Le congé de paternité des indépendants, une proposition en bonne voie

Le congé de paternité des indépendants, une proposition en bonne voie

La proposition de loi du parti Ecolo concernant le congé de paternité des indépendants se concrétise doucement. Willy Borsus, ministre des Classes moyennes, vient de se déclarer favorable à la future mesure.

Depuis le 1er janvier, le congé de maternité des indépendantes a été amélioré. Elles disposent à présent d’un congé plus long qu’elles peuvent prendre à mi-temps si elles le souhaitent. Du côté des pères indépendants, aucun congé ne leur est encore octroyé. Mais certains politiques souhaitent que cela change. C’est notamment le cas de Gilles Vanden Burre et ses collègues Ecolo qui ont introduit une proposition de loi sur le sujet. Cette dernière vient de recevoir l’approbation de Willy Borsus qui s’est dit "très favorable".

"Très bonne initiative"

"Il s’agit d’une très bonne initiative" a encore déclaré le ministre dans un avis sollicité par la commission de l’Economie de la Chambre. W. Borsus souhaite d’ailleurs rencontrer rapidement les députés Ecolo à l’initiative de la proposition. Ces derniers murissent l’idée de permettre aux travailleurs indépendants d’obtenir un congé de paternité depuis un bon moment. En effet, en mars 2016, le député vert Gilles Vanden Burre confiait déjà à La Libre : "Il convient d’aider les jeunes parents. Nous proposons donc d’allonger le congé de maternité des indépendantes de 8 à 10 semaines et d’accorder 10 jours de congé de paternité aux indépendants." Si la première proposition a pu aboutir, ce n’est pas encore le cas pour la deuxième qui semble néanmoins en bonne voie de concrétisation.

Evaluation budgétaire

La proposition de loi a déjà été évaluée budgétairement par l’administration. Le coût maximal d’une telle mesure serait de 11,7 millions d’euros ; tout en sachant que tous les pères indépendants ne solliciteront pas forcément à leur nouveau droit. Concrètement, 2 scénarios ont été évalués par l’administration. L’un prévoit une allocation basée sur un montant équivalent à la pension minimum et l’autre, le plus onéreux, se base sur un montant équivalent à l’allocation de maternité. Quoi qu’il en soit, le ministre Borsus se demande si la mesure ne pourrait pas être examinée dans un cadre plus large de l’amélioration du statut social des travailleurs indépendants.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.