La réforme des pensions : de réels changements ?

La réforme des pensions : de réels changements ?

L’accord conclu par les partis qui composent la majorité fédérale comprend un important chapitre relatif aux pensions. Parallèlement à cela, les conditions d’accès au régime de chômage avec complément d’entreprise (ex-prépension) sont modifiées, voire durcies.

A quel changement faut-il s’attendre pour les prochaines années ? Quelles sont les implications pour les travailleurs du non-marchand ? Sont-ils considérés comme exerçant un métier « lourd » ? Eléments de réponse.

Travailler plus longtemps ? Oui, mais…

Il est un fait certain, contesté nulle part : nous vivons plus longtemps. Le taux de natalité diminue. Ces éléments mettent en péril le système de pension actuel. Il devient dès lors nécessaire, voire urgent, de prendre des mesures qui permettront d’assurer la viabilité du système de pensions. Le gouvernement souhaite dès lors, en 10 domaines d’action, permettre de pérenniser le paiement des pensions pour les générations actuelle et futures.

67 ans en 2030

Ce n’est plus un secret, il va falloir travailler plus longtemps : jusqu’à 67 ans en 2030. Par ailleurs, la pension anticipée ne pourra être prise qu’à partir de 63 ans dès 2018.

En contrepartie, celui qui choisit de poursuivre son activité professionnelle après avoir atteint 45 ans de carrière (la référence actuellement), bénéficiera de droits à la pension supplémentaires. La carrière ne sera donc plus limitée à 45 ans pour le calcul de la pension… Vous travaillez 47 ans ? Votre pension en tient compte, à la différence du calcul actuel qui prend fin lorsque la carrière atteint 45 ans. Cette continuation peut être totale ou partielle. Les plafonds de rémunération sont supprimés.

Conditions spécifiques

Les exceptions relatives aux longues carrières sont maintenues pour permettre à ceux qui ont commencé à travailler à 16, 17 ou 18 ans de prendre leur pension à 60 ou 61 ans.

Les personnes exerçant des métiers dits « lourds » (notamment le travail de nuit) se verront appliqués des conditions spécifiques en matière de pension. Cependant, leur carrière sera, comme pour tous les autres, également allongée.

En 2030, le calcul de la pension sera profondément réformé par l’introduction d’un système à points. Ces points seront déterminés sur base du salaire individuel et du revenu moyen des personnes actives au moment de la prise de cours de la pension. L’objectif avoué de ce système ? Une réelle solidarité intergénérationnelle entre la population active et les pensionnés par la mise en place d’une sorte de « contrat social » entre travailleurs et pensionnés.

Enfin, le système de pension des fonctionnaires sera également revu, la lutte contre la pauvreté chez les pensionnés mieux prise en compte et une dimension familiale dans le montant de la pension sera envisagée.

Et la « prépension » (ou régime de chômage avec complément d’entreprise) ?

Plus près de nous, dès janvier 2015, le système des prépensions est modifié. En-dehors des entreprises en difficulté ou en restructuration, dès 2015, il faudra avoir 60 ans et 40 ans de carrière pour les hommes ou 60 ans et 31 ans de carrière pour les femmes pour pouvoir obtenir un droit à la prépension.

Cette législation pourrait être adaptée suite à l’accord du gouvernement fédéral. Celui-ci prévoit en effet qu’il faudra être âgé de 62 ans pour en bénéficier.

Par ailleurs, des régimes dérogatoires continuent à exister pour les longues carrières, le travail de nuit, les métiers lourds ou en cas de capacité réduite de travail, mais dans tous les cas, le gouvernement souhaite renforcer les conditions d’âge de 2 ans en 2015 et de 4 ans dès 2017.

En conclusion, quel que soit le métier exercé, les carrières seront plus longues. Il en va de la viabilité de notre système actuel de pension pour que tous, lorsque ce sera notre tour, nous puissions en profiter.



Commentaires - 6 messages
  • Bonjour,
    Sur quels éléments fiables vous basez-vous pour parvenir à la conclusion qu'il en va de la viabilité de notre système de pension? A moins que vous n'étayez cela par des faits et des prévisions plus ou moins rigoureuses, j'en viens à me demander si le guidesocial ne se lancerait pas dans de la propagande politique en transformant des opinions en faits.

    JohanV vendredi 14 novembre 2014 12:17
  • Bonjour,

    Le coût des pensions est de +/- 28 milliards d'euros en 2012. Il était de 23,5 milliards en 2009.
    Il ne fait qu'augmenter.
    Le rapport de la commission de réforme des pensions, disponible sur son site interne, fait état du fait que le système doit être réformé si la viabilité du paiement des pensions veut être assurée.

    AnneM dimanche 16 novembre 2014 09:24
  • Et 9000€ par mois pour des fonctionnaires européens ? Personne ne dit rien

    Bici jeudi 20 novembre 2014 08:20
  • En effet... 9000€ de salaire pour nos chers politiciens et leur pension à 50ans! La aucune modification? Tiens tiens... On en parle pas...

    Jenni.P jeudi 20 novembre 2014 08:37
  • Bonjour,

    Je suis tout à fait d'accord avec l'ensemble du texte.
    Il est normal de songer à un allongement de la durée du travail afin de garantir une retraite aux générations futures.
    En ce qui concerne les fonctionnaires européens, les émoluments devraient correspondre aux frais réels et au travail de ceux-ci. Dans ma vie, j'ai beaucoup pratiqué le bénévolat et je n 'éprouve aucune jalousie envers ces fonctionnaires.

    Hérin jeudi 20 novembre 2014 09:05
  • bonjour ,j aime bien quand il dise que les pension coute 28 milliard sauf que c est nous qui payons nos pension anticipativement alors ou passe c est argent et les interet ,j ai commencer a travailler a 14 ans j en ai 64 et ma pension est de 1000euro alors si un fonctionnaire lis ceci peut etre peut il m expliquer ??

    rebelle jeudi 20 novembre 2014 09:35

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.