Le diplôme de psychomotricien non reconnu

Le diplôme de psychomotricien non reconnu

Le diplôme de psychomotricien n’est pas reconnu comme profession paramédicale.

La Ministre de la Santé, Maggie De Block, a fait savoir mardi dans un communiqué, que la profession de psychomotricien n’était pas reconnue comme profession paramédicale. Cette décision se base sur un avis du Conseil national des professions paramédicales (CNPP). La Fédération Francophone des Etudiants (FEF) et l’Union professionnelle belge des psychomotriciens francophones (UPBPF) déplorent cette décision.

Une compétence des kinésithérapeutes

Pour la ministre, la psychomotricité est une compétence qui relève de la kinésithérapie. La FEF et l’UPBPF regrettent cette décision, « extrêmement négative pour les étudiants concernés. En effet, cette décision fédérale intervient tard, trop tard : environ un millier d’étudiants sont actuellement en cours de cursus, et environ 300 psychomotriciens ont été diplômés depuis l’ouverture de ces sections. »

Aucune reconnaissance

Contrairement aux formations d’ergothérapeutes, de logopèdes et de kinésithérapeutes, la formation à la psychomotricité, lancée en 2012 par Jean-Claude Marcourt, n’a jamais reçu l’homologation du fédéral comme formation paramédicale. A l’époque, Marcourt avait promis l’organisation de passerelles vers d’autres filières d’études paramédicales pour les étudiants concernés.

Une attente longue

Les étudiants en psychomotricité attendaient depuis lors que soit réglé le vide juridique sur leurs études. Sans officialisation, les débouchés professionnels après les études étaient forts restreints. La Fédération des Etudiants Francophones et l’Union professionnelle belge des psychomotriciens francophones militaient à la reconnaissance des études et de la profession. Ce mardi, la décision a été prise par la ministre.



Commentaires - 4 messages
  • Dans la conjoncture �conomique actuelle, il est scandaleux de priver des �tudiants qui se sont investis pendant 3 longues ann�es d'�tudes en psychomotricit� pour enfin de compte ne rien obtenir. Alors qu'on leur avait dit que leur dipl�me allait �tre reconnu... Alors que cette discipline est indispensable aux �tres les plus d�munis (enfants, vieillards et malades) qui ont besoin de support psychologique et de motricit�, le savoir faire de nos psychomotriciens. J'esp�re que cette discipline sera connue, que nos enfants aient leur d�....
    Ma fille est en derni�re ann�e en Psychomotricit�, pour toutes les privations et tous les investissement qu'elle et nous les parents ont d� faire, afin qu'elle obtienne un bon dipl�me.... Aidons les � obtenir justice! ...C'est � dire leur dipl�me reconnu....Merci.

    Maria6 mercredi 22 juin 2016 12:53
  • Lettre ouverte suite aux derniers �v�nements et courriers concernant la psychomotricit�

    Au vu des derniers �v�nements et courriers minist�riels, j?ai d�cid� de sortir du silence qui fut le mien depuis que j?ai quitt� le devant de la sc�ne au niveau de la psychomotricit�. Quelle que soit l?issue de ce qui se vit aujourd?hui, le r�tablissement de la v�rit� s?av�re pour moi n�cessaire. Je pense pouvoir le faire, fort de 35 ans d?investissement dans le d�veloppement de la psychomotricit� en Belgique Francophone et ce jusque d�but 2015.

    A la lecture du courrier du Ministre Marcourt au Pr�sident de l?ARES, je me rends compte de la manipulation et de la strat�gie op�r�e par une s�rie de milieux qui se sont sentis en danger � partir du moment o� le bachelier � param�dical � a �t� ouvert. Son ouverture a pourtant obtenu tous les accords n�cessaires au sein des diff�rents Conseils sup�rieurs de l?enseignement.

    Pour rappel, ce bachelier a �t� ouvert en 2012 apr�s un travail long et intense r�alis� par l?ensemble des �coles qui depuis la fin des ann�es septante avaient ouvert des formations en psychomotricit� pour r�pondre aux besoins sp�cifiques que les d�couvertes scientifiques relatives au d�veloppement de l?enfant d?une part et les avanc�es de la neurologie d?autre part avaient mises en avant. Parmi celles-ci figure en particulier l?�mergence de la place du corps et des �motions dans le d�veloppement de l?intelligence chez tout �tre humain. Ceci explique le passage d?une � simple sp�cialisation �, � un post-graduat puis � un bachelier complet tant il s?est av�r� que 180 ECTS d?une formation sp�cifique est n�cessaire � l?int�gration de ces nouveaux �l�ments dans l?exercice de la profession de psychomotricien et dans la sp�cificit� de ses interventions.

    En cela nous �tions en train de rejoindre de nombreux pays europ�ens qui depuis des ann�es avaient un bachelier param�dical sp�cifique � la psychomotricit� de base au m�me titre que la kin�, la logo et l?ergo. Je parle de la France et la Suisse depuis les ann�es 70 et 80, mais aussi maintenant du Danemark, du Luxembourg, des pays latins ?. .

    Dans les ann�es 2000, plusieurs secteurs d?intervention en R�gion wallonne et francophone ont balis� d�cr�talement la sp�cificit� de l?intervention psychomotrice, reconnaissant et officialisant ainsi l?intervention du psychomotricien comme un des outils � la disposition des �quipes du secteur du service aux personnes. Ce fut notamment le cas � l?AVICQ, en Sant� mentale, chez les personnes �g�es?.

    Ce processus de reconnaissance �tait d�j� d?actualit� � la fin des ann�es 80. En effet, en 1988, le Ministre de la Sant� de l?�poque, Philippe Busquin, proposait d�j� l?int�gration des psychomotriciens au sein du Conseil National des Professions param�dicales fraichement install�. Depuis lors de nombreux responsables politiques et ministres francophones, tous partis confondus ont soutenu cette d�marche. De nombreux courriers que je garde en archive, l?attestent.

    En 2009, � la demande de la Ministre de la Sant� de l?�poque Laurette Onkelinx une �tude officielle a �t� demand�e � son administration nationale. Cette �tude a conclu sur l?opportunit� de reconnaitre de mani�re diff�renci�e la psychomotricit� au nord et au sud du pays comme c?�tait d�j� le cas pour un autre m�tier param�dical.
    Tout cela s?est r�alis� en Belgique francophone pendant que la partie n�erlandophone, contrairement � beaucoup de pays europ�ens r�unis officiellement au niveau europ�en depuis 1995, a fait le choix d?une intervention sp�cifique limit�e et int�gr�e � un m�tier existant, le kin�
    4 mois apr�s le d�but du bachelier, le Conseil National des Professions param�dicales a mis en place un groupe de travail dont la mission �tait de donner un avis sur la demande francophone de reconnaissance de la psychomotricit� en tant que comp�tence de base. Je fus le seul psychomotricien francophone pr�sent avec droit de vote dans un groupe compos� pour 2/3 de n�erlandophones et uniquement de kin�s, logos et ergos, et au. A aucun moment les arguments amen�s par les psychomotriciens francophones et justifi�s par de nombreux documents, n?ont �t� repris. L?invitation comme expert du docteur J.M. Gauthier, professeur reconnu de l?Universit� de Li�ge, a �t� refus�e. Lors du vote final, les kin�s, logos et ergos francophones, dont certains professeurs dans les hautes �coles organisant le bachelier, ont tous vot� contre cette reconnaissance.

    L?argument principal concernant la pr�sence des comp�tences de base du psychomotricien dans d?autres formations param�dicales ne tient pas la route. l?analyse des grilles de cours de ces formations montre que les intitul�s relatifs � la psychomotricit� dans les formations de kin�s, logos et ergos repr�sentent de 4 � 10 cr�dits sur les 180. Cela repr�sente pr�s de 120 cr�dits dans le bachelier en psychomotricit�

    A l?ouverture du bachelier en psychomotricit�, nous avons assist� � l?arriv�e de nouvelles habilitations pour des Hautes �coles n?ayant pas un long parcours sur ce sujet. D?autre part ce nouveau bachelier avait amen� une harmonisation des formations existantes en ce compris la disparition de certaines d?entre elles. Ce qui n?a pas manqu� de laisser des traces.

    A cela s?est greff�e la probl�matique des �tudiants fran�ais. Le nombre des �tudiants dans le nouveau bachelier fut plus que tripl� par rapport aux anciennes formations dans certaines Hautes �coles. Et pr�s de la moiti�, 250, venaient de France. Sachant que le num�rus clausus en France pour la psychomotricit� est limit� � +/- 1000 places par an, on peut comprendre la r�action du responsable fran�ais de la psychomotricit� lui-m�me directeur d?une �cole priv�e. Il a pr�f�r� mettre en doute le bachelier en psychomotricit� plut�t que de voir, comme pour d?autres formations param�dicales, de nombreux Fran�ais venir en Belgique.

    Un dernier �l�ment est l?arriv�e d?une nouvelle Ministre n�erlandophone qui a fait du recentrage sur une s�rie de m�tiers tr�s m�dicalis�s et structur�s, son objectif en privil�giant en cela une vision anglo-saxonne assez diff�rente de la vision latine pr�sente en r�gion francophone. Tout cela dans un contexte budg�taire tr�s difficile et fragile sur un plan communautaire.

    C?est l?ensemble de ces �l�ments qui ont fait de ce qui devait �tre la fin positive d?un long processus de 40 ans de reconnaissance belge et europ�enne un terrain de conflits de territoire entre professionnels, de business entre Hautes �coles et de conception diff�rente entre le Nord et le Sud du pays.

    Il est clair que vu mon positionnement de retrait actuel, cette lettre n?engage que moi. Mais il m?�tait impossible de ne pas r�agir sans partager les traces objectives de l?histoire. Il y a bien d?autres arguments objectifs qui peuvent �tre mis en avant.

    J?esp�re que cette lettre permettra une meilleure objectivation de la probl�matique. Je reste � disposition pour l?affinement des arguments si n�cessaire, l?apport des preuves et d?autres �l�ments issus de l?histoire. La psychomotricit� est devenue aujourd?hui une science � part enti�re et une clinique tr�s d�velopp�e. M�me attaqu�e, je suis convaincu qu?elle continuera � se d�velopper.
    Yernaux Jean-Pierre
    21 juin 2016

    jean-pierre yernaux jeudi 23 juin 2016 10:36
  • Le Ministre Marcourt s'est exprimé hier dans sur la RTBF en rectifiant son courrier. Il parle bien de "l'acte" dans le cadre d'un remboursement national INAMI, avec une différence de conception entre le Nord et le sud du pays et non les emplois de psychomotriciens en région francophone et communauté française qui eux peuvent continuer (AVICQ, personnes âgées, santé mentale ...). Autre élément important, complémentaire à ma lettre, à rappeler au bon souvenir de ...: c'est en 2007 que le Conseil Supérieur de l'Enseignement en Communauté Française a validé officiellement le nouveau bachelier, sur avis du Conseil de l'Enseignement supérieur paramédical où siègent les différentes formations de kinés, ergos, logos en hautes Ecoles. C'est à partir de cette décision que le Ministre a accepté l'ouverture du bachelier. Vu le temps nécessaire à la mise en place du nouveau bachelier et à l'harmonisation entre l'enseignement de Promotion Sociale et du Plein Exercice, cela fut concrétisé en septembre 2012. Cela nous montre bien que la problématique au niveau National est bien une différenciation de conception entre le Nord et le Sud du pays. Ce qui précède n'engage une nouvelle fois que moi-même. Le document officiel du Conseil Supérieur est public.
    Jean-Pierre yernaux

    jean-pierre yernaux jeudi 23 juin 2016 10:41
  • Ces etudiants sont clairement prejudicies ... plainte en justice contre ceux qui les ont trompe ?

    Michou62 jeudi 23 juin 2016 11:26

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.