

La formation des éducateurs en sexualité des personnes handicapées est la clé

La formation des éducateurs spécialisés est capitale, selon Jean-Pierre Yernaux, formateur d’adultes au CESA Roux et thérapeute psychomotricien.


- L’AViQ parle vie relationnelle, affective et sexuelle
- Amour et handicap sont démystifiés
- Bruxelles s’engage à doper la croissance du secteur e-santé

Dans un précédent article, J.P. Yernaux abordait pour nous la situation du métier d’éducateur spécialisé en institutions et le sujet de la sexualité des personnes handicapées. Par rapport à cette intimité omniprésente, M. Yernaux préconise une formation incluant la dimension corporelle dès le départ.

Une formation basée sur le corps

J.P. Yernaux est un des premiers formateurs à inclure dans ses cours la dimension ‘corporelle’. Il a travaillé avec des adultes en cours de promotion sociale, ce qui est totalement différent des jeunes de 18 ans, car «  eux viennent avec une vie affective qui leur est propre, ils viennent avec de vraies questions ». Au triptyque vie relationnelle, affective, sexuelle il ajoute le corporel, qui relie le tout et qui est souvent au centre de la relation éducative.

Quid du métier d’éducateur ?

L’éducateur travaille premièrement avec le corps de la personne. Il l’accompagne, lui prodigue des soins, lui donne à manger, lui fait sa toilette. Ce sont des actes de la vie quotidienne qui ne sont pas sexuels en eux-mêmes, mais qui rentrent dans la sphère sexuelle, intime de la personne, dans sa nudité. Tous ces soins du corps (coiffure, toilette…) contribuent à une image positive de la personne, c’est un premier pas vers une vie relationnelle, une vie affective.

Sexualité et handicap

M. Yernaux insiste sur la dimension très présente du corps. « Ce qu’il est important de comprendre à propose de la sexualité est que les adultes l’abordent avec leurs peurs, leurs façons de voir, leurs vécus, leurs personnalités. En quoi la sexualité de la personne handicapée interpelle ma sexualité d’éducateur ? On est jamais NEUTRE ». La Belgique a ratifié le 2 juillet 2009 la Convention de l’ONU reconnaissant le droit des personnes handicapées, dont le droit à une vie sexuelle. Jean-Pierre Yernaux explique : « Mais quid de la pratique ? Plus personne n’est là. Qui doit mettre le préservatif d’une personne qui n’en a pas la possibilité (physique) ? »

Handicap = enfant

Pour Jean-Pierre Yernaux, être handicapé peut être assimilé à l’enfance. Les adultes adoptent parfois une attitude totalement protectrice et réduisent la personne handicapée à un enfant. « Non ! Si la personne est adulte, elle est adulte ! Sa sexualité est la même que la nôtre, seul un de ses trois pôles physique, affectif ou cognitif est déficient »

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à réagir sur notre forum pro. Une thématique « Vie relationnelle, affective et sexuelle des personnes handicapées » a été créée à l’occasion afin de vous faire partager vos expériences



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.