La Wallonie pour l'alternance

La Wallonie pour l'alternance

Souvent décriée, l’alternance n’en est pas moins une filière porteuse d’opportunités pour les jeunes qui s’y inscrivent, grâce à l’ouverture de postes au sein d’entreprises prestigieuses.

L’alternance devient un mode d’apprentissage de plus en plus prisé en Europe, et la Belgique n’y échappe pas. Après un contrat commun inédit entre le Centre d’éducation et de formation en Alternance (CEFA) et l’EFP pour le développement de l’alternance, la Fédération Wallonie-Bruxelles cherche elle aussi à promouvoir ce type de formation. En effet, l’alternance tend à devenir une solution plus qu’adéquate pour endiguer le chômage. La ministre de l’Emploi et de la Formation , l’IFAPME et des représentants des Grandes Entreprises se sont réunis ce mardi pour trouver des axes d’évolution et d’opportunités pour ce nouveau type de formation des jeunes. Cela passera notamment par un partenariat entre les opérateurs publics et le monde de l’entreprise.

Plus d’alternants !

Pour rappel, le gouvernement wallon s’est fixé comme objectif de législature de positionner l’alternance en tant que filière d’excellence et véritable choix positif pour les apprenants. A l’instar de l’Allemagne ou encore de la Suisse, où 2/3 des jeunes se forment en alternance. Sur le plan quantitatif, il reste du chemin à parcourir pour rallier à la cause les grandes entreprises, les organismes publics et les indépendants.

Une filière porteuse pour les jeunes

Cette filière de formation est un tremplin pour l’insertion des jeunes sur le marché du travail (8 jeunes de l’IFAPME sur 10 s’insèrent dans l’emploi après leur formation). Chez nos voisins, elle donne aussi accès à l’enseignement supérieur, ce qui contribue à son succès comme à sa notoriété. Mais elle contribue surtout à placer l’Allemagne sur la 3e marche du podium des pays de l’OCDE ayant le meilleur taux d’emploi des jeunes après le Japon et l’Islande. Des filières ont vu le jour pour former des bacheliers en alternance (comptabilité par exemple, et bientôt métreur-deviseur en collaboration avec le secteur de la construction et la promotion sociale) ou des masters en alternance (ingénieur de gestion, biotechnologie, gestionnaire de chantier durable, facility manager).

Les entreprises sont gagnantes

Les entreprises, de leur côté, sont gagnantes également, bénéficiant d’une main-d’œuvre expérimentée, formée aux réalités du monde du travail, aux techniques, technologies utilisées sur le terrain. En Wallonie, 5% des jeunes sont inscrits en alternance pour plus de 7000 entreprises qui offrent un stage. 10.000 stages La forte responsabilisation et implication des partenaires sociaux, des secteurs professionnels s’est concrétisée, dans le Pacte pour l’Emploi et la Formation. Il faut maintenant passer aux actes, et mobiliser les entreprises pour qu’elles ouvrent de nouvelles places de stage et soient un vrai levier pour le développement et le succès de l’alternance. A ce titre, Eliane TILLIEUX a salué l’engagement de l’UWE d’ouvrir 10.000 nouvelles places de stage d’ici fin 2019.

Une série de mesures

Pour soutenir et concrétiser cette dynamique avec les partenaires sociaux, la Ministre a, au travers du Plan Marshall 4.0, initié une série d’incitants :

1) une plateforme interactive et unique de gestion des places de stage en alternance à l’OFFA pour structurer et visibiliser l’offre de stage ;

2) 18 coaches sectoriels (d’ores et déjà actifs) mandatés par 10 secteurs et cofinancés par la Wallonie soutenant cette dynamique et assurant la promotion de l’alternance ;

3) de nouveaux incitants financiers pour favoriser un encadrement de qualité :

- Une prime de 750 € à l’employeur indépendant qui engage son premier apprenant en alternance ;

- Une prime de 750 € à l’employeur qui accueille pendant une période minimale de 270 jours un apprenant en alternance et dédicace un tuteur, qualifié à son encadrement pour optimiser ses chances de terminer avec succès le premier niveau de la formation ;

- Une prime de 750 € à l’apprenant qui termine avec succès sa formation en alternance.

Un partenariat opérateurs publics - monde de l’entreprise

Ces dispositifs ont pour objectif de faire de l’alternance une filière d’excellence qui mobilise davantage encore les entreprises, les secteurs professionnels et les partenaires sociaux. Eliane TILLIEUX en est convaincue, c’est le partenariat opérateurs publics – monde de l’entreprise qui sera la clef du succès pour la formation des jeunes et un levier essentiel du redéploiement économique de la Wallonie comme de la capacité d’innover des entreprises.

L’alternance, filière d’avenir

La méthode de l’alternance permet aux apprenants d’acquérir plus rapidement et de manière plus efficace et efficiente les compétences recherchées par les entreprises. Ces dernières bénéficient ainsi d’une main d’œuvre expérimentée. C’est aussi pour elles une manière de diversifier et sécuriser les recrutements de développer les compétences des autres collaborateurs et leur capacité d’adaptation. Il est temps de concrétiser cette ambition et d’orienter des jeunes vers les métiers d’avenir, dans la performance énergétique des bâtiments, les biotechnologies, les métiers impactés par le numérique …



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.