Le dépistage du sida désormais possible avec un smartphone

Le dépistage du sida désormais possible avec un smartphone

C’est une nouvelle avancée dans la lutte contre le sida. Des ingénieurs de l’Université de Columbia à New York présentent un accessoire pour smartphone capable de dépister plusieurs MST en 15 minutes.

A l’occasion de la Journée Mondiale du Sida en novembre dernier, plusieurs ASBL belges déploraient le manque de promotion et d’accès au dépistage du sida. Les chercheurs répondent à cette problématique mondiale avec un accessoire pour smartphone permettant de dépister rapidement le sida et la syphilis.

Un laboratoire dans son smartphone

Il sera bientôt possible de dépister le sida sans faire une prise de sang à l’hôpital. Une innovation qui tient dans un petit accessoire pour smartphone. Selon la revue médicale Science Transnational Medicine, Il suffit de le fixer à son téléphone pour avoir accès à un véritable laboratoire de poche : "il reproduit toutes les fonctions mécaniques, optiques et électroniques d’un système d’analyse", ont déclaré ses concepteurs.

Ce dispositif s’inspire des autotests de dépistage du sida, déjà commercialisés aux Etats Unis. L’utilisateur peut se dépister sans l’intervention d’un médecin, en se piquant lui-même le doigt pour l’analyse de sang. Sans pour autant remplacer totalement la prise de sang à l’hôpital, cet accessoire rend facile d’accès les tests de dépistage des Maladies Sexuellement Transmissibles (MST).

Le dépistage du sida accessible à tous

Conçu pour faciliter l’accès aux tests de dépistage du sida dans les régions rurales et reculées, l’accessoire est déjà testé par des professionnels de la santé au Rwanda. Avec un coût de commercialisation estimé à quelques dizaines d’euros, il pourrait bientôt encourager des personnes de tous milieux à se faire dépister rapidement en toute autonomie.

Mais quel accompagnement pour les patients séropositifs ?

Pour beaucoup, la présence d’un intermédiaire médical auprès du malade est pourtant nécessaire. Si le sida fait moins peur qu’il y a quelques années, on peut néanmoins s’inquiéter de la réaction des patients affrontant seuls l’annonce de leur séropositivité. Cette innovation remet sur la table la problématique de l’acceptation sociale des personnes atteintes du sida.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.