La Journée Mondiale de l'Alphabétisation donne à lire et réfléchir par le biais de différentes associations.

La Journée Mondiale de l'Alphabétisation donne à lire et réfléchir par le biais de différentes associations.

L’objectif de cette journée est de démontrer l’importance de l’alphabétisation pour les citoyens, collectivités et associations. Aujourd’hui, 860 millions de personnes sont illettrées, soit près d’une sur sept, et 500 millions se trouvent être des femmes. Trois associations s’approprient cette journée à travers différentes actions. Explications.

" L’alphabétisation est un facteur déterminant du changement et un outil pratique d’autonomisation en ce qui concerne chacun des trois principaux aspects de développement durable, à savoir le développement économique, le développement social et la protection de l’environnement", comme l’explique Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations Unies.

Développement durable et éducation des femmes pour la Journée Mondiale de l’Alphabétisation

L’alphabétisation permet le développement de compétences tout au long de la vie, ces dernières renforçant la réflexion critique et le sens des responsabilités : il s’agit donc d’un enjeu primordial. Le gouvernement du Bangladesh organise à Dhaka en coopération avec l’UNESCO la Conférence internationale sur " L’alphabétisation et l’éducation des filles et des femmes : fondements du développement durable ", ainsi que la remise des Prix internationaux d’alphabétisation de l’UNESCO, en soutien à l’Initiative mondiale du Secrétaire général des Nations Unies pour l’éducation avant tout (GEFI).

L’ONG internationale "Room to Read" incite à ne pas lire pour ouvrir les yeux

Une campagne internationale a été lancée par Room to Read : qu’il s’agisse d’un panneau publicitaire ou un livre, un site Internet, de cartes routières, le défi est d’essayer de ne rien lire pendant une journée. L’ONG souhaite démontrer par cette campagne que ne rien lire pendant une journée est compliqué et difficile. Elle invite chaque personne à se mettre à la place des 860 millions de personnes illettrées dans le monde. Room to Read favorise l’accès à l’éducation, par la construction d’écoles et de bibliothèques, aux enfants et notamment aux filles. Plus déscolarisées que les garçons pour des raisons financières, l’ONG propose un soutien économique afin que les familles puissent envoyer leur fille à l’école.

Et en Belgique, l’association "Lire et Ecrire" prend la plume

Aujourd’hui, on évalue qu’environ une personne sur dix est analphabète en Fédération Wallonie-Bruxelles : cette estime prend aussi bien en compte les illettrés que les personnes éprouvant des difficultés à lire et écrire. Il s’agit autant des adultes sortis de l’enseignement primaire sans leur certificat d’étude de base que les personnes d’origine étrangère n’ayant jamais eu accès à la langue.

"Lire et Ecrire" a pour but de développer l’alphabétisation dans la partie francophone de la Belgique. Sa coordinatrice, Cécilia Locmant, pointe du doigt un double problème provoqué par "les dérives du système politique en matière d’activation de l’emploi", comme le rapporte La Libre. L’Etat demanderait aux personnes sans activité professionnelle de suivre une formation qui ne serait pas forcément en adéquation avec leur projet de vie, selon elle. En revanche, les autres souhaitant suivre la formation se retrouvent exclus de ce dispositif : n’étant pas demandeur d’emploi, elles n’appartiennent donc pas à une catégorie prioritaire.

Comme le relate La Libre, "Une maman au foyer qui veut apprendre à lire ou à écrire pour aider ses enfants dans leur scolarité ne sera pas privilégiée", explique Cécilia Locmant. Une situation que l’ASBL regrette d’autant plus que les personnes inscrites aux cours sont la plupart du temps des parents qui ont des enfants qui rentrent à l’école."

Pour en savoir plus sur les différentes associations spécialisées dans le domaine de l’alphabétisation



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.