La kinésithérapie n'a pas dit son dernier mot

La kinésithérapie n'a pas dit son dernier mot

En juin 2017, Axxon, l’unique association professionnelle des kinésithérapeutes belge, décidait de faire circuler une pétition afin de défendre la profession. Après avoir récolté plus de 16.000 signatures, le document a été remis au Président de la Chambre des représentants.

Depuis plusieurs mois, Axxon se mobilise aux cotés des kinésithérapeutes. En effet, la législation de remboursement en vigueur engendre une inégalité entre les praticiens : les patients se tournant vers un praticien conventionné sont remboursés 25% en plus , contrairement à ceux qui sont suivis par un kiné non-conventionné. Pour rétablir l’équilibre, Axxon souhaite faire supprimer l’article 49 de la loi relative à l’assurance obligatoire des soins de santé. Or, cette action ébranlerait la convention M17 de l’INAMI, imposée en février 2017... Afin de se faire entendre, Axxon a transmis au Président de la Chambre des représentants une pétition lancée en juin 2017 et rassemblant plus de 16.000 signatures.

" Peter Bruynooghe, le président d’Axxon, a remis hier au président de la Chambre des représentants Siegfried Bracke une pétition avec demande d’audition à la Chambre des représentants.

Cette pétition a été signée par plus de 16.000 kinésithérapeutes (indépendants et salariés travaillant en hôpitaux, en centres de soins,…) et leurs patients, amis et familles.

Au vu de cette participation massive, Axxon se sent soutenue dans cette action et remercie tous les participants. Via cette audition, Axxon veut inciter les représentants belges à mettre fin à la discrimination qui depuis 1967 touche les patients de kinésithérapeutes non-conventionnés, dont le remboursement des séances de kinésithérapie est moins bien remboursé de 25%, sauf pour les bénéficiaires de l’intervention majorée. Actuellement, on dénombre 3.573 kinésithérapeutes non-conventionnés en Belgique, ce qui représente 16% du total de kinésithérapeutes actifs. Cette inégalité concerne également les patients de logopèdes, de sages-femmes et d’infirmiers, mais n’existe pas pour les patients de médecins et de dentistes non-conventionnés.

Selon Axxon, cette règle de remboursement viole les articles 10 et 11 de la Constitution belge, selon lesquels sont déterminés, respectivement, le principe d’égalité et le principe de non-discrimination. Axxon tente d’obtenir la suppression de l’article 49, §5, alinéa 3 de la Loi du 14 juillet 1994 relative à l’assurance obligatoire soins de santé et indemnités et de l’AR du 8 juin 1967 fixant les taux de remboursement de l’assurance dans les honoraires et prix des prestations de santé. Afin d’être entendue, Axxon fera tout pour appliquer ce droit démocratique !

Axxon "

[A lire] :

- Les kinésithérapeutes dénoncent la méthode "De Block"
- L’Union des Kinésithérapeutes de Belgique lance une pétition
- Les kinés francophones sont représentés à l’Inami !
- L’UKB appelle à la déconvention
- Kinésithérapie : le projet de convention rejeté
- Toujours pas de convention pour les kinés
- Enfin une convention pour les kinés !
- Directives pour une non adhésion à la convention des kinés
- L’action de déconvention des kinés coupée dans son élan
- L’action de déconvention des kinés se mue en référendum
- Axxon continue sa lutte pour une revalorisation de la kinésithérapie
- Le front commun de défense des kinésithérapeutes s’étiole
-  Ultime appel d’Axxon aux kinés pour faire pression sur l’INAMI
- Axxon ira en justice pour défendre les kinés



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.